S. Jean-Baptiste de la Salle
15 mai

RÉSUMÉ :

Né à Reims, le 30 avril 1651, d’une famille illustre, saint Jean-Baptiste de la Salle se rendit dès son enfance cher à tous par les vertus de son âme, la douceur de sa nature et la vivacité de son esprit.

Il alla à Paris pour étudier la Théologie à la Sorbonne. Il était chanoine de l’Église Métropole à dix-sept ans. Devenu prêtre, il offrit le Saint Sacrifice avec une Foi très vive et une très grande ardeur d’amour qu’il garda toujours lorsqu’il était à l’autel.

Dieu l’avait suscité « pour donner l’enseignement chrétien aux pauvres et pour affermir la jeunesse dans la voie de la vérité ». Il fonda dans ce dessein une nouvelle congrégation religieuse qu’il nomma les Frères des Écoles Chrétiennes et qui se répandit bientôt par tout le monde.

Par humilité et par amour de la pauvreté, il renonça à son Canonicat et distribua tous ses biens aux pauvres. « Enflammé de zèle pour le salut des âmes, il se dépensa toute sa vie, dit le Bréviaire, pour leur plus grand bien.

Sévissant assidûment contre lui-même par des jeûnes, des flagellations et d’autres austérités, il passait les nuits en prière. Tel fut son genre de vie jusqu’à ce que, remarquable en toutes les vertus, spécialement par son obéissance, son zèle pour l’accomplissement de la volonté divine, son amour et son dévouement envers le Siège apostolique, et chargé de mérites, il s’endormit dans le Seigneur à Rouen le Vendredi-Saint, 7 avril 1719 à l’âge de soixante-huit ans ».

Après s’être efforcé d’ensevelir sa vie dans les fonctions les plus humbles, en servant Jésus dans les petits enfants, il fut élevé par le divin Ressuscité dont il partage la gloire et qui continue à bénir son œuvre dans l’univers entier.

« Brûlons de zèle comme ce Saint pour procurer la gloire de Dieu en sauvant les âmes, afin de partager sa récompense dans les Cieux ».

Timbre-poste émis par la France en 1971
pour le tricentenaire de la naissance de saint Jean-Baptiste de La Salle
En France, on honore (parfois) les Saints sans les désigner comme tels…Timbre gravé par Pierre Gandon, fils de graveur, l
En France, on honore (parfois) les Saints sans les désigner comme tels…
Timbre gravé par Pierre Gandon, fils de graveur,
l'un des grands noms du dessin et de la gravure (depuis 1941) qui fait les beaux timbres.

413

Au moment où Dieu est chassé des écoles publiques pour être plus sûrement chassé du cœur des enfants, il est plus opportun que jamais de publier les grands exemples des Saints qui se sont faits les éducateurs dévoués de l’enfance chrétienne.

Parmi ces éducateurs, le bienheureux Jean-Baptiste de La Salle occupe le premier rang. Outre la fondation si admirable des Frères des Écoles chrétiennes, dont le mérite lui appartient, on peut dire qu’il a été l’inspirateur des fondateurs de l’avenir, et que les institutions plus récentes ont bourgeonné autour du tronc vigoureux qu’il a planté.


Saint Jean-Baptiste, né le 30 avril 1651, appartenait à une noble maison de Reims. Il eût pu aussi bien que personne, grâce à ses talents et à sa situation, briller dans le monde ; mais il préféra se cacher dans le Sanctuaire, ignorant que là était pour lui la source d’une gloire infiniment supérieure à celle du monde, la gloire de la sainteté.

Orphelin à dix-huit ans, après l’achèvement de ses études, il veilla si bien à l’éducation de ses frères et de ses sœurs, qu’il eut deux frères Prêtres et une sœur religieuse : c’était le commencement de son apostolat. Ordonné Prêtre à l’âge de vingt-sept ans, il comprit, sous l’inspiration de Dieu, le plus grand besoin de son époque, et songea à combler une lacune regrettable dans les œuvres si belles et si multiples de la sainte Église. Recruter des jeunes, les installer dans sa maison de chanoine de Reims, les former à l’enseignement de l’enfance, tel fut le commencement de son entreprise.

Cette entreprise subit d’abord des épreuves terribles. Peu de Saints ont eu à souffrir un plus entier crucifiement, que le Bienheureux de La Salle ; peu de Saints ont montré plus de désintéressement, plus de joie dans le sacrifice ; il poussait l’amour divin jusqu’à joindre à tant de croix d’effrayantes mortifications volontaires, soutenues par un esprit de prière tout angélique.

La bénédiction de Dieu ne pouvait manquer à son œuvre, et, en peu d’années, l’Institut comptait seize écoles, où plus de quinze cents enfants recevaient les leçons de la vertu et de la science ; mais chaque année les développements devenaient de plus en plus merveilleux, et quand le saint fondateur, affaibli par la maladie, força ses frères à accepter sa démission, en 1717, toute la France était couverte par les légions de son armée pacifique.


Saint Jean-Baptiste de La Salle employa les deux dernières années de sa vie à sa propre sanctification : « La victime est prête à être immolée ; il faut travailler à la purifier ».

Timbre-poste émis par la principauté de Monaco en 1954
Saint Jean-Baptiste de La Salle, fondateur des « Frères des Écoles  chrétiennes » spécialement pour les enfants pauvres.Canonisé par Léon XIII, il fut proclamé patron des éducateurs de la jeunesse par Pie XII en 1950.
Saint Jean-Baptiste de La Salle, fondateur des « Frères des Écoles chrétiennes »
spécialement pour les enfants pauvres.
Canonisé par Léon XIII, il fut proclamé patron des éducateurs de la jeunesse par Pie XII en 1950.

1713

Timbre-poste émis par la principauté de Monaco en 1954
Dieu a suscité saint Jean-Baptiste de la Salle « pour donner l’enseignement chrétien aux pauvres et pour affermir la jeunesse dans la voie de la vérité ».
Dieu a suscité saint Jean-Baptiste de la Salle « pour donner l’enseignement chrétien aux pauvres
et pour affermir la jeunesse dans la voie de la vérité ».

1714

Série de timbres-poste émis par la principauté de Monaco en 1954
Humour monégasque qui colorie les trois timbres tricolores à l
Humour monégasque qui colorie les trois timbres tricolores à l'envers
car saint Jean-Baptiste, né à Reims en 1651, n'est en rien de la période révolutionnaire anti-catholique.

Mardi 16 juillet 2019
de la Férie
4e classe
Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Nous Vous en prions, Seigneur, accordez-nous, dans Votre bonté, la grâce de penser et d’agir toujours selon la justice ; afin que, ne pouvant exister sans Vous, nous puissions conformer notre vie à Votre volonté. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


Mémoire de la Commémoration de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont-Carmel :


Ô Dieu, qui avez donné à l’Ordre du Carmel la gloire insigne de porter le nom de la bienheureuse Marie, toujours Vierge et Votre Mère, accordez-nous, dans Votre bonté, que soutenus de la protection de celle dont nous honorons aujourd’hui solennellement la mémoire, nous méritions de parvenir aux joies éternelles. Ô vous qui vivez et régnez avec Dieu le Père dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Selon une pieuse tradition autorisée par la Liturgie, le jour de la Pentecôte, nombre d’hommes qui avaient marché sur les traces des saints Prophètes Élie et Élisée, et que saint Jean-Baptiste avait préparés à l’avènement de Jésus, embrassèrent la Foi catholique, et les premiers de tous érigèrent à la Sainte Vierge un sanctuaire sur le Mont-Carmel, à l’endroit même où Élie avait jadis vu s’élever une nuée, figure de la fécondité de la Mère de Dieu. On les appela Frères de la Bienheureuse Marie du Mont-Carmel. Ces religieux vinrent en Europe au XIIIe siècle, et en 1245, Innocent IV approuva leur règle sous le généralat de saint Simon Stock.


Le 16 juillet 1251, Marie apparut à ce fervent serviteur et lui remit l’habit qui devait être leur signe distinctif. Innocent IV bénit ce vêtement et y attacha de nombreux privilèges, non seulement pour les membres de cet Ordre, mais aussi pour tous ceux qui entreraient dans la Confrérie de Notre-Dame du Mont-Carmel. En portant le scapulaire, qui est la réduction de celui des Pères Carmes, ils participent à tous leurs mérites et peuvent espérer de la part de la Vierge une prompte délivrance du purgatoire, s’ils ont été fidèles à observer l’abstinence, la chasteté selon leur état, et les prières prescrites par Jean XXII dans la bulle dite Sabbatine, publiée le 3 mars 1322.


Aussi la fête de Notre-Dame du Carmel, spéciale d’abord aux églises de cet Ordre, fut-elle étendue à toute la Chrétienté par Benoît XIII, en 1726, comme la Fête du Scapulaire.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Portez fidèlement le scapulaire du Mont-Carmel, en tenant compte des conditions.

Méditation du jour
Prière à Notre-Dame du Mont Carmel  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|