S. Jean Bosco
31 janvier

RÉSUMÉ :

Saint Jean Bosco (1815-1888), fondateur d’une double famille religieuse, a été suscité de Dieu pour être le Père et le Maître des adolescents.

Pour réaliser son œuvre, il avait reçu en partage la sagesse, une prudence sans bornes et un cœur d’une largeur incommensurable.

Ses grands moyens furent surtout surnaturels : la prière, la confiance en Dieu, la fréquentation des Sacrements, l’aide de Marie Auxiliatrice, les œuvres de préservation et de formation, les Missions à l’étranger.

Ses Fils les Salésiens, et ses Filles, les religieuses de Marie Auxiliatrice, sont répandus dans le monde entier : sa Foi en a fait le Père d’un grand nombre de nations.

1223

Le jour de Pâques de l’année 1934, en présence de foules énormes venues du monde entier à Rome pour célébrer le XIXe centenaire « de la victoire de Jésus-Christ sur la mort et sur les puissances de l’enfer » (Allocution papale), le Pape Pie XI canonisa solennellement Don Bosco qui fut, au XIXe siècle, l’apôtre par excellence du divin Rédempteur auprès des enfants du peuple.

Saint Jean Bosco, né le 16 août 1815, Pie VII étant pape et Louis XVIII roi de France, au hameau des Becchi dans le Piémont, exerça dès sa tendre jeunesse, par son innocence et sa bonté, un grand ascendant sur les enfants.

Tandis que, petit berger, il gardait les troupeaux à la campagne, Dieu lui manifesta par une vision, sa mission future, car il aperçut des milliers de moutons et de brebis qui l’entouraient comme leur pasteur.

Formé au presbytère de Castelnuovo d’Asti, il entra ensuite au séminaire de Chieri et fut ordonné prêtre. S’étant fixé à Turin « il se fit tout à tous, et réalisa « par sa confiance en Dieu » des œuvres multiples en dépit des plus vives oppositions et d’obstacles humainement insurmontables.

« Désireux de venir surtout en aide aux adolescents et spécialement à ceux des classes pauvres et abandonnées », il établit en 1852 la Congrégation des Salésiens et en 1872 celle des Filles de Marie Auxiliatrice. À partir de 1875 il donna à cette œuvre toute son ampleur en créant l’Union des Coopérateurs Salésiens et en faisant « par zèle des âmes et de la propagation de la Foi » (Martyrologe romain) des fondations dans les pays de Missions.

Aussi l’Église le compare à Abraham qui « grâce à sa Foi, espéra contre toute espérance, et devint le père d’une grande multitude selon ce qui lui avait été prédit ».

Célèbre épisode de la vie de saint Jean Bosco sur le point de célébrer la sainte Messe.
Célèbre épisode de la vie de saint Jean Bosco sur le point de célébrer la sainte Messe.

1224

Devenu ainsi « le Père et le Maître » de nombreux adolescents, Don Bosco les dirigea avec une sagesse et une prudence que la liturgie assimile à celle de Salomon (Introït de sa Messe). Son cœur « aussi large que les rivages de la mer » fut, dit Pie XI, « un cœur d’or vraiment maternel et qui connut toutes les tendresses pour les plus pauvres et les plus petits parmi les pauvres et les petits ».

Triptyque postal émis par la Cité du Vatican en 1988

pour célébrer le centenaire de la mort de Don Bosco

Symbole de l
Symbole de l'œuvre éducatrice de saint Jean Bosco.

1852

Comme saint François de Sales, dont il donna le nom à son Institut, il fit tout dans un esprit de Charité divine en s’oubliant lui-même pour ne travailler qu’à la glorification de Dieu et au salut des âmes. Imitant ce grand Docteur, qui s’inspirait lui-même de la doctrine de saint Paul et de l’exemple de Celui « qui fut doux et humble de cœur », Don Bosco cultivait en lui et prêchait continuellement la sainte joie, l’amabilité, l’action de grâces, la bonté, la douceur et l’humilité.

Il défendit avec énergie les intérêts de la Sainte Église et « vint plus d’une fois en aide au Pontife Romain ». « Cet homme très saint ne semblait ni effrayé par les menaces, ni fatigué par les travaux, ni opprimé par les soucis, ni troublé par les adversités parce que son regard était toujours fixé en Dieu.

Il mourut en 1888, le 31 janvier, à l’âge de 73 ans, Léon XIII étant pape et François-Joseph empereur d’Autriche.

Il continue son œuvre sur terre par sa famille religieuse dont Pie XI disait le 3 décembre 1933 : « Et voici cette œuvre telle que nous pouvons la contempler : « 19.000 religieux ou religieuses, 1.430 maisons d’éducation, 80 provinces religieuses, des milliers d’églises, de chapelles, d’internats, de patronages, dix-sept grands territoires de missions évangélisées. Des centaines de mille d’élèves, près d’un million d’anciens élèves, et tout autant de coopérateurs qui, comme il disait souvent, lui font le bras long ». Au Ciel, saint Jean Bosco prie pour eux et pour tous ceux qui recourent avec confiance à son intercession.

Timbre-poste émis par la république Italienne en 1988

pour célébrer le centenaire de la mort de Don Bosco

Saint Jean Bosco entièrement dévoué aux enfants pour leur éducation vraiment chrétienneet l
Saint Jean Bosco entièrement dévoué aux enfants pour leur éducation vraiment chrétienne
et l'apprentissage d'un métier.

Mardi 20 novembre 2018
S. Félix de Valois,

confesseur
3e classe

Temps après la Pentecôte


S. Bénigne,

prêtre et martyr


À Reims : S. Albert de Louvain,

évêque de Liège


S. Colomban,

évêque et confesseur


voir Le Martyrologe #90-4




Oraison - collecte
Ô Dieu, qui par une inspiration céleste, avez daigné appeler Votre bienheureux Confesseur Félix, de la solitude du désert à l’œuvre du rachat des captifs ; faites, s’il Vous plaît, que son intercession nous obtienne de Vous la grâce d’être délivrés de l’esclavage de nos péchés, et de parvenir à la Patrie céleste. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Saint Félix de Valois, suscité par Dieu, institua avec le Bas-alpin saint Jean de Matha l’Ordre des Trinitaires pour le rachat des captifs.


Saint Félix appartenait à la famille royale de France ; il se distingua dès sa plus tendre enfance par sa compassion envers les malheureux. Voulant se dégager de toute prétention au trône, il quitta tout ce qu’il possédait et se retira dans un désert, près de Meaux, où vint le rejoindre saint Jean de Matha.


À la suite d’une vision, ils quittèrent leur solitude et se rendirent à Rome. Innocent III approuva l’Institut qu’ils fondèrent pour la Rédemption des captifs.

Ils étaient prêts à souffrir la faim et la soif et toutes sortes de mauvais traitements pour délivrer leurs frères. De retour en France, ils se présentèrent à Philippe-Auguste qui les favorisa de ses libéralités.

Le Seigneur de Chatillon leur donna un lieu appelé Cerfroi, où ils fondèrent le monastère qui fut le chef-lieu de leur Ordre. Saint Félix rendit son âme à Dieu l’an 1212.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Méditez cette parole de saint Félix mourant : « Heureux le jour où j’ai quitté la cour pour le désert ! »

Méditation du jour
Excellente préparation à la mort  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|