Ste Ursule et ses Compagnes
21 octobre

RÉSUMÉ :

On lit au Martyrologe Romain de ce jour :


« Près de Cologne, l’anniversaire de sainte Ursule et ses Compagnes. Voulant défendre la religion chrétienne et sauvegarder leur virginité, elles furent mises à mort par les Huns, terminant ainsi leur vie par le martyre. Leurs corps furent pour la plupart inhumés à Cologne. »

« Les Grandes Heures d’Anne de Bretagne »
miniatures de Jean Bourdichon (1508)
Sainte Ursule et ses Compagnes, martyres. Les soldats huns sont habillés comme ceux du temps des contemporains du peintre.
Sainte Ursule et ses Compagnes, martyres.
Les soldats huns sont habillés comme ceux du temps des contemporains du peintre.

912

Sous l’empire de Gratien, Flavius-Clemens Maximus, commandant l’armée romaine en Bretagne, ayant saisi le pouvoir, fut proclamé empereur par ses soldats. Envoyant des troupes en Gaules, il fut reçu avec faveur par les légions, que Gratien s’était aliénées, et fortifia son autorité.

Comme il avait partagé à ses légions bretonnes une riche contrée de l’Armorique, de laquelle il avait expulsé les anciens habitants, il demanda, afin d’assurer la perpétuité de sa colonie, et par le conseil de Conan, petit roi de Bretagne qui avait un commandement dans son armée, de faire venir de Bretagne des jeunes filles qu’il destinait pour épouses à ses colons militaires.

« La demande, dit le Bréviaire romain, ne parut pas aux petits rois bretons de nature à être rejetée. Comme ils savaient que, par la faveur du nouvel empereur, leurs filles ne devaient être mariées qu’à leurs compatriotes et aux plus riches, ils choisirent autant de jeunes vierges qu’il y avait de soldats.

« À leur tête était la princesse Ursule, fille de Dionoc, roi de Cornouailles, fiancée à Conan, général des Bretons qui faisaient partie de l’armée de Maxime. Réunies à Londres, elles furent embarquées malgré elles sur des navires ; on lève l’ancre et pendant que les matelots se dirigent vers l’Armorique, une violente tempête les jette sur les rivages de la Germanie.

« Il arriva qu’alors, les hordes des Huns, appelées par Gratien contre Maxime, occupaient ce littoral. Ayant rencontré cette belle troupe de jeunes filles, ils se précipitèrent sur elles pour assouvir leurs brutales passions. Mais sainte Ursule exhorte ses compagnes à subir la mort plutôt que le déshonneur, et elles se déterminent toutes à résister aux barbares.

« Les Huns, transportés de fureur, les massacrèrent toutes sans exception. Sainte Ursule, victime illustre, succombe la dernière, couchée sur ses compagnes comme sur un précieux monceau de perles précieuses ; puis elle leur sert de guide au Ciel, où elle entre victorieuse avec elles, ornée de la pourpre d’un sang virginal, et conduisant cette armée de jeunes Saintes couronnées du double laurier de la virginité et du martyre.

« Leurs corps furent ensevelis à Cologne avec les plus grands honneurs, et la Chrétienté entière célèbre, avec une mémoire toujours présente, le triomphe de ces Vierges héroïques. » C’était l’an 383, saint Damase Ier étant pape et Gratien empereur romain.

Sainte Ursule est patronne de la ville de Cologne.


Mardi 16 janvier 2018
S. Marcel Ier,

pape et martyr
3e classe

Temps après l’Épiphanie

S. Honorat,

évêque et confesseur


S. Bérard et ses compagnons,

martyrs chez les Maures du Maroc


voir Le Martyrologe #90-4




Oraison - collecte
Nous Vous supplions, Seigneur, d’exaucer, dans Votre clémence, les prières de Votre peuple, afin que nous soyons aidés par les mérites du bienheureux Marcel, Votre Martyr et Pontife, dont la passion est pour nous un sujet de joie. Par le même Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Chef suprême de l’Église lors des dernières persécutions des empereurs de Rome, saint Marcel rendit témoignage à la divinité du Christ « en perdant sa vie par amour pour Lui ».


La sainte veuve Lucine lui ayant offert sa maison, il en fit une église qui porte le titre de Saint-Marcel. Maxence y fit amener les fauves des écuries publiques et condamna le Saint Pape à les garder. Ses souffrances toutes pleines des consolations divines lui permirent de compatir plus pleinement encore aux peines des Chrétiens dont il était le pasteur.


Épuisé par les mauvais traitements, vaincu par la douleur, il mourut en l’an 309. Cette résistance héroïque contre laquelle se brise la violence du César prouve que Jésus est Dieu, car « c’est Sa main qui porte secours à Son serviteur, et c’est Son bras qui le fortifie pour que l’ennemi n’ait point sur lui l’avantage ».

Bientôt, en effet, le règne divin du Sauveur sera reconnu et à partir de l’empereur Constantin, l’Église de Rome, « Reine des Églises », comme l’appelait saint Marcel, sera la reine du monde, non seulement dans l’ordre spirituel, mais encore dans l’ordre temporel.


Imitons le courage du Saint Pontife Marcel à défendre les droits divins du Christ afin qu’ils puissent se manifester à nouveau par le triomphe de l’Église.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Travaillez, dans votre situation, au salut des âmes et à la gloire de Dieu.

Méditation du jour
C’est moi qui fais mon Éternité  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|