S. Sabin
30 décembre

On lit au Martyrologe Romain :


« À Spolète, l’anniversaire de saint Sabin, évêque d’Assise, des diacres Exupérance et Marcel, du gouverneur Vénustien avec sa femme et ses fils, sous l’empereur Maximien.

« Saint Marcel et saint Exupérance furent d’abord tourmentés sur le chevalet, puis maltraités à coups de bâton et déchirés avec des ongles de fer ; ils eurent enfin les flancs entièrement brûlés, et consommèrent ainsi leur martyre.

« Peu de temps après, saint Vénustien, sa femme et ses fils, furent mis à mort par le glaive.

« Quant à saint Sabin, il eut les mains coupées, subit une longue et dure prison, finalement fut battu jusqu’à la mort.

« Bien que le martyre de ces Saints ait eu lieu en des temps différents, il est néanmoins commémoré en un même jour. »

L
L'Évêque saint Sabin à qui on coupe les mains pour avoir jeté et brisé une idole
qu'on prétendait lui faire adorer ainsi qu'à des membres de son clergé.

1146

À l’époque de la grande persécution religieuse allumée par l’empereur Maximien-Hercule (286-305), la cruauté que l’on exerça contre les fidèles alla jusqu’à cet excès que, pour les découvrir et pour les perdre, on ne permettait à personne ni d’acheter, ni de vendre, ni même de faire moudre du blé, ou de puiser de l’eau, qu’auparavant on n’eût encensé de petites idoles exposées pour cela sur les marchés et au coin des rues.

Comme ces horribles violences étaient capables d’ébranler les plus fermes, il fallait des hommes véritablement apostoliques pour les affermir dans leur religion. Saint Sabin, évêque de Spolète, dont nous ne connaissons ni le pays ni les glorieux débuts, s’acquitta admirablement de cette fonction, non seulement dans sa ville épiscopale, mais encore dans plusieurs autres de l’Ombrie.

Vénustien, gouverneur de Toscane, en étant averti, arrêta bientôt cet heureux progrès ; car, ayant rencontré notre Saint à Assise où il prêchait l’Évangile, il le fit mettre en prison avec saint Marcel et saint Exupérance, ses diacres, et plusieurs autres membres de son clergé. Quelque temps après il les fit comparaître devant lui, et voulut les obliger d’adorer une petite statue de Jupiter, faite de corail et revêtue de toile d’or, qu’il avait dans son appartement. Mais saint Sabin la prenant entre ses mains la jeta généreusement par terre et la mit en pièces.

Cette action irrita si fort Vénustien, qu’il fit couper les mains au saint prélat et étendre ses diacres sur le chevalet, où ils furent rompus de coups de bâton, déchirés avec des ongles de fer et brûlés avec des torches ardentes, jusqu’à ce qu’ils eussent rendu l’âme par la rigueur de ces supplices.

Saint Sabin, qui les encouragea toujours durant leur martyre, fut ramené en prison, où, après six jours, une veuve de grande naissance, nommée Sérène, qui employait ses biens à des œuvres de charité, vint le trouver pour lui faire offre de ses services. Depuis, elle prit grand soin de l’assister et de lui fournir les choses nécessaires à la vie ; et sa piété ne fut pas sans récompense ; car, ayant un neveu aveugle, appelé Priscillien, saint Sabin a qui elle l’amena lui rendit la vue : ce qui fut cause de la conversion de quinze prisonniers témoins de ce grand miracle.

Le gouverneur Vénustien avait laissé le Saint en repos, par suite d’une cruelle douleur d’yeux dont il fut tourmenté pendant trente-deux jours ; mais, ayant appris la merveille de la guérison de Priscillien, il vint trouver le thaumaturge dans la prison, avec sa femme et ses deux fils, pour le supplier de lui donner aussi quelque soulagement dans le tourment insupportable qu’il endurait.

Saint Sabin lui répondit que s’il voulait croire en Jésus-Christ et se faire baptiser avec sa famille, il obtiendrait aussitôt ce qu’il demandait. Il y consentit, jeta dans la rivière les morceaux de la statue de corail dont nous avons parlé, se fit instruire des mystères de notre religion, et reçut le sacrement de la régénération spirituelle. Sa femme et ses enfants participèrent à ce bonheur et peu de temps après ils perdirent tous la tête pour la confession de l’Évangile, par sentence de Lucius, que Maximien envoya exprès pour les juger.

Pour saint Sabin, ce nouveau président le fit conduire à Spolète, où il fut condamné à être fouetté avec des cordes plombées : les bourreaux exécutèrent cet arrêt avec tant de violence et de cruauté qu’il expira entre leurs mains.

Ce fut le 7 décembre ; mais le Martyrologe romain ne le marque qu’au 30. C’était l’an 303, saint Marcellin étant pape, Dioclétien empereur d’Orient et Maximien en Italie. Sainte Sérène, qui fut aussi dans la suite couronnée d’un glorieux martyre, enleva son corps et l’enterra honorablement à un mille de la ville, avec ses mains qu’elle avait rachetées et embaumées et qu’elle conservait précieusement dans un vase de cristal. Depuis, l’on a bâti en son honneur une insigne basilique et une église souterraine. Ses reliques ont été transportées à Faënza (Romagne), ce qui a fait dire à quelques auteurs qu’il en avait été évêque. Plusieurs autres villes d’Italie en ont des ossements et sa mémoire y a toujours été si célèbre que l’on y voit divers monastères bâtis sous son nom.


Mardi 21 août 2018
Ste Jeanne-Françoise

Frémiot de Chantal,

veuve
3e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Dieu tout-puissant et miséricordieux, qui, après avoir embrasé de Votre amour la bienheureuse Jeanne-Françoise, lui avez donné la force d’âme admirable qui la fit avancer en perfection dans toutes les situations de la vie, et qui avez voulu orner par elle Votre Église d’une nouvelle famille religieuse ; faites, en considération de ses mérites et de ses prières, que, conscients de notre faiblesse, mais confiants en Votre secours, nous puissions, à l’aide de la grâce céleste, surmonter tout ce qui nous est contraire. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Comme Marie, dont nous venons de célébrer l’Assomption, sainte Jeanne-Françoise de Chantal fut épouse, mère et veuve. Comme saint Bernard, elle naquit à Dijon et reçut au baptême le nom de Jeanne, parce que ce jour-là, 23 janvier 1572, le calendrier portait le nom de saint Jean l’Aumônier. Celui de Françoise qu’elle ajouta, lors de sa Confirmation, nous rappelle le doux Saint de Genève.


Comme autrefois saint Benoît et sainte Scholastique, comme saint François d’Assise et sainte Claire, saint François de Sales et sainte Jeanne-Françoise, correspondant aux desseins de la divine Providence, unirent leurs pieux efforts et illustrèrent l’Église par la « fondation d’une nouvelle famille ».


À la mort du baron de Chantal (1601), la jeune veuve se consacre au Seigneur par le vœu de chasteté perpétuelle, et elle écrit avec un fer rouge sur sa poitrine le nom de Jésus. Femme forte, elle quitta tout pour acheter à ce prix la perle précieuse de la vie religieuse. De ses six enfants il lui en restait encore quatre et son vieux père. « Arrêtons le cours de nos larmes, lui dit ce vénérable vieillard, pour faire plus d’honneur à la sainte volonté de Dieu ».


Son fils, Celse-Bénigne, s’oppose au départ de sa mère et se couche en travers de la porte : « Si je ne puis vous retenir, du moins vous passerez sur le corps de votre fils ». Madame de Chantal lutte contre les révoltes de son cœur, et, après avoir laissé couler librement ses larmes, elle s’arme de force et passe sur le corps de son fils. Elle devint la mère de nombreuses vierges de l’Ordre de la Visitation, aujourd’hui répandues dans le monde entier et auxquelles, toute pleine de l’esprit de charité divine elle répétait sans cesse comme saint Jean, son patron : « Aimons Dieu de tout notre cœur, et notre prochain comme nous-mêmes pour l’amour de Dieu ».


Elle mourut en 1641 à Moulins. À l’exemple et par l’intercession de sainte Jeanne-Françoise prions Dieu, afin que, connaissant notre faiblesse et confiants en Sa force, nous surmontions par Sa grâce tous les obstacles.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Retenez la belle devise de sainte Jeanne-Françoise : « Mourir à soi pour vivre à Dieu ».

Méditation du jour
Acte de conformité à la volonté de Dieu  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|