S. Grégoire le Thaumaturge
17 novembre

RÉSUMÉ :

Saint Grégoire naquit à Néocésarée dans le Pont, vers l’an 210, et devint évêque de sa ville natale. Célèbre par sa sainteté et sa doctrine, il le fut plus encore par les prodiges et les miracles que Dieu multiplia de telle façon, au cours de sa vie, qu’il fut surnommé le Thaumaturge, c’est-à-dire faiseur de miracles.

Un jour, mettant en pratique la parole de Notre-Seigneur qui est citée dans l’Évangile de ce jour, il commanda à une montagne de reculer, afin de laisser la place nécessaire à la construction d’une église, et son ordre fut obéi. Il mourut en 270.

Saint Grégoire plante son bâton sur la rive du Lycus et ordonne aux eaux, de la part de Dieu, de ne pas franchir cette borne. Le bâton prendra racine et deviendra un arbre, et les inondations cesseront.
Saint Grégoire plante son bâton sur la rive du Lycus et ordonne aux eaux, de la part de Dieu,
de ne pas franchir cette borne.
Le bâton prendra racine et deviendra un arbre, et les inondations cesseront.

1004

Saint Grégoire opéra tant de prodiges, que, de son vivant, il fut appelé le Thaumaturge, c’est-à-dire faiseur de miracles. Il naquit à Néocésarée, de parents nobles et riches mais païens. C’était vers l’an 210, saint Zéphyrin étant pape et Septime-Sévère empereur.

Toutefois, dès son enfance, saint Grégoire eut le sentiment de la vérité du Christianisme. L’enseignement du grand Origène le confirma dans cette pensée ; il reçut le Baptême : « Servez-vous, lui écrivit son Maître, des talents que Dieu vous a donnés pour la défense de la religion du Christ, et pour cela, ayez surtout soin de joindre la prière à l’étude. »

Saint Grégoire eût pu occuper les plus hautes places ; il préféra vendre tous ses biens, en donner le prix aux pauvres et se retirer dans la solitude pour y converser seul à seul avec Dieu.

Il dut bientôt accepter le fardeau de l’Épiscopat ; sa science et ses miracles lui donnèrent une influence étonnante sur les peuples. Arrivé dans sa ville épiscopale de Néocésarée, il se mit à l’œuvre avec ardeur, convertit les idolâtres, guérit les malades, fit bâtir une église. Cette dernière œuvre fut l’occasion d’un grand miracle.

Se rappelant la parole de l’Évangile : « Si vous aviez gros de Foi comme un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne : “passez d’ici là”, et elle y passerait » ; il fit reculer, par ses prières, une montagne qui le gênait pour la construction du temple du Seigneur. Par ses prières, il dessécha un lac, objet de litige entre deux frères, qui se réconcilièrent aussitôt.

Le fleuve du Lycus, qui coulait près de Néocésarée, était souvent pour le pays une cause d’inondation et de ruine. Saint Grégoire, ému de compassion pour son peuple, se rendit au bord du fleuve, y planta son bâton et ordonna aux eaux, de la part de Dieu, de ne pas franchir cette borne. Le bâton prit racine et devint un arbre, et les inondations cessèrent. Le saint évêque prédit une peste terrible, en châtiment des péchés du peuple de la contrée ; mais il obtint promptement la cessation du terrible fléau à Néocésarée.

Saint Grégoire était un homme doué de l’esprit des Apôtres et des Prophètes. Toute sa conduite, dit saint Basile, portait l’empreinte de la perfection évangélique. Dans tous ses exercices de piété, il montrait le plus grand respect et le plus profond recueillement. Jamais il ne priait que la tête découverte ; il parlait avec simplicité et modestie ; il avait en horreur le mensonge, l’habileté et tous les détours qui ne s’accordent point avec l’exacte vérité. Il ne pouvait supporter ce qui blesse la douceur et la charité.

Il mourut le 17 novembre, ne laissant que dix-sept idolâtres où il avait trouvé dix-sept Chrétiens. C’était l’an 270, saint Félix Ier étant pape et Aurélien empereur.


Samedi 25 mai 2019
S. Grégoire VII,

pape et confesseur
3e classe

Temps Pascal

Mémoire de S. Urbain Ier,

pape et martyr


Nos Saints de Provence :


Ste Marie Jacobé,

apôtre de la Provence,

mère de S. Jacques le Mineur

Conjointement :

Ste Marie Salomé

et Ste Sara, leur servante


voir Le Martyrologe #90-4


(Prière de ce jour) :
Voir « Mois de Marie » #1399-109




Oraison - collecte
Ô Dieu, qui êtes la force de ceux qui espèrent en Vous, et qui avez donné au bienheureux Grégoire, Votre Confesseur et Pontife, la vertu de constance pour défendre la liberté de Votre Église, accordez-nous, à son exemple et grâce à son intercession, de surmonter avec courage toutes les adversités. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


Mémoire de S. Urbain Ier :


Ô Dieu, qui avez soustrait à la terreur des portes de l’enfer Votre Église fondée sur la solidité de la pierre apostolique, faites que, persistant dans Votre vérité grâce à l’intercession de Votre bienheureux Martyr et Souverain Pontife Urbain, elle soit fortifiée d’une constante sécurité. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Né à Soana en Toscane, Hildebrand fut moine du célèbre monastère bénédictin de Cluny dont dépendaient à ce moment deux mille abbayes. Il en devint bientôt Prieur, puis fut élu Abbé du Monastère de Saint-Paul-hors-les-Murs à Rome, et Cardinal de l’Église Romaine.


À la mort d’Alexandre II, il fut élu Pape et prit le nom de Grégoire VII. Préposé ainsi au gouvernement de la maison de Dieu, il participa à la plénitude du Sacerdoce de Jésus.


À une époque où l’épiscopat, en majeure partie simoniaque, dépendait des princes civils, il travailla avec une telle constance à défendre la liberté de l’Église, que depuis le temps des Apôtres, aucun Pontife, assure-t-on, ne soutint de plus grands travaux pour elle, ou ne lutta plus fortement pour son indépendance.


Pendant qu’il célébrait le Saint Sacrifice, on vit une colombe qui descendait sur lui : l’Esprit-Saint témoignait par ce signe des vues toutes surnaturelles qui le guidaient dans la conduite de l’Église. Contraint de quitter Rome, il mourut à Salerne, en l’an 1085, en prononçant ces paroles, dont les premières sont empruntées au Ps. XLIV : « J’ai aimé la justice et haï l’iniquité : voilà pourquoi je meurs en exil ».


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
À l’exemple de saint Grégoire, surmontons avec courage toutes les adversités.

Méditation du jour
Sanctifions aussi nos paroles  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|