S. Basilide, S. Cyrin, S. Nabor
et S. Nazaire
12 juin

RÉSUMÉ :


Soldats romains, ces Saints, nobles par la naissance et illustres par leurs vertus, embrassèrent la religion chrétienne sous l’empire de Dioclétien. Arrêtés et jetés en prison, ils furent condamnés à mort et décapités. Leurs corps furent jetés aux bêtes qui les respectèrent, et ensevelis avec honneur par les Chrétiens.

1433

Saint Basilide, saint Cyrinus, saint Nabor et saint Nazaire, soldats romains, nobles de race et illustres par leur valeur, ayant embrassé la religion chrétienne, annonçaient Jésus-Christ sous l’empire de Dioclétien.

Ils furent saisis par ordre d’Aurélius, préfet de la ville, et comme, sollicités de sacrifier aux dieux, ils méprisaient cette injonction, ils furent conduits en prison. Pendant qu’ils priaient, une lumière très brillante éclata soudain aux yeux de tous les assistants et illumina la prison. Marcellus, préposé à la garde des prisonniers, fut touché de cette splendeur et crut à Jésus-Christ, ainsi que beaucoup d’autres personnes présentes.

Tirés plus tard de leur prison, ils furent condamnés par l’empereur Maximien, dont ils méprisèrent les ordres, à être tourmentés par des scorpions, et furent rejetés dans les fers. Le septième jour, on les fit sortir et on les amena aux pieds de l’empereur ; ils persistèrent à se rire des faux dieux et à confesser avec une constance invincible la divinité du Seigneur Jésus. Aussi furent-ils condamnés et eurent-ils la tête tranchée. Leurs corps, abandonnés aux bêtes, mais n’ayant point été touchés par elles, furent honorablement ensevelis par les Chrétiens.


Mardi 9 mars 2021
de la troisième semaine de Carême
3e classe
Temps du Carême



Oraison - collecte
Exaucez-nous, Dieu tout-puissant et miséricordieux, et accordez-nous, dans Votre bonté, le don d’une continence salutaire. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


Mémoire de sainte Françoise Romaine, veuve :


Ô Dieu, qui, entre autres dons de Votre grâce avez rendu Votre servante la bienheureuse Françoise, illustre par ses rapports familiers avec un Ange, accordez-nous, par l’intercession de cette Sainte de mériter d’être introduits dans la société des Anges. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Sainte Françoise, noble dame Romaine, fut la femme forte dont nous parle la Sainte Écriture rappelée par l’Épître de la Messe des saintes femmes.

Unie dès l’âge de onze ans par les liens du mariage à Laurent de Ponziani, elle fut durant quarante années le type achevé de l’épouse chrétienne.

Évitant les fêtes, portant des vêtements d’une grande simplicité, donnant à l’oraison et au service des pauvres tout ce qui lui restait de temps après l’accomplissement de ses devoirs domestiques, elle fonda à Rome la maison des Oblates de la Congrégation du Mont-Olivet, sous la règle de saint Benoît (1433).


C’est là qu’après la mort de son mari, elle se retira afin d’acheter, au prix de tous ses biens, la perle précieuse de la Vie éternelle. Devenue ainsi « l’épouse du Christ », elle puisa dans la contemplation continuelle de la Passion de Jésus l’énergie divine qui lui permit de réduire de toutes façons son corps en servitude.


Pour la soutenir dans les luttes terribles qu’elle eut avec le démon, Dieu la favorisa de la présence visible de son Ange gardien avec lequel elle conversait familièrement.


Elle mourut en 1440. Son corps repose à Rome en la basilique de Santa Maria Nuova près du Forum, appelée aussi Sainte-Françoise-Romaine. En 1934, Pie XI en a fait une église stationnale.


En ce saint temps de pénitence, imitons comme sainte Françoise la vie toute de sacrifices du Sauveur.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Visitez les malades ; montrez-leur une grande charité.

Méditation du jour
Je suis né pour Dieu  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|