Ste Thérèse de Jésus (d’Avila)
15 octobre

RÉSUMÉ :

Née à Avila, en Espagne, sainte Thérèse de Jésus fut, dès sa tendre en-fance, dévorée du désir du martyre. À l’âge de dix-huit ans, elle entra au couvent de Sainte-Marie du Mont-Carmel, et se consacra au Christ qu’elle choisit pour époux.

Son cœur était si embrasé des flammes de l’Amour divin qu’elle écrivait : « Comme l’âme ravie sent dans ce corps sa captivité et la misère de la vie ! Elle se regarde comme une esclave vendue sur une terre étrangère, et ce qui lui est plus amer, c’est de voir de tous côtés cet amour passionné qu’on a pour cette vie et si peu de bannis qui gémissent comme elle, et demandent la fin de l’exil ».

Sur le conseil de Jésus elle prononça le vœu si difficile de faire toujours ce qu’elle jugerait être le plus parfait. Elle atteignit dans l’oraison le plus haut degré de la vie mystique.

« L’oraison la mieux faite et la plus agréable à Dieu, écrivait-elle, est celle qui laisse après elle de meilleurs effets s’annonçant par les œuvres, et non pas ces goûts qui n’aboutissent qu’à notre propre satisfaction ».

Et l’action de cette humble vierge qui convertit des milliers d’âmes, prouve assez le rôle prépondérant de la vie contemplative, qui provient de ce fait qu’on s’y adresse directement à Dieu, Auteur de tout bien.

Sainte Thérèse de Jésus, réformatrice des Carmélites (1515 - 1582).
Sainte Thérèse de Jésus, réformatrice des Carmélites (1515 - 1582).

879

Sainte Thérèse de Jésus (1) naquit en Espagne, de parents nobles et chrétiens. C’était l’an 1515, Léon X étant pape, Maximilien Ier empereur du saint Empire romain-germanique et François Ier roi de France.

Dès l’âge le plus tendre, un fait révéla ce qu’elle devait être un jour. Parmi ses frères, il y en avait un qu’elle aimait plus que les autres ; ils se réunissaient pour lire ensemble la Vie des Saints : « Quoi ! lui dit-elle, les Martyrs verront Dieu toujours, toujours ! Allons, mon frère, chez les cruels Maures, et soyons martyrs aussi nous, pour aller au Ciel. »

Et, joignant les actes aux paroles, elle emmenait son petit frère Rodrigue ; ils avaient fait une demi-lieue, quand on les ramena au foyer paternel.

Elle avait dès lors une grande dévotion à la sainte Vierge. Chaque jour elle récitait le Rosaire. Ayant perdu sa mère, à l’âge de douze ans, elle alla se jeter en pleurant aux pieds d’une statue de Marie et la supplia de l’accepter pour sa fille, promettant de la regarder toujours comme sa Mère.

Cependant sa ferveur eut un moment d’arrêt. De vaines lectures, la société d’une jeune parente mondaine, refroidirent son âme sans toutefois que le péché mortel la ternit jamais. Mais ce relâchement fut court, et, une vive lumière divine inondant son âme, elle résolut de quitter le monde. Elle en éprouva un grand déchirement de cœur ; mais Dieu, pour l’encourager, lui montra un jour la place qu’elle eût occupée en enfer, si elle s’était attachée au monde.

Dieu voulant faire de sainte Thérèse le type le plus accompli peut-être de l’union d’une âme avec l’Époux céleste, employa vingt ans à la purifier par toutes sortes d’épreuves terribles : maladies, sécheresses spirituelles, incapacité dans l’oraison. Jésus-Christ, qui ne voulait pas la moindre tache en elle, ne lui laissait aucun repos, et exigeait d’elle le sacrifice même de certaines amitiés très innocentes.

« Désormais, lui dit-Il à la fin de cette période d’expiation, Je ne veux plus que tu converses avec les hommes ! » À ces mots, elle se sentit tout à coup établie en Dieu de manière à ne plus avoir d’autre volonté, d’autre goût, d’autre amour que ceux de Dieu même et à ne plus aimer aucune créature que pour Dieu, comme Dieu et selon Dieu.

Elle devint la réformatrice de l’Ordre du Carmel (2), et travailla tant au salut des âmes, que, d’après une révélation, elle convertit plus d’âmes, dans la retraite de son couvent, que saint François Xavier dans ses missions.

Un Séraphin vint un jour la percer du dard enflammé de l’Amour divin. Jésus la prit pour épouse. Ses révélations, ses écrits, ses miracles, ses œuvres, ses vertus, tout est à la même hauteur sublime.

Elle mourut de l’effet de l’Amour divin dans la nuit du 4 au 15 octobre (3). C’était l’an 1582, Grégoire XIII étant pape, Rodolphe II empereur du saint Empire romain-germanique et Henri III roi de France.

-------------------

(1). Notre Sainte du jour avait comme nom de religieuse (au Carmel d’Avila en Espagne) : Sœur Thérèse de Jésus. Elle fut choisie pour être la sainte patronne d’une fillette de la famille Martin qui a été baptisée du nom de Thérèse. Plus tard, cette fillette entra à son tour au Carmel (de Lisieux en France) et eut comme nom de religieuse : Sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la sainte Face, fêtée le 3 octobre.

(2). L’ordre du Carmel répandu en Orient aux temps apostoliques pénétra en Occident au XIIIe siècle. Les personnes illustres de cet Ordre tant par leur sainteté que par leur dignité et leurs écrits sont en très grand nombre. Plusieurs ont rempli les premières dignités de l’Église.

(3). Grégoire XIII, pour opérer la réforme du calendrier romain, avait arrêté de supprimer dix jours de l’année 1582 : le lendemain du 4 octobre devait s’appeler le 15 du même mois. C’est dans cette nuit historique du 4 au 15 que mourut sainte Thérèse.


Dimanche 5 juillet 2020
5e dimanche après la Pentecôte
SOLENNITÉ (1re classe)
DES SAINTS APÔTRES PIERRE ET PAUL

1re classe
Temps après la Pentecôte

Mémoire de cinquième dimanche après la Pentecôte


Oraison - collecte
Ô Dieu, qui avez consacré ce jour par le martyre de Vos Apôtres saint Pierre et saint Paul, faites la grâce à Votre Église, de suivre en tout le précepte de ceux par qui la religion a commencé. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


Mémoire du cinquième dimanche après la Pentecôte :


Ô Dieu, qui avez préparé des biens invisibles à ceux qui Vous aiment, répandez dans nos cœurs la tendresse de Votre amour, afin que, Vous aimant en toutes choses, nous obtenions un jour ces biens que Vous nous avez promis et qui surpassent tous nos désirs. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Saint Antoine-Marie naquit d’une famille noble de Crémone. La pénétration de son esprit, accrue encore par l’intégrité de sa vie, lui donna la supériorité sur ses condisciples. Après avoir conquis ses grades de docteur en médecine à Padoue, il comprit, sur un avertissement de Dieu, qu’il était appelé à guérir les maladies des âmes plutôt que celles des corps.


Comme le jeune homme de l’Évangile, il avait observé les Commandements dès son enfance ; plus fidèle que lui, il quitta tout pour suivre Jésus. Il fonda l’Ordre des Clercs réguliers dont les membres s’appellent les Barnabites, parce qu’ils s’installèrent près de l’église Saint-Barnabé. Saint Antoine-Marie leur donna saint Paul comme modèle et protecteur.


Il était, comme ce grand Apôtre, rempli de la science suréminente du Christ. Aussi l’Introït, le Graduel, l’Alléluia et la Communion lui appliquent-ils les paroles mêmes de l’Apôtre et l’Épître est-elle celle où le Docteur des Gentils donne à son disciple Timothée les conseils qui le guidèrent dans son enseignement.

Consolé par la vision céleste des Apôtres, il mourut très saintement à l’âge de trente-six ans, en l’année 1539.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Donnez-vous à Dieu dès votre jeunesse ; ne remettez pas à demain votre sanctification.

Méditation du jour
De l’obéissance  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|