S. Clément Ier
23 novembre

RÉSUMÉ :

Successeur de saint Pierre, saint Clément est nommé le troisième au Canon de la Messe après les Apôtres (Lini, Cleti, Clementis). La Lettre de saint Clément aux Corinthiens est l’un des écrits les plus précieux des premiers siècles chrétiens.

Se basant sur l’affirmation d’Origène, le Bréviaire romain confond ce Saint avec un autre Clément, auxiliaire de saint Paul. Aussi l’Épître est-elle celle où l’Apôtre parle de ce Clément qui travailla avec lui pour l’Évangile et qui a son nom écrit au Livre de Vie.

Saint Clément Ier, troisième successeur de saint Pierre après saint Lin et saint Clet.
Saint Clément Ier, troisième successeur de saint Pierre après saint Lin et saint Clet.

Sur la foi des Actes grecs de saint Clément, qui remontent au IVe siècle, le Martyrologe romain déclare de même que « relégué en Chersonèse, pendant la persécution de Trajan, il fut enfin couronné d’un glorieux martyre, ayant été précipité dans la mer avec une ancre attachée au cou. Son corps, ajoute-t-il, fut transféré à Rome, sous le pontificat de Nicolas Ier, et déposé avec honneur dans l’église qui avait été construite auparavant sous son vocable ».

Cette église est l’une des plus intéressantes de Rome, parce qu’elle représente le plus fidèlement la disposition ancienne des basiliques chrétiennes.

Sous l’autel de cette Basilique Saint-Clément reposent les reliques de ce troisième successeur de saint Pierre et celles de saint Ignace d’Antioche.

La basilique actuelle fut reconstruite vers 1099-1120, après que la première église ait brûléau cours du sac de la ville par les normands de Robert Guiscard.Aujourd
La basilique actuelle fut reconstruite vers 1099-1120, après que la première église ait brûlé
au cours du sac de la ville par les normands de Robert Guiscard.
Aujourd'hui, c'est l'une des églises les plus richement ornée de Rome.

1809

Saint Clément, romain, fils du sénateur Faustin, qui était allié des empereurs Vespasien, Titus et Domitien, fut disciple de saint Paul. Depuis, il aida saint Pierre dans le gouvernement de l’Église ; il fut l’un de ses successeurs, après saint Lin et saint Clet.

Le Christianisme prit, sous sa direction, de grands accroissements. Ce fut lui qui envoya dans les Gaules saint Denys premier évêque d’Athènes pour être le premier évêque de Paris, avec ses illustres compagnons, pour y porter la lumière de la Foi.

À Rome, il donna le voile des vierges à sainte Flavie Domitille et le Baptême à Sisine, l’un des premiers de la Ville, qui, venu par curiosité pour examiner les assemblées des Chrétiens, y perdit la vue, la recouvra par les prières du saint pontife, et fut depuis, avec sa femme Théodora, très zélé pour la propagation de l’Évangile.

Accusé de désobéissance aux édits des empereurs et de blasphème contre les dieux, saint Clément fut, par ordre de Trajan, banni dans la Chersonèse Taurique. Le préfet Mamertius, exécutant les ordres impériaux avec une extrême déférence, fit préparer un vaisseau commode pour le noble exilé. Plusieurs Chrétiens voulurent accompagner le vénérable pontife et partager son sort.

Arrivé au terme du voyage, saint Clément trouva dans la Péninsule plus de deux mille fidèles, déportés pour la même cause et condamnés à tirer du marbre des carrières. Il leur annonça qu’il venait participer à leurs souffrances et affermir leur constance. Une de leurs plus grandes privations était le manque d’eau : le Saint, touché de compassion, se mit en prière ; en se relevant, il vit, sur le flanc de la montagne voisine, un agneau qui indiquait du pied un endroit où saint Clément se rendit aussitôt et donna un coup de bêche ; il en jaillit une source abondante et limpide. Ce prodige convertit un grand nombre d’infidèles, qui reçurent le Baptême. Dans l’espace d’un an, on bâtit dans cette contrée soixante-quinze églises.

Le président Ausidien, envoyé pour arrêter ces progrès du Christianisme, fit jeter saint Clément dans la mer avec une ancre au cou, le 23 novembre. C’était l’an 100 ou 101, Trajan étant empereur.

Timbre-poste de la Bulgarie émis en 1979, en l’honneur des saints Cyrille et Méthode.
Premier d’une série de cinq.
Partie de la fresque de la basilique inférieure de Saint-Clément de Rome.
Les deux apôtres des Slaves, saint Cyrille et saint Méthode, accompagnent à Rome les reliques de saint Clément dont on voit le chef sous l
Les deux apôtres des Slaves, saint Cyrille et saint Méthode,
accompagnent à Rome les reliques de saint Clément dont on voit le chef sous l'encensoir.

1810

La fresque romaine de la basilique Saint-Clément montre l’accueil solennel fait par le Pape Nicolas aux reliques de son ancien prédécesseur ramenées de Chersonèse par saint Cyrille, qui mourra à Rome et sera enterré près de saint Clément.


|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|