S. Jean-Marie Vianney
8 août

RÉSUMÉ :

Saint Jean-Marie Vianney naquit à Dardilly, près de Lyon, le 8 mai 1786.

Ordonné prêtre à Grenoble, le 13 août 1815, il fut curé d’Ars, pendant près de quarante-deux ans.

À l’imitation du Maître, « il prêchait l’Évangile du Royaume et guérissait toute maladie et toute infirmité ». Ses mortifications rendaient fécond son apostolat, car il ne se glorifiait que dans la Croix de Jésus et se réjouissait de pouvoir achever en sa chair ce qui manque aux souffrances du Christ pour Son corps qui est l’Église.

Saint Jean-Marie Vianney mourut le 4 août 1859. Le Pape Pie XI l’a mis au rang des Saints et a étendu l’Office et la Messe à toute l’Église.

630

On a dit de plus d’un personnage, de plus d’un Saint, qu’ils furent les prodiges de leur siècle. Ceci n’est peut-être vrai de personne autant que du curé d’Ars. Cet homme si humble vit, pendant une trentaine d’années, tout l’univers, pour ainsi dire, attentif à ses vertus et à sa gloire, et tout le monde chrétien à ses pieds ; il est assurément l’une des merveilles de la sainteté et de l’apostolat.

Né à Dardilly, non loin de Lyon, trois ans avant la Révolution française, de simples cultivateurs profondément chrétiens, il fut d’abord berger et occupé aux travaux des champs. Dès ses premières années, il se distingua par sa candeur, sa piété, son amour pour la Sainte Vierge, et sa charité pour les pauvres. Il parvint au sacerdoce grâce à sa piété plus qu’à ses talents. Après quelques années de vicariat, il fut appelé à la cure d’Ars, paroisse arriérée et peu chrétienne. Il y entra pauvre, et, en apercevant le clocher, de sa paroisse, il se mit à genoux pour prier Dieu et lui recommander son ministère. Son premier soin fut de visiter ses paroissiens ; il les eut vite conquis par sa vertu, et l’on vit succéder aux abus de toutes sortes et à l’indifférence, grâce à son zèle, un esprit profondément chrétien, une parfaite observation du dimanche : la paroisse, sous l’impulsion du Saint, était devenue une communauté religieuse. Bientôt, des pays voisins, on accourut l’entendre, pour se confesser à lui et obtenir des miracles, qu’il attribuait à sainte Philomène, dont le culte tout nouveau croissait chaque jour en popularité ; aussi l’appelait-il sa chère petite Sainte. Dix ans plus tard, la réputation du saint curé s’était étendue au delà de la France, et l’on ne tarda pas à venir de plus loin ; la paroisse d’Ars, jadis inconnue et solitaire, était devenue un centre d’attraction universelle ; aux personnes pieuses se joignaient des impies, des incrédules, des débauchés ; les conversions se multipliaient par milliers. Il passait régulièrement jusqu’à seize et dix-huit heures par jour au confessionnal, et le reste du temps en prédications, catéchisme et prières.


Lundi 27 janvier 2020
S. Jean Chrysostôme,

évêque, confesseur et

docteur de l’Église universelle
3e classe

Temps après l’Épiphanie



Oraison - collecte
Nous Vous en prions, Seigneur, que Votre céleste grâce accroisse Votre Église, que Vous avez voulu illustrer par les mérites glorieux et par la doctrine du bienheureux Jean Chrysostôme, Votre Confesseur et Pontife. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Saint Jean Chrysostôme né à Antioche vers 344, était un homme d’un grand génie et sa puissante éloquence lui a valu le surnom de Chrysostôme ou bouche d’or.


Le peuple de Constantinople, avide de l’entendre, se pressait en foule dans sa cathédrale. Il s’était épris d’un amour ardent pour saint Paul dont il disait : « Le cœur de saint Paul, c’est le cœur du Christ ». Lui aussi, il a aimé passionnément le Christ, et comme le grand Apôtre, il a tout souffert plutôt que de laisser porter atteinte à Ses droits divins.


Avec saint Athanase, saint Grégoire de Nazianze et saint Basile, il forme le groupe des quatre grands docteurs de l’Église d’Orient.


Sacré Archevêque de la ville impériale, il donna toujours à ceux dont il devenait le père, le pain de la parole et de la grâce. Son courage à flétrir les vices, « à reprendre à temps et à contre-temps », afin d’être toujours le sel de la sagesse qui garantit les âmes contre la corruption, lui valut l’exil et toute sorte de mauvais traitements.


Ce Docteur de l’Église universelle mourut dans le Pont le 14 septembre 407. Ce jour 27 janvier est l’anniversaire de la translation de ses reliques sous Théodose II, en 438.


Aimons à entendre la parole divine, et mettons-la dans notre cœur, afin que notre vie puisse être un reflet de celle de Dieu.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Jurez haine au respect humain ; ne transigez jamais avec le mal.

Méditation du jour
Nécessité et fécondité de la pleine correspondance à la grâce  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|