S. Romuald
7 février

RÉSUMÉ :

Saint Romuald naquit à Ravenne, en Italie, et quitta le monde dès sa vingtième année pour s’adonner dans la prière et la méditation à l’œuvre de pénitence entreprise par Jésus.

Attaqué par Satan qui lui dressait des embûches il sut toujours lui inspirer de la terreur, il jouissait auprès des princes et des rois d’une grande influence qu’il employa pour les âmes.

Saint Romuald fut le fondateur d’une des branches de l’Ordre de Saint Benoît. Comme le Patriarche Jacob, il aperçut en vision une échelle qui s’élevait de la terre au Ciel et sur laquelle montaient et descendaient des religieux vêtus de blanc. Il fit l’acquisition du champ où il se trouvait à ce moment et dont le propriétaire s’appelait Maldule. Il y bâtit le monastère auquel il donna le nom de Camaldule (champ de Maldule) qui désigne son Ordre.

Il mourut en 1027 à l’âge de 120 ans à Val de Castro, et son corps, retrouvé intact cinq ans plus tard, fut déposé dans l’église du monastère de Fabriano.

Saint Romuald montrait toujours au milieu de ses macérations un visage si joyeux qu’il réjouissait ceux qui le voyaient. Imitons-le pendant le saint Temps du Carême.

Saint Romuald fuyant sa jeunesse orageuse.
Saint Romuald fuyant sa jeunesse orageuse.

1237

Saint Romuald naquit à Ravenne d’une des plus illustres familles d’Italie, en 907, Sergius III étant pape, Léon VI empereur à Byzance, Louis IV empereur d’Allemagne et Charles III le Simple roi de France.

Sa jeunesse fut orageuse, mais bientôt la grâce, qui le poursuivait, triompha de ses résistances, et il racheta son passé par les plus effrayantes austérités. Après avoir vécu sept ans dans un monastère de saint Benoît, il se sentit inspiré de mener la vie solitaire, et alla habiter avec un saint homme qui lui faisait réciter chaque jour de mémoire tout le psautier. Quand il faisait quelque faute, l’ermite, toujours armé d’une verge, lui donnait un rude coup sur l’oreille gauche. Saint Romuald souffrait patiemment ; cependant un jour, s’apercevant qu’il perdait l’ouïe du côté gauche, il pria le rude vieillard de le frapper sur l’oreille droite. Ce fait suppose un grand progrès dans la vertu.

Bientôt saint Romuald devint le chef d’une foule de solitaires ; il réforma et fonda un grand nombre de monastères, et établit enfin l’Ordre des Camaldules. Dieu éprouva sa vertu par les terribles assauts du démon, qui lui demandait à quoi servaient tant de prières et de pénitences. Les victoires du Saint rendaient son ennemi plus furieux, et plus d’une fois il fut battu et foulé aux pieds par des esprits malins revêtus des formes les plus fantastiques : « Quoi ! disait saint Romuald au démon, en se moquant de lui, tu as été chassé du Ciel et tu viens au désert montrer ta honte ! Va-t’en, bête immonde, vilain serpent ! »

Notre Saint jouit à un haut degré du don des larmes ; il ne pouvait célébrer la Messe sans pleurer, et, pendant son oraison, vaincu par l’émotion et ravi en extase, il s’écriait : « Jésus, mon cher Jésus ! ô doux miel, ineffable désir, délices des Saints, suavité des Anges ! »

Arrivé à une extrême vieillesse, il jeûnait encore tous les jours, et, pendant le Carême, il se contentait d’une écuelle de légumes à son unique repas. Quelquefois il demandait certains mets afin de les voir, d’en faire le sacrifice à Dieu et de se moquer de la sensualité : « Voilà un bon morceau, bien apprêté, Romuald, disait-il, tu le trouverais bien de ton goût, n’est-ce pas ? eh bien ! tu n’y toucheras pas, et tu n’en auras eu la vue que pour te mortifier davantage. »

Il faisait tant et de si grands miracles que toute la nature semblait lui être soumise. Cet illustre athlète de la pénitence, malgré ses austérités étonnantes, mourut à l’âge de cent vingt ans, dont quatre-vingt-treize ans dans la vie érémitique. C’était l’an 1027, le 19 juin, Jean XIX étant pape, Lothaire II empereur d’Allemagne et Robert II le Pieux roi de France.


Mardi 21 août 2018
Ste Jeanne-Françoise

Frémiot de Chantal,

veuve
3e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Dieu tout-puissant et miséricordieux, qui, après avoir embrasé de Votre amour la bienheureuse Jeanne-Françoise, lui avez donné la force d’âme admirable qui la fit avancer en perfection dans toutes les situations de la vie, et qui avez voulu orner par elle Votre Église d’une nouvelle famille religieuse ; faites, en considération de ses mérites et de ses prières, que, conscients de notre faiblesse, mais confiants en Votre secours, nous puissions, à l’aide de la grâce céleste, surmonter tout ce qui nous est contraire. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Comme Marie, dont nous venons de célébrer l’Assomption, sainte Jeanne-Françoise de Chantal fut épouse, mère et veuve. Comme saint Bernard, elle naquit à Dijon et reçut au baptême le nom de Jeanne, parce que ce jour-là, 23 janvier 1572, le calendrier portait le nom de saint Jean l’Aumônier. Celui de Françoise qu’elle ajouta, lors de sa Confirmation, nous rappelle le doux Saint de Genève.


Comme autrefois saint Benoît et sainte Scholastique, comme saint François d’Assise et sainte Claire, saint François de Sales et sainte Jeanne-Françoise, correspondant aux desseins de la divine Providence, unirent leurs pieux efforts et illustrèrent l’Église par la « fondation d’une nouvelle famille ».


À la mort du baron de Chantal (1601), la jeune veuve se consacre au Seigneur par le vœu de chasteté perpétuelle, et elle écrit avec un fer rouge sur sa poitrine le nom de Jésus. Femme forte, elle quitta tout pour acheter à ce prix la perle précieuse de la vie religieuse. De ses six enfants il lui en restait encore quatre et son vieux père. « Arrêtons le cours de nos larmes, lui dit ce vénérable vieillard, pour faire plus d’honneur à la sainte volonté de Dieu ».


Son fils, Celse-Bénigne, s’oppose au départ de sa mère et se couche en travers de la porte : « Si je ne puis vous retenir, du moins vous passerez sur le corps de votre fils ». Madame de Chantal lutte contre les révoltes de son cœur, et, après avoir laissé couler librement ses larmes, elle s’arme de force et passe sur le corps de son fils. Elle devint la mère de nombreuses vierges de l’Ordre de la Visitation, aujourd’hui répandues dans le monde entier et auxquelles, toute pleine de l’esprit de charité divine elle répétait sans cesse comme saint Jean, son patron : « Aimons Dieu de tout notre cœur, et notre prochain comme nous-mêmes pour l’amour de Dieu ».


Elle mourut en 1641 à Moulins. À l’exemple et par l’intercession de sainte Jeanne-Françoise prions Dieu, afin que, connaissant notre faiblesse et confiants en Sa force, nous surmontions par Sa grâce tous les obstacles.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Retenez la belle devise de sainte Jeanne-Françoise : « Mourir à soi pour vivre à Dieu ».

Méditation du jour
Acte de conformité à la volonté de Dieu  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|