S. Grégoire le Thaumaturge
17 novembre

RÉSUMÉ :

Saint Grégoire naquit à Néocésarée dans le Pont, vers l’an 210, et devint évêque de sa ville natale. Célèbre par sa sainteté et sa doctrine, il le fut plus encore par les prodiges et les miracles que Dieu multiplia de telle façon, au cours de sa vie, qu’il fut surnommé le Thaumaturge, c’est-à-dire faiseur de miracles.

Un jour, mettant en pratique la parole de Notre-Seigneur qui est citée dans l’Évangile de ce jour, il commanda à une montagne de reculer, afin de laisser la place nécessaire à la construction d’une église, et son ordre fut obéi. Il mourut en 270.

Saint Grégoire plante son bâton sur la rive du Lycus et ordonne aux eaux, de la part de Dieu, de ne pas franchir cette borne. Le bâton prendra racine et deviendra un arbre, et les inondations cesseront.
Saint Grégoire plante son bâton sur la rive du Lycus et ordonne aux eaux, de la part de Dieu,
de ne pas franchir cette borne.
Le bâton prendra racine et deviendra un arbre, et les inondations cesseront.

1004

Saint Grégoire opéra tant de prodiges, que, de son vivant, il fut appelé le Thaumaturge, c’est-à-dire faiseur de miracles. Il naquit à Néocésarée, de parents nobles et riches mais païens. C’était vers l’an 210, saint Zéphyrin étant pape et Septime-Sévère empereur.

Toutefois, dès son enfance, saint Grégoire eut le sentiment de la vérité du Christianisme. L’enseignement du grand Origène le confirma dans cette pensée ; il reçut le Baptême : « Servez-vous, lui écrivit son Maître, des talents que Dieu vous a donnés pour la défense de la religion du Christ, et pour cela, ayez surtout soin de joindre la prière à l’étude. »

Saint Grégoire eût pu occuper les plus hautes places ; il préféra vendre tous ses biens, en donner le prix aux pauvres et se retirer dans la solitude pour y converser seul à seul avec Dieu.

Il dut bientôt accepter le fardeau de l’Épiscopat ; sa science et ses miracles lui donnèrent une influence étonnante sur les peuples. Arrivé dans sa ville épiscopale de Néocésarée, il se mit à l’œuvre avec ardeur, convertit les idolâtres, guérit les malades, fit bâtir une église. Cette dernière œuvre fut l’occasion d’un grand miracle.

Se rappelant la parole de l’Évangile : « Si vous aviez gros de Foi comme un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne : “passez d’ici là”, et elle y passerait » ; il fit reculer, par ses prières, une montagne qui le gênait pour la construction du temple du Seigneur. Par ses prières, il dessécha un lac, objet de litige entre deux frères, qui se réconcilièrent aussitôt.

Le fleuve du Lycus, qui coulait près de Néocésarée, était souvent pour le pays une cause d’inondation et de ruine. Saint Grégoire, ému de compassion pour son peuple, se rendit au bord du fleuve, y planta son bâton et ordonna aux eaux, de la part de Dieu, de ne pas franchir cette borne. Le bâton prit racine et devint un arbre, et les inondations cessèrent. Le saint évêque prédit une peste terrible, en châtiment des péchés du peuple de la contrée ; mais il obtint promptement la cessation du terrible fléau à Néocésarée.

Saint Grégoire était un homme doué de l’esprit des Apôtres et des Prophètes. Toute sa conduite, dit saint Basile, portait l’empreinte de la perfection évangélique. Dans tous ses exercices de piété, il montrait le plus grand respect et le plus profond recueillement. Jamais il ne priait que la tête découverte ; il parlait avec simplicité et modestie ; il avait en horreur le mensonge, l’habileté et tous les détours qui ne s’accordent point avec l’exacte vérité. Il ne pouvait supporter ce qui blesse la douceur et la charité.

Il mourut le 17 novembre, ne laissant que dix-sept idolâtres où il avait trouvé dix-sept Chrétiens. C’était l’an 270, saint Félix Ier étant pape et Aurélien empereur.


Mardi 20 octobre 2020
S. Jean de Kenty,

confesseur
3e classe

Temps après la Pentecôte

Mémoire de s Missions : nous vous remercions d’aider notre communauté du Cameroun, matériellement et spirituellement.


Oraison - collecte
Nous Vous en prions, Dieu tout-puissant, faites que, progressant dans la science des Saints et montrant de la compassion envers nos frères, à l’exemple de saint Jean Votre Confesseur, nous puissions, grâce à ses mérites, trouver indulgence auprès de Vous. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Né au bourg de Kenty, dans le diocèse de Cracovie, saint Jean fut suscité par la Providence pour maintenir allumé, au cours du XVe siècle, le flambeau de la Foi et le feu de la Charité chrétienne en Pologne.


Il conquit tous les grades académiques à l’Université de Cracovie, où il enseigna pendant plusieurs années. Devenu prêtre, il offrait tous les jours le Saint Sacrifice pour apaiser la Justice du Ciel, car il s’affligeait profondément des offenses que Dieu reçoit de la part des hommes.


Il brilla surtout par son exquise charité que fait ressortir le Propre de sa Messe.

Il prenait sur sa nourriture pour soulager ceux qui étaient dans le besoin et leur abandonnait même ses habits et ses chaussures ; alors il laissait tomber son manteau jusqu’à terre pour qu’on ne le vit pas rentrer pieds nus chez lui.


Au cours d’un pèlerinage à Rome, des brigands le dévalisèrent, puis, sur sa déclaration qu’il ne possédait plus rien, le laissèrent poursuivre son chemin. Le Saint, qui avait cousu quelques pièces de monnaie dans son manteau, s’en ressouvint alors, appela les voleurs et les leur offrit. Ceux-ci, touchés de sa bonté et de sa candeur, lui rendirent tout ce qu’ils avaient pris.

Saint Jean de Kenty mourut la veille de Noël 1473. Il est spécialement invoqué dans les cas de phtisie et lorsqu’il y a des épidémies.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Opérez votre salut avec crainte et tremblement dit saint Paul ; défiez-vous de vous-même.

Méditation du jour
La dévotion nécessaire  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|