Ste Dévote
27 janvier
Bloc de timbres-poste pour le 1700e anniversaire de l
Bloc de timbres-poste pour le 1700e anniversaire de l'arrivée de sainte Dévote à Monaco.

1208

Sainte Dévote, vierge, née, comme on le rapporte, à Mariana, ville autrefois importante de l’île de Corse, souffrit sous les empereurs Dioclétien et Maximien le martyre pour Jésus-Christ.

Elle avait eu le bonheur de rencontrer pour nourrice une femme chrétienne, qui lui communiqua avec son lait le précieux aliment de la religion. Ayant appris la prochaine arrivée dans la Corse d’un envoyé romain qui venait pour exciter la persécution contre les Chrétiens, elle se retira dans la maison d’Eutice, patricien et sénateur ; et là, vaquant le jour et la nuit à la lecture des Livres saints, à l’oraison et aux jeûnes qu’elle observait continuellement, excepté le jour de la Résurrection du Seigneur, elle se préparait, comme si elle avait eu le pressentiment de l’avenir, au combat suprême qui l’attendait.

Eutice l’avait souvent exhortée à tempérer quelque peu l’austérité de son genre de vie ; mais il finit par comprendre combien était vraie la réponse qu’elle avait coutume de lui faire, savoir : qu’elle trouvait une suffisante réfection dans les dons célestes que Dieu lui accordait ; sous la maigreur et la pâleur de visage de la jeune fille, il vit paraître une effusion de lumière divine dont il avait peine à soutenir l’éclat.

Il vint donc de Rome dans l’île de Corse un président du nom de Barbare, et la délation lui fit bientôt connaître qu’il y avait, cachée dans la maison d’Eutice, une vierge chrétienne à qui l’on ne pouvait persuader de répudier le Christ ni de vénérer les faux dieux. Le président propose alors à Eutice de la lui envoyer, certain de la faire changer d’avis par les menaces ou par les tourments. Eutice répond qu’il a une telle estime pour la vierge, qu’il ne saurait la livrer à aucun prix. Sur cela le rusé président suspendit l’exécution de son dessein, et craignant que l’affaire ne fût pas pour lui sans péril, s’il s’engageait dans une lutte avec un homme de ce rang et de cette autorité, il pensa qu’il valait mieux se débarrasser déjà d’Eutice.

Timbre-poste émis par la Principauté de Monaco en 1951
à l’occasion de l’Année Sainte (1950) proclamée par Pie XII

Troisième d’une série de douze valeurs tous sujets religieux

Le jugement de sainte Dévote.  Réalisé par Gandon, maître-graveur.
Le jugement de sainte Dévote.
Réalisé par Gandon, maître-graveur.

Timbre-poste émis par la Principauté de Monaco en 1998
(deux paires tête-bêche formant un bloc commémoratif
pour la fête nationale et celle de sainte Dévote)
Vitrail réalisé par Nicolas Lorin, maître-verrier à Chartres
Vitrail de la chapelle Saint-Jean-Baptiste du palais princier donnant sur la Cour d
Vitrail de la chapelle Saint-Jean-Baptiste du palais princier
donnant sur la Cour d'honneur.
Chapelle restaurée après les dégâts de la révolution dite française.

1987

À quelque temps de là le sénateur succombait au poison, et incontinent sainte Dévote était saisie et traînée devant le tribunal. Sommée de sacrifier aux dieux, elle répondit qu’elle rendait chaque jour, dans la pureté de son cœur, un culte au vrai Dieu ; quant à des dieux de cire, d’argile et de pierre, attendu qu’ils ne sont rien que des simulacres, ouvrages faits de la main de l’homme, qui n’ont ni raison, ni sentiment, elle les méprisait souverainement. À cela Barbare, transporté de fureur, ordonne qu’on la traîne sur un sol rocailleux et inégal, enfin qu’on la suspende au chevalet, où, pendant qu’elle expirait, on vit sortir de sa bouche une blanche colombe qui prit son vol en haut et disparut dans le ciel.

Comme l’ordre avait été donné de brûler, le jour suivant, le corps de la vierge, deux clercs, qui se cachaient dans les environs par la crainte des païens, avertis par une vision céleste, l’enlevèrent la nuit, l’embaumèrent avec le secours de plusieurs jeunes filles chrétiennes et le déposèrent dans une embarcation pour le transporter en Afrique. Mais le vent étant devenu plus fort, et la barque, qui était restée assez longtemps à sec sur le rivage, s’affaissant un peu par l’eau qu’elle recevait, le batelier dut travailler beaucoup durant une bonne partie de la nuit, si bien qu’ensuite, vaincu par le sommeil et la fatigue, il s’endormit un peu.

Arrivée de sainte Dévote à Monaco, guidée par la colombe céleste.
Arrivée de sainte Dévote à Monaco, guidée par la colombe céleste.

1210

Et voilà qu’il lui sembla voir sainte Dévote qui l’avertissait que le vent et la mer étaient maintenant calmes, et que la barque était et serait désormais impénétrable à l’eau ; qu’il devait se diriger du côté où lui et le prêtre qui était avec lui verraient s’envoler une colombe sortant de sa bouche, jusqu’à ce qu’ils arrivassent en un lieu nommé Monachon, des moines. Alors le batelier se levant et obéissant à la parole qu’il avait entendue, parvint heureusement au port d’Hercule Monécus (Monaco), précédé de la colombe qui lui montrait le chemin, et qui s’arrêta en cet endroit, c’est-à-dire entre Nice et Albintemelium (Vintimille).

C’était vers l’an 300, saint Marcellin étant pape ; sous la 1re tétrarchie impériale de Dioclétien, Maximien, Galère et Constance.

Sainte Dévote apparut plus d’une fois au sommet de la citadelle monégasque pour la délivrer des ennemis.
Sainte Dévote apparut plus d’une fois
au sommet de la citadelle monégasque
pour la délivrer des ennemis.

1211

Depuis lors sainte Dévote est honorée avec une grande célébrité dans ce pays, où l’on rapporte qu’on l’a vue plus d’une fois apparaître au sommet de la citadelle pour la délivrer des ennemis.

PATRONNE DE LA CORSE

Cependant les Corses, pour n’être pas privés de tout gage de sainte Dévote, leur compatriote, qu’ils vénèrent comme la patronne principale de leur île, obtinrent des habitants de Monaco, en 1687, quelques-unes de ses reliques pour les conserver et les vénérer.

Une colombe qui guide l’esquif où se trouvent ses reliques, est l’attribut de sainte Dévote.

LES CÉRÉMONIES RELIGIEUSES EN PRINCIPAUTÉ DE MONACO

  • C’était avant le déluge (conciliaire…), en 1944, sous un Pape (Pie XII) alors couronné et portant dans ses Armes —comme il se doit— la tiare pontificale. Choses aujourd’hui disparues.

  • C’était le beau temps de la philatélie : avec des timbres-poste gravés, comme cette série, souvent par des maîtres (comme Pierre Gandon, graveur, peintre, illustrateur et fils de graveur, Grand Prix de Rome à 22 ans) et imprimés en taille-douce.

    Art et technique donc. Et religion.

Deuxième valeur de la série de neuf timbres-poste émis par la Principauté de Monaco en 1944

En l’honneur de sainte Dévote, patronne de la Principauté

1849

La procession des reliques de sainte Dévote sur fond de château princier.


Portant la chasse : quatre diacres (en aube revêtus de la dalmatique) et sous-diacres (en aube revêtus de la tunique).


Les membres du clergé portent des palmes, symboles du martyre.


Derrière au moins deux évêques mitrés (celui de Monaco et des invités).

Troisième valeur de la série de neuf timbres-poste émis par la Principauté de Monaco en 1944

En l’honneur de sainte Dévote, patronne de la Principauté

1850

La procession descend du Rocher de Monaco, par les remparts sur fond des Alpes maritimes, pour se rendre vers le port.

Les servants (enfants de chœur) sont habillés comme des clercs, donc en soutanelles noires et revêtus de la cotta.

Les religieux, les personnalités et les fidèles suivent sur deux files.

Quatrième valeur de la série de neuf timbres-poste émis par la Principauté de Monaco en 1944

En l’honneur de sainte Dévote, patronne de la Principauté

1851

La procession, avec ses bannières, arrive sur le port et se rend vers la petite église Sainte-Dévote.

Le vallon en arrière (vers le Nord) est encore largement ouvert avec les deux ponts (axes transversaux de la Principauté) route et chemin de fer.

Aujourd’hui il y a la nouvelle gare qui ferme le vallon.

CANTIQUE À SAINTE DÉVOTE

Simple et beau cantique

2085

À SAINTE DÉVOTE, PATRONNE DE MONACO


Patronne tutélaire,

Exaucez-nous là-haut ;

Entendez notre prière,

Protégez Monaco.

1. Sur la rive parfumée,

Que votre amour choisit,

La vague brille azurée

Et l’oranger fleurit.


2. À vos pieds la souffrance

Trouve la guérison ;

Le pauvre, l’espérance,

Le pécheur, le pardon.


3. Dans le cœur de l’enfance,

Espoir de l’avenir,

Conservez l’innocence

Qu’un souffle peut ternir.


4. La jeunesse rayonne

Sur votre front de vingt ans ;

Gardez-nous la couronne

Des purs, des combattants.


5. En vain le mal conspire

Et semble triomphant ;

Rien ne pourra séduire

L’âme de vos enfants.


6. À notre heure dernière,

Descendez pour nous bénir ;

Recevez notre prière,

Notre dernier soupir.



(A.M.D.G. Livre de prières paroissial, prières, Offices, Doctrine, Évangiles. Apostolat de la prière, 6e édition, 2.510e mille, imprimatur Toulouse-1935)


Mardi 16 janvier 2018
S. Marcel Ier,

pape et martyr
3e classe

Temps après l’Épiphanie

S. Honorat,

évêque et confesseur


S. Bérard et ses compagnons,

martyrs chez les Maures du Maroc


voir Le Martyrologe #90-4




Oraison - collecte
Nous Vous supplions, Seigneur, d’exaucer, dans Votre clémence, les prières de Votre peuple, afin que nous soyons aidés par les mérites du bienheureux Marcel, Votre Martyr et Pontife, dont la passion est pour nous un sujet de joie. Par le même Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Chef suprême de l’Église lors des dernières persécutions des empereurs de Rome, saint Marcel rendit témoignage à la divinité du Christ « en perdant sa vie par amour pour Lui ».


La sainte veuve Lucine lui ayant offert sa maison, il en fit une église qui porte le titre de Saint-Marcel. Maxence y fit amener les fauves des écuries publiques et condamna le Saint Pape à les garder. Ses souffrances toutes pleines des consolations divines lui permirent de compatir plus pleinement encore aux peines des Chrétiens dont il était le pasteur.


Épuisé par les mauvais traitements, vaincu par la douleur, il mourut en l’an 309. Cette résistance héroïque contre laquelle se brise la violence du César prouve que Jésus est Dieu, car « c’est Sa main qui porte secours à Son serviteur, et c’est Son bras qui le fortifie pour que l’ennemi n’ait point sur lui l’avantage ».

Bientôt, en effet, le règne divin du Sauveur sera reconnu et à partir de l’empereur Constantin, l’Église de Rome, « Reine des Églises », comme l’appelait saint Marcel, sera la reine du monde, non seulement dans l’ordre spirituel, mais encore dans l’ordre temporel.


Imitons le courage du Saint Pontife Marcel à défendre les droits divins du Christ afin qu’ils puissent se manifester à nouveau par le triomphe de l’Église.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Travaillez, dans votre situation, au salut des âmes et à la gloire de Dieu.

Méditation du jour
C’est moi qui fais mon Éternité  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|