S. Honorat (de Lérins)
16 janvier
Saint Honorat, quitte le monde (« Cette vie plaît, mais elle trompe ») et arrive sur l
Saint Honorat, quitte le monde (« Cette vie plaît, mais elle trompe »)
et arrive sur l'île de Lérins aride et inhabitable,
la rend jardin délicieux, embaumé des fleurs de la science et de la sainteté.

1185

Saint Honorat naquit dans les Gaules, d’une famille illustre, mais païenne. Dieu mit de bonne heure en cet enfant prédestiné le désir du Baptême, et il s’y prépara par toutes les vertus qui font l’ornement de la jeunesse. Il dut tout à la grâce et à son heureux naturel, car il avait contre lui ses parents, ses amis et le milieu corrupteur dans lequel il lui fallait vivre.

Jusqu’après son Baptême, son père chercha par tous les moyens possibles à le détourner de la vie chrétienne ; mais, au milieu de toutes les séductions, l’invincible jeune homme se disait : « Cette vie plaît, mais elle trompe ». Belle parole, qui devrait servir de maxime à la folle jeunesse entraînée si facilement par les faux appâts du monde.

Le jeune Honorat réfléchissait, et tout le portait à quitter le monde pour Dieu : « J’entends dans le monde des maximes bien différentes de celles de l’Église ; il faut choisir : d’un côté on me prêche la modestie, la mortification, la vie de l’âme ; de l’autre, la jouissance, la vie du corps ; ici Jésus m’appelle à régner au Ciel ; là, le démon à régner sur la terre. Hâtons-nous, mon âme, de renoncer aux choses terrestres pour nous donner à Dieu ».

Dès lors, saint Honorat vit comme un moine, le jeûne amaigrit son visage, la prière occupe ses journées. Après quelques années d’incertitudes sur sa vraie vocation, il aborde l’île de Lérins, sur les côtes de la Provence, au large de Cannes ; les serpents la rendaient inhabitable, mais ils disparaissent sous ses pas, et cette île aride et déserte devient un jardin délicieux, embaumé des fleurs de la science et de la sainteté. Par saint Honorat, l’Occident a trouvé aussi en lui sa Thébaïde ; Lérins devient une pépinière de savants, d’évêques et de Saints, et sa gloire rejaillit sur toute l’Église.

À la mort de son évêque, l’Église d’Arles réclame un vertueux pontife, et la voix populaire appelle saint Honorat sur ce siège illustre. C’est là qu’il se surpasse lui-même et retrace en sa vie, toute de zèle et de saintes œuvres, l’image du pasteur selon le cœur de Dieu, dont la charité n’a d’égal que le courage inflexible à défendre les intérêts de Jésus-Christ. Saint Hilaire d’Arles, son disciple et son successeur, nous a laissé de lui un magnifique éloge. Retenons-en cette belle parole : « Si l’on voulait représenter la Charité sous une figure humaine, il faudrait faire le portrait d’Honorat ».

Cet illustre pontife mourut en l’an 429, saint Célestin Ier étant pape, Valentinien III empereur et Clodion le Chevelu roi des Francs Saliens. Beaucoup de personnes virent son âme s’élever au Ciel parmi les chœurs des Anges.

LES ÎLES DE LÉRINS
A. Robida, « La Vieille France, Texte, dessins et lithographies - Provence »

Librairie illustrée - Paris.

Cannes (vers le Sud) il y a une centaine d
Cannes (vers le Sud) il y a une centaine d'années.
À droite la colline du Suquet dominant le vieux village et le port.
À gauche les îles de Lérins avec l'extrémité occidentale de Saint-Honorat.

1984

« (…) et dans la mer, à peu de distance de ces côtes superbes, les belles îles Lérins, Sainte-Marguerite et Saint-Honorat. »

« Les îles Lérins, se développant en face du vieux château [de Cannes au Suquet], ne sont pas à plus de deux kilomètres du cap de la Croisette [petite Croix] ; la première et la plus grande est l’île de Sainte-Marguerite, elle est aussi d’un relief plus montueux. »

« L’autre île, Saint-Honorat a pour elle le prestige de ses ruines. Le monastère, fondé au Ve siècle par saint Honorat dans cette île d’où rayonna le Christianisme par la Gaule, devint aux siècles suivants une grande abbaye illustrée par la vertu et les travaux d’une population de plusieurs milliers de moines, pépinière où l’Église venait chercher des évêques et des abbés pour les innombrables abbayes qui naissaient alors partout.

« Des catastrophes fondirent sur elle, les Sarrasins en 725 ravagèrent l’île et massacrèrent l’abbé saint Porc[h]aire avec plus de cinq cents moines. Les descentes se renouvelèrent si souvent, l’abbaye se trouvait si exposée par sa situation, que les moines durent la fortifier et construire au XIe siècle le château fort qui fait une si belle ruine à l’extrémité de l’île.

« Les Sarrasins en 725 ravagèrent l
« Les Sarrasins en 725 ravagèrent l'île et massacrèrent l'abbé saint Porchaire avec plus de cinq cents moines. »
Les extrémités occidentales des deux îles de Lérins.

1986

« L’abbaye après des siècles d’illustration tomba dans les désordres et devint comme une ferme entre les mains d’abbés commendataires : il y avait loin des milliers de moines de sa grande époque aux quatre religieux que, dans le monastère endormi, trouva la bulle de suppression en 1787. 

« Les ruines de l’abbaye ont été récemment dénaturées par l’installation d’un couvent de Bernardins qui, tout en respectant certaines parties, ont opéré des démolitions et des reconstructions regrettables.

« Heureusement il reste le château fort élevé naguère pour protéger le couvent, c’est-à-dire quelques bâtiments éventrés et un gros donjon, magnifique ruine dressée dans le bleu, presque en mer, sur la limite du flot qui vient doucement battre les vieilles pierres et les belles roches du voisinage. »

Témoin encore actuel des ravages musulmans :  « Les descentes sarrasines se renouvelèrent si souvent que les moines durent fortifier leur abbaye et construire au XIe siècle le château fort. »
Témoin encore actuel des ravages musulmans :
« Les descentes sarrasines se renouvelèrent si souvent
que les moines durent fortifier leur abbaye et construire au XIe siècle le château fort. »

Mercredi 23 août 2017
S. Philippe Béniti,

confesseur
3e classe

Temps après la Pentecôte


S. Sidoine,

l’aveugle-né de l’Évangile,

compagnon de saint Maximin,

2e Évêque d’Aix-en-Provence


voir Le Martyrologe #90-4




Oraison - collecte
Ô Dieu, qui nous avez donné un excellent modèle d’humilité en la personne de Votre Confesseur, le bienheureux Philippe ; accordez à Vos serviteurs de mépriser, à son exemple, les biens de ce monde et de chercher toujours les biens du Ciel. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Nous honorons aujourd’hui un Saint auquel la Sainte Vierge apparut pour lui faire connaître qu’il devait entrer dans l’Ordre des Servites, consacré à honorer les douleurs qui lui ont valu cette gloire dont nous venons de nous réjouir le 15 août.


Né à Florence de l’illustre famille des Béniti, saint Philippe donna dès son berceau des signes de sa future sainteté. Il y avait quinze ans que l’Ordre des Serviteurs de la Vierge Marie, appelés Servites, avait été institué. Le petit couvent était non loin de la ville. C’est là qu’entendant la Messe le jeudi de la Semaine de Pâques, saint Philippe fut frappé des paroles de l’Épître adressées par l’Esprit-Saint au diacre Philippe. Comme il portait le même nom, il s’appliqua ce texte de l’Écriture et se sentant invité par l’Esprit-Saint à entrer dans cet Ordre, il quitta tout pour s’acheter le trésor impérissable du Ciel.


Entré comme Frère convers, il fut plus tard ordonné prêtre, puis devint le général des Servites. Les Cardinaux assemblés à Viterbe, voulurent l’élire Pape et, par humilité il s’y refusa et se cacha dans les montagnes.

Il y fleurit comme le palmier, et y crût comme le cèdre du Liban. Dieu alors l’appela à évangéliser l’Italie, la France et l’Allemagne.


À son retour il fut confirmé dans sa charge pour toute sa vie. Il s’appliqua à calmer l’animosité qui existait entre les Guelfes partisans du Pape, et les Gibelins partisans de l’Empereur. Il courut alors de sérieux dangers auxquels l’Épître de la Messe fait allusion.

Une fièvre ardente le saisit le jour de l’Assomption, et il mourut à Todi en 1285 le jour de l’Octave en contemplant l’image du Sauveur étendu sur la Croix.


Demandons à Dieu l’humilité de saint Philippe, afin que, méprisant à son exemple les biens de la terre, nous recherchions toujours ceux du Ciel.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
« Aimez à être inconnu et compté pour rien » (Imitation de Jésus-Christ)

Méditation du jour
Le désir de Jésus-Christ dans la divine Eucharistie  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|