S. Gaétan
7 août

RÉSUMÉ :

Saint Gaétan fonda la première des Congrégations de Clercs réguliers. On imitait le genre de vie des Apôtres ; la confiance en Dieu, dont parle l’Évangile, en était la grande loi, aussi s’interdisaient-ils de demander l’aumône, et attendaient-ils que les fidèles vinssent d’eux-mêmes à leur aide.

Le zèle que ce Saint déploya pour le salut du prochain le fit surnommer le Chasseur d’âmes. On disait qu’il était un Ange à l’autel et un Apôtre en chaire. Il mourut à Naples, le 7 août 1547.

Saint Gaétan, reçevant l
Saint Gaétan, reçevant l'approbation de son ordre par le Pape Clément VII

627

Saint Gaétan, né à Vicence en 1480, Sixte IV étant Pape, Frédéric III empereur romain germanique et Giovanni Mocenigo doge de Venise, de race illustre, fut consacré à Marie dès le sein de sa mère, puis ensuite à sa naissance. On lui donna le nom de Gaétan, pour conserver un célèbre nom familial ; mais on y ajouta le nom de Marie, pour marquer sa consécration à la Reine du Ciel.

Gaétan de Sainte-Marie montra de bonne heure un grand amour pour les pauvres ; ce fut là du reste, un de beaux caractères de toute sa vie. Son cœur d’enfant, tendre et délicat, le faisait pleurer souvent à la vue des misères qui s’offraient à lui ; les pauvres, qui le connaissaient tous, l’appelaient leur petit ami, en attendant qu’il fut leur père.

L’enfant leur rendaient mille petits services, et lorsqu’il recevait quelque argent de ses parents à titre de récompense, il n’avait rien de plus pressé que de le distribuer à ses chers mendiants. La petite somme était toujours vite épuisée ; alors saint Gaétan mettait en mouvement tous les ressorts de sa jeune politique, et il finissait toujours par reconstituer son petit trésor. À bout d’expédients, il demandait l’aumône à ses parents pour l’amour de Dieu.

Devenu Prêtre, il bâtit une église dans ses domaines pour exercer le saint ministère. Comme il était très simple et même négligé dans ses vêtements, son père se fâchait souvent et l’accusait de déshonorer son nom en se mêlant aux mendiants. Le plus souvent saint Gaétan répondait à ce reproche par son silence. Il s’occupa avec zèle des ouvriers, ce qui lui attira la persécution de ses proches, puis l’admiration de tous, quand on vit son ministère opérer de grands fruits de sanctification. Partout où il allait, sa première visite était pour les pauvres et les malades.

Un jour de Noël, Notre-Seigneur lui apparut sous la forme d’un petit enfant ; il Le prit dans ses bras et le caressa longtemps, pendant que son cœur se fondait d’amour. À Rome, saint Gaétan, plein du désir de donner au clergé des modèles à imiter, fonda, de concert avec quelques saints Prêtres, la congrégation des Théatins.

La confiance absolue en Dieu valait plus pour lui que tous les conseils de la prudence humaine, et nulle part la Providence ne le laissa manquer du nécessaire. Le saint était déjà âgé quand il tomba malade, à Naples ; il refusa un matelas et voulut mourrir sur la cendre et le cilice ; il refusa aussi un médecin extraordinaire, disant : « Je suis un pauvre religieux, qui ne vaut pas la peine d’être assisté ». Marie vint elle-même chercher son âme. Il laissa la réputation d’un séraphin à l’autel et d’un apôtre en chaire.

Il mourut en 1547, Paul III étant Pape, Charles Quint empereur romain germanique et roi de Naples.


Dimanche 21 avril 2024
3e dimanche après Pâques
2e classe
Temps Pascal



Oraison - collecte
Ô Dieu, qui montrez à ceux qui errent, la lumière de Votre vérité, afin qu’ils puissent entrer dans la voie de la justice, donnez à tous ceux qui sont placés dans les rangs de la profession chrétienne, la grâce de rejeter tout ce qui est contraire à ce nom, et d’embrasser tout ce qui lui convient. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Moine de la célèbre abbaye bénédictine de Sainte-Marie du Bec en Normandie, saint Anselme en fut Abbé, puis Archevêque de Cantorbéry.


« Rempli de la Sagesse divine » et doué de talents supérieurs, il s’appliqua à développer la science de Dieu par une méthode rationnelle qui fraya la voie aux théologiens scolastiques : « Je ne cherche pas à comprendre pour croire, déclarait-il, mais je crois pour comprendre ».

Aussi réalisa-t-il la parole de l’Évangile : « Vous êtes la lumière du monde », et l’Église lui a-t-elle décerné le titre de Docteur.


« Héros de doctrine et de vertu, déclare Urbain II, il fut de même intrépide dans les combats de la Foi ».

Pasteur courageux, il défendit « à temps et à contretemps » contre la tyrannie ambitieuse de Guillaume le Roux la liberté sacrée que Jésus avait acquise par Son Sang à Ses brebis.

« Le Christ, affirme-t-il, n’aime rien tant en ce monde que la liberté de Son Église ».


Il mourut à l’âge de soixante-treize ans, le 21 avril 1109.

Honorons saint Anselme « afin que celui qui a été le Docteur de la doctrine de vie sur terre soit aussi notre intercesseur au Ciel ».


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Rendez le bien pour le mal, priez pour vos ennemis et traitez-les avec égard.

Méditation du jour
Le premier départ des premiers missionnaires !...  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|