S. Gaétan
7 août

RÉSUMÉ :

Saint Gaétan fonda la première des Congrégations de Clercs réguliers. On imitait le genre de vie des Apôtres ; la confiance en Dieu, dont parle l’Évangile, en était la grande loi, aussi s’interdisaient-ils de demander l’aumône, et attendaient-ils que les fidèles vinssent d’eux-mêmes à leur aide.

Le zèle que ce Saint déploya pour le salut du prochain le fit surnommer le Chasseur d’âmes. On disait qu’il était un Ange à l’autel et un Apôtre en chaire. Il mourut à Naples, le 7 août 1547.

Saint Gaétan, reçevant l
Saint Gaétan, reçevant l'approbation de son ordre par le Pape Clément VII

627

Saint Gaétan, né à Vicence, de race illustre, fut consacré à Marie dès le sein de a mère, puis ensuite à sa naissance. On lui donna le nom de Gaétan, pour conserver un célèbre nom familial ; mais on y ajouta le nom de Marie, pour marquer sa consécration à la Reine du Ciel.

Gaétan de Sainte-Marie montra de bonne heure un grand amour pour les pauvres ; ce fut là du reste, un de beaux caractères de toute sa vie. Son cœur d’enfant, tendre et délicat, le faisait pleurer souvent à la vue des misères qui s’offraient à lui ; les pauvres; qui le connaissaient tous, l’appelaient leur petit ami, en attendant qu’il fut leur père.

L’enfant leur rendaient mille petits services, et lorsqu’il recevait quelque argent de ses parents à titre de récompense, il n’avait rien de plus pressé que de le distribuer à ses chers mendiants. La petite somme était toujours vite épuisée ; alors saint Gaétan mettait en mouvement tous les ressorts de sa jeune politique, et il finissait toujours par reconstituer son petit trésor. À bout d’expédients, il demandait l’aumône à ses parents pour l’amour de Dieu.

Devenu Prêtre, il bâtit une église dans ses domaines pour exercer le saint ministère. Comme il était très simple et même négligé dans ses vêtements, son père se fâchait souvent et l’accusait de déshonorer son nom en se mêlant aux mendiants. Le plus souvent Gaétan répondait à ce reproche par son silence. Il s’occupa avec zèle des ouvriers, ce qui lui attira la persécution de ses proches, puis l’admiration de tous, quand on vit son ministère opérer de grands fruits de sanctification. Partout où il allait, sa première visite était pour les pauvres et les malades.

Un jour de Noël, Notre-Seigneur lui apparut sous la forme d’un petit enfant ; il le prit dans ses bras et le caressa longtemps, pendant que son cœur se fondait d’amour. À Rome, Gaétan, plein du désir de donner au clergé des modèles à imiter, fonda, de concert avec quelques saints Prêtres, la congrégation des Théatins.

La confiance absolue en Dieu valait plus pour lui que tous les conseils de la prudence humaine, et nulle part la Providence ne le laissa manquer du nécessaire. Le saint était déjà âgé quand il tomba malade, à Naples ; il refusa un matelas et voulut mourrir sur la cendre et le cilice ; il refusa aussi un médecin extraordinaire, disant : "Je suis un pauvre religieux, qui ne vaut pas la peine d’être assisté." Marie vint elle-même chercher son âme. Il laissa la réputation d’un séraphin à l’autel et d’un apôtre en chaire.


Samedi 25 mai 2019
S. Grégoire VII,

pape et confesseur
3e classe

Temps Pascal

Mémoire de S. Urbain Ier,

pape et martyr


Nos Saints de Provence :


Ste Marie Jacobé,

apôtre de la Provence,

mère de S. Jacques le Mineur

Conjointement :

Ste Marie Salomé

et Ste Sara, leur servante


voir Le Martyrologe #90-4


(Prière de ce jour) :
Voir « Mois de Marie » #1399-109




Oraison - collecte
Ô Dieu, qui êtes la force de ceux qui espèrent en Vous, et qui avez donné au bienheureux Grégoire, Votre Confesseur et Pontife, la vertu de constance pour défendre la liberté de Votre Église, accordez-nous, à son exemple et grâce à son intercession, de surmonter avec courage toutes les adversités. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


Mémoire de S. Urbain Ier :


Ô Dieu, qui avez soustrait à la terreur des portes de l’enfer Votre Église fondée sur la solidité de la pierre apostolique, faites que, persistant dans Votre vérité grâce à l’intercession de Votre bienheureux Martyr et Souverain Pontife Urbain, elle soit fortifiée d’une constante sécurité. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Né à Soana en Toscane, Hildebrand fut moine du célèbre monastère bénédictin de Cluny dont dépendaient à ce moment deux mille abbayes. Il en devint bientôt Prieur, puis fut élu Abbé du Monastère de Saint-Paul-hors-les-Murs à Rome, et Cardinal de l’Église Romaine.


À la mort d’Alexandre II, il fut élu Pape et prit le nom de Grégoire VII. Préposé ainsi au gouvernement de la maison de Dieu, il participa à la plénitude du Sacerdoce de Jésus.


À une époque où l’épiscopat, en majeure partie simoniaque, dépendait des princes civils, il travailla avec une telle constance à défendre la liberté de l’Église, que depuis le temps des Apôtres, aucun Pontife, assure-t-on, ne soutint de plus grands travaux pour elle, ou ne lutta plus fortement pour son indépendance.


Pendant qu’il célébrait le Saint Sacrifice, on vit une colombe qui descendait sur lui : l’Esprit-Saint témoignait par ce signe des vues toutes surnaturelles qui le guidaient dans la conduite de l’Église. Contraint de quitter Rome, il mourut à Salerne, en l’an 1085, en prononçant ces paroles, dont les premières sont empruntées au Ps. XLIV : « J’ai aimé la justice et haï l’iniquité : voilà pourquoi je meurs en exil ».


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
À l’exemple de saint Grégoire, surmontons avec courage toutes les adversités.

Méditation du jour
Sanctifions aussi nos paroles  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|