S. Hilarion
21 octobre

RÉSUMÉ :

Après l’ère des Martyrs auxquels l’Église avait exclusivement réservé les honneurs d’un culte public, on commença à placer sur les autels les serviteurs de Dieu qui, sans avoir eu la gloire de verser leur sang pour Jésus-Christ, s’étaient illustrés par leurs hautes vertus.

Saint Hilarion en Orient, et saint Martin en Occident, ouvrent la série de ces Saints que l’on désigne sous le nom de « Confesseurs ».

Né en Palestine, saint Hilarion fit ses études à Alexandrie et désireux d’embrasser une vie plus parfaite, il quitta tout pour suivre Jésus. La renommée de saint Antoine étant parvenue jusqu’à lui, il alla le trouver en Égypte.

Ce Saint le retint deux mois auprès de lui pour l’initier à sa vie de pénitence et de contemplation. Puis remettant un cilice et un vêtement de peau à cet enfant de quinze ans, il lui dit : « Persévère jusqu’à la fin, mon fils ; et ton labeur te vaudra les délices du Ciel ».

Saint Hilarion retourna en Palestine et y institua la vie monastique. Après avoir bâti plusieurs monastères dont il fut, comme autrefois Moïse pour le peuple de Dieu, le législateur, il se retira dans l’île de Chypre, afin de fuir la multitude d’admirateurs que lui attirait l’éclat de ses vertus.

Il y mourut saintement à l’âge de quatre-vingts ans, vers l’an 372. Saint Jérôme s’est fait son historien.

915

Saint Hilarion, né à Thabithe, en Palestine, de parents infidèles, fut envoyé à Alexandrie pour faire ses études, et là il vécut dans une grande renommée de génie et de bonnes mœurs. Ayant adhéré à la religion de Jésus-Christ, il fit de merveilleux progrès dans la Foi et la Charité.

Il assistait fréquemment à l’église aux différents Offices liturgiques, il était assidu aux jeûnes et à la prière ; il méprisait toutes les séductions des voluptés et tous les désirs des choses terrestres. La réputation de saint Antoine, répandue partout en Égypte, lui inspira la pensée de le visiter dans son désert.

Il demeura deux mois auprès du saint solitaire et apprit de lui son genre de vie. De retour chez lui, et ses parents étant morts, il distribua tous ses biens aux pauvres. Puis, n’ayant pas plus de quinze ans révolus, il revint au désert, s’y construisit une cabane si étroite qu’elle pouvait à peine le contenir, et l’habita, couchant sur la terre nue. Jamais il ne changea ni ne lava le sac qui lui servait de vêtement disant qu’il était inutile de mettre de la recherche dans un cilice.

« Il s’adonnait avec zèle, dit le Bréviaire romain, à la lecture et à la méditation des saintes Lettres. Quelques figues et le jus des herbes lui suffisaient pour nourriture et il ne prenait cet aliment qu’après le coucher du soleil. Sa continence et son humilité étaient incroyables. Grâce à ces vertus et à d’autres encore, il put dompter les horribles tentations du diable, et obtint de chasser de nombreux démons qui, en diverses parties du monde, tourmentaient un grand nombre d’hommes.

« À l’âge de quatre-vingts ans, après avoir édifié beaucoup de monastères et accompli des miracles éclatants, il tomba malade. Luttant jusqu’à son dernier soupir avec cette maladie  : “Sors donc, disait-il, sors donc, ô mon âme ! que crains-tu  ? Tu as servi Jésus-Christ près de soixante-dix années, et tu redoutes la mort ?” Il expira en prononçant ces paroles. » C’était l’an 372, saint Damase Ier étant pape et Valentinien empereur romain.


Mercredi 23 août 2017
S. Philippe Béniti,

confesseur
3e classe

Temps après la Pentecôte


S. Sidoine,

l’aveugle-né de l’Évangile,

compagnon de saint Maximin,

2e Évêque d’Aix-en-Provence


voir Le Martyrologe #90-4




Oraison - collecte
Ô Dieu, qui nous avez donné un excellent modèle d’humilité en la personne de Votre Confesseur, le bienheureux Philippe ; accordez à Vos serviteurs de mépriser, à son exemple, les biens de ce monde et de chercher toujours les biens du Ciel. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Nous honorons aujourd’hui un Saint auquel la Sainte Vierge apparut pour lui faire connaître qu’il devait entrer dans l’Ordre des Servites, consacré à honorer les douleurs qui lui ont valu cette gloire dont nous venons de nous réjouir le 15 août.


Né à Florence de l’illustre famille des Béniti, saint Philippe donna dès son berceau des signes de sa future sainteté. Il y avait quinze ans que l’Ordre des Serviteurs de la Vierge Marie, appelés Servites, avait été institué. Le petit couvent était non loin de la ville. C’est là qu’entendant la Messe le jeudi de la Semaine de Pâques, saint Philippe fut frappé des paroles de l’Épître adressées par l’Esprit-Saint au diacre Philippe. Comme il portait le même nom, il s’appliqua ce texte de l’Écriture et se sentant invité par l’Esprit-Saint à entrer dans cet Ordre, il quitta tout pour s’acheter le trésor impérissable du Ciel.


Entré comme Frère convers, il fut plus tard ordonné prêtre, puis devint le général des Servites. Les Cardinaux assemblés à Viterbe, voulurent l’élire Pape et, par humilité il s’y refusa et se cacha dans les montagnes.

Il y fleurit comme le palmier, et y crût comme le cèdre du Liban. Dieu alors l’appela à évangéliser l’Italie, la France et l’Allemagne.


À son retour il fut confirmé dans sa charge pour toute sa vie. Il s’appliqua à calmer l’animosité qui existait entre les Guelfes partisans du Pape, et les Gibelins partisans de l’Empereur. Il courut alors de sérieux dangers auxquels l’Épître de la Messe fait allusion.

Une fièvre ardente le saisit le jour de l’Assomption, et il mourut à Todi en 1285 le jour de l’Octave en contemplant l’image du Sauveur étendu sur la Croix.


Demandons à Dieu l’humilité de saint Philippe, afin que, méprisant à son exemple les biens de la terre, nous recherchions toujours ceux du Ciel.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
« Aimez à être inconnu et compté pour rien » (Imitation de Jésus-Christ)

Méditation du jour
Le désir de Jésus-Christ dans la divine Eucharistie  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|