S. Raphaël, Archange
24 octobre
Extrait biblique du Livre de Tobie,

l’un des douze « Petits Prophètes »,

Chapitre XII :

  • Belle politesse et reconnaissance de Tobie, qui veut récompenser le compagnon de ses démarches dangereuses.

  • Celui-ci découvre, à Tobie père et à Tobie fils, qui il est.

  • RÉSUMÉ.

Tapisserie d’Aubusson, exemplaire unique (Collection privée)
Saint Raphaël indiquant au jeune Tobie de pêcher un poisson pour en extraire le fiel.
Saint Raphaël indiquant au jeune Tobie de pêcher un poisson pour en extraire le fiel.

922

1. Alors Tobie appela à lui son fils, et lui dit : « Que pouvons-nous donner à ce saint homme qui a été avec vous ? »

2. Tobie répondant, dit à son père : « Mon père, quelle récompense lui donnerons-nous ?

3. « Il m’a mené et ramené en santé, il a été lui-même recevoir l’argent de Gabélus, il m’a fait avoir ma femme, il a éloigné d’elle le démon, il a rempli de joie son père et sa mère ; il m’a délivré du poisson qui allait me dévorer, il vous a fait voir à vous-même la lumière du ciel, et c’est par lui que nous avons été comblés de biens. Que pouvons-nous donc lui donner, qui égale tout ce qu’il a fait pour nous ?

4. « Mais je vous prie, mon père, suppliez-le de vouloir bien accepter la moitié de tout le bien que nous avons apporté. »

5. Tobie, le père, et son fils, le firent venir ensuite ; et l’ayant pris à part, ils le conjurèrent de vouloir bien recevoir la moitié de tout ce qu’ils avaient apporté.

6. L’Ange alors leur parla ainsi en secret : « Bénissez le Dieu du Ciel, et rendez-Lui gloire devant tous les hommes, parce qu’Il a fait éclater sur vous Sa miséricorde.

7. « Car s’il est bon de tenir caché le secret du roi, c’est une chose honorable de révéler et de confesser les œuvres de Dieu.

8. « La prière accompagnée du jeûne et de l’aumône vaut mieux que tous les trésors et tout l’or qu’on peut amasser ;

9. « Car l’aumône délivre de la mort ; et c’est elle qui efface les péchés, et qui fait trouver la miséricorde et la vie éternelle.

10. « Mais ceux qui commettent le péché et l’iniquité sont ennemis de leur âme.

11. « Je vous manifeste donc la vérité ; et je ne vous cacherai point une chose qui est secrète.

12. « Lorsque vous priiez avec larmes, et que vous ensevelissiez les morts, que vous quittiez pour cela votre dîner, et que vous cachiez les morts dans votre maison durant le jour, pour les ensevelir durant la nuit, j’ai présenté vos prières au Seigneur.

[La famille de Tobie, de la tribu de Nephtali, est avec beaucoup d’autres Hébreux déportée à Ninive. Il leur est interdit d’accomplir des actes de religion, particulièrement ce devoir de l’ensevelissement des morts. C’est donc en cachette et avec de grands risques que Tobie cachait les cadavres de ceux qui, souvent, avaient été maltraités.]

13. « Et parce que vous étiez agréable à Dieu, il a été nécessaire que la tentation vous éprouvât.

14. « Maintenant donc, le Seigneur m’a envoyé pour vous guérir, et pour délivrer du démon Sara, la femme de votre fils ;

15. « Car je suis l’Ange Raphaël, l’un des sept qui sommes présents devant le Seigneur. »

16. À ces paroles, ils furent troublés ; et, saisis de frayeur, ils tombèrent le visage contre terre.

17. Et l’Ange leur dit : « La paix soit avec vous ; ne craignez point :

18. « Car lorsque j’étais avec vous, j’y étais par la volonté de Dieu. Bénissez-Le, et chantez Ses louanges.

19. « Je paraissais, à la vérité, boire et manger avec vous ; mais je me nourris d’une viande invisible, et d’un breuvage qui ne peut être vu des hommes.

20. « Il est donc temps que je retourne vers Celui qui m’a envoyé ; et pour vous, publiez toutes Ses merveilles. »

21. Après ces paroles, il disparut de devant eux, et ils ne purent plus le voir.

22. Alors s’étant prosternés le visage contre terre pendant trois heures, ils bénirent Dieu ; et s’étant levés, ils racontèrent toutes les merveilles qu’Il avait faites.


  • RÉSUMÉ :

    Saint Raphaël est l’un des sept Esprits qui se tiennent toujours en face de Dieu et Lui offrent l’encens de leur adoration et de celle des hommes.

    « Quand tu priais avec larmes, déclare-t-il à Tobie, que tu ensevelissais les morts, que tu laissais tes repas, que tu cachais les morts durant le jour dans ta maison, et que, durant la nuit, tu les ensevelissais, c’est moi qui ai présenté ta prière au Seigneur. Et parce que tu étais agréable au Seigneur, il a été nécessaire que la tentation t’éprouvât ».

    Tobie devint aveugle. « La perte de la vue, dit saint Augustin, aboutit pour ce vieillard au bienfait de recevoir un médecin angélique. Saint Raphaël, mot qui signifie Dieu guérit, fut envoyé par Dieu, comme l’Ange qui venait mouvoir l’eau dans la piscine probatique, pour guérir Tobie.

    Il indiqua au jeune Tobie, son fils, le remède à employer pour rendre la vue à son père, il accompagna et protégea le jeune homme dans son voyage, il lui fit trouver une épouse et conjura les maléfices du démon.

    « Nous louons avec des sentiments de vénération, chante l’Église, tous les princes de la cour céleste, mais spécialement l’Archange Raphaël, médecin et compagnon fidèle, enchaînant le démon sous sa puissance. Ô Christ, Roi plein de bonté, en nous donnant un tel gardien, faites que l’ennemi ne puisse nous nuire ». « Qu’il nous assiste du haut du Ciel, l’Ange Raphaël, médecin de notre salut, afin qu’il guérisse tous les malades et dirige nos pas incertains vers la vraie Vie » (Hymne des Laudes). Benoît XV étendit sa fête à l’Église universelle.


  • Mardi 21 août 2018
    Ste Jeanne-Françoise

    Frémiot de Chantal,

    veuve
    3e classe

    Temps après la Pentecôte



    Oraison - collecte
    Dieu tout-puissant et miséricordieux, qui, après avoir embrasé de Votre amour la bienheureuse Jeanne-Françoise, lui avez donné la force d’âme admirable qui la fit avancer en perfection dans toutes les situations de la vie, et qui avez voulu orner par elle Votre Église d’une nouvelle famille religieuse ; faites, en considération de ses mérites et de ses prières, que, conscients de notre faiblesse, mais confiants en Votre secours, nous puissions, à l’aide de la grâce céleste, surmonter tout ce qui nous est contraire. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
    Ainsi soit-il

    Vie du Saint du jour
    Comme Marie, dont nous venons de célébrer l’Assomption, sainte Jeanne-Françoise de Chantal fut épouse, mère et veuve. Comme saint Bernard, elle naquit à Dijon et reçut au baptême le nom de Jeanne, parce que ce jour-là, 23 janvier 1572, le calendrier portait le nom de saint Jean l’Aumônier. Celui de Françoise qu’elle ajouta, lors de sa Confirmation, nous rappelle le doux Saint de Genève.


    Comme autrefois saint Benoît et sainte Scholastique, comme saint François d’Assise et sainte Claire, saint François de Sales et sainte Jeanne-Françoise, correspondant aux desseins de la divine Providence, unirent leurs pieux efforts et illustrèrent l’Église par la « fondation d’une nouvelle famille ».


    À la mort du baron de Chantal (1601), la jeune veuve se consacre au Seigneur par le vœu de chasteté perpétuelle, et elle écrit avec un fer rouge sur sa poitrine le nom de Jésus. Femme forte, elle quitta tout pour acheter à ce prix la perle précieuse de la vie religieuse. De ses six enfants il lui en restait encore quatre et son vieux père. « Arrêtons le cours de nos larmes, lui dit ce vénérable vieillard, pour faire plus d’honneur à la sainte volonté de Dieu ».


    Son fils, Celse-Bénigne, s’oppose au départ de sa mère et se couche en travers de la porte : « Si je ne puis vous retenir, du moins vous passerez sur le corps de votre fils ». Madame de Chantal lutte contre les révoltes de son cœur, et, après avoir laissé couler librement ses larmes, elle s’arme de force et passe sur le corps de son fils. Elle devint la mère de nombreuses vierges de l’Ordre de la Visitation, aujourd’hui répandues dans le monde entier et auxquelles, toute pleine de l’esprit de charité divine elle répétait sans cesse comme saint Jean, son patron : « Aimons Dieu de tout notre cœur, et notre prochain comme nous-mêmes pour l’amour de Dieu ».


    Elle mourut en 1641 à Moulins. À l’exemple et par l’intercession de sainte Jeanne-Françoise prions Dieu, afin que, connaissant notre faiblesse et confiants en Sa force, nous surmontions par Sa grâce tous les obstacles.


     voir la grande vie du Saint


    Résolution pratique du jour
    Retenez la belle devise de sainte Jeanne-Françoise : « Mourir à soi pour vivre à Dieu ».

    Méditation du jour
    Acte de conformité à la volonté de Dieu  suite

    |Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|