S. Émeric
4 novembre

  • Fils du roi de Hongrie : S. Étienne Ier.

  • L’orthographe Aymeric est plutôt celle du vénérable Aymeric dont la fête se célèbre le 13 décembre.

  • On lit au Martyrologe Romain de ce jour :

    « Près d’Albe-Royale, en Pannonie, la mise au tombeau du bienheureux Émeric confesseur, fils de saint Étienne, roi des Hongrois. »

Saint Émeric (ou saint Imre), fils de saint Étienne roi de Hongrie.
Saint Émeric (ou saint Imre), fils de saint Étienne roi de Hongrie.

1479

Ce grand prince eût pour père saint Étienne, premier roi de Hongrie, et pour mère la vénérable Gisle ou Gisèle, sa femme, et sœur de saint Henri, empereur. Il donna, dès ses premières années, des marques d’une piété extraordinaire.

TABLEAU D’UNE SAINTE FAMILLE ROYALE
L’un des sept timbres-poste du bloc émis par la poste royale de Hongrie
en 1938 pour le 9e centenaire de la mort de S. Étienne Ier
(Collection privée)
Au centre, le Roi saint Étienne Ier, à gauche, la Reine son épouse, la vénérable Gisèle,à droite, leur fils le Prince saint Émeric.
Au centre, le Roi saint Étienne Ier,
à gauche, la Reine son épouse, la vénérable Gisèle,
à droite, leur fils le Prince saint Émeric.

1796



Lorsque ses officiers étaient endormis, il se levait pour prier Dieu et pour réciter le psautier, et il produisait un acte de contrition à la fin de chaque psaume. Le roi, son père, que l’on informait de tout, voyait dans ses actions d’heureux présages que le prince serait digne de régner sur ses sujets.

Allant un jour visiter le monastère des religieux de Saint-Martin, qu’il avait fondé, il envoya le prince devant lui pour en recevoir les premiers honneurs. Saint Émeric fut accueilli de la communauté avec tout le respect dû à son mérite et à sa qualité d’héritier présomptif de la couronne. Le roi, arrivant quelques moments après, aperçut qu’il embrassait les religieux l’un après l’autre, et qu’aux uns il donnait seulement un baiser, aux autres deux, aux autres trois, et à quelques-uns encore davantage. Après la Messe, il lui demanda la cause de cette différence, et pourquoi, en particulier, il en avait embrassé un, nommé Maur, jusqu’à sept fois. (Le Bienheureux Maur —dont on célèbre la fête également en ce jour— fut d’abord religieux compagnon de solitude de saint Gérard futur évêque de Chonad et coopérateur de saint Étienne pour la conversion des Magyars, puis devint lui-même évêque des Cinq-Églises, en Hongrie, et meurt en 1070.) L’enfant répondit ingénument qu’il avait observé cette différence selon les différents degrés de leur pureté, et que celui qu’il avait baisé sept fois était un religieux d’une pureté tout à fait singulière et qui avait toujours conservé sa virginité au-dessus de tous les autres.

Saint Émeric, croissant toujours en grâce et en perfection, méditait en lui-même ce qu’il pourrait faire pour se rendre plus agréable à son souverain Seigneur. Étant une nuit en oraison dans l’église de Saint-Georges, à Vesprin, avec un de ses domestiques, et s’entretenant dans cette pensée, il aperçut une lumière qui éclairait toute l’église, et il entendit une voix qui lui dit : « La virginité est une offrande très-précieuse, et Je désire que tu la conserves de corps et d’esprit jusqu’à la mort ». Il fut extrêmement réjoui de cet ordre, et il supplia ce Dieu de bonté de lui donner la force de suivre sa vocation. Il ne découvrit point ce secret et il défendit à celui qui l’accompagnait d’en parler à qui que ce fût durant toute sa vie. Le roi, son père, qui ne savait rien de cette résolution, l’accorda à une fille du sang royal, également belle, honnête et vertueuse. Le prince témoigna d’abord en être peu satisfait ; mais il se rendit enfin aux prières de ce sage monarque, dans l’espérance que Dieu lui donnerait le moyen d’allier la virginité au mariage. En effet, ayant épousé la princesse, il lui parla si efficacement de la beauté de la chasteté, qu’il lui persuada de ne vivre ensemble que comme frère et sœur. Cependant, comme il était jeune et qu’il avait toujours été nourri dans les douceurs de la cour, il pratiqua tant d’austérités pour conserver ce précieux trésor qu’elles coupèrent le fil de sa vie au milieu de ses années.

Ainsi, avant qu’il eût pris possession du royaume que son père lui destinait sur la terre, Dieu lui en donna un beaucoup plus éclatant et plus ferme dans l’Éternité bienheureuse.

Ce fut le 4 novembre de l’année 1032, Benoît IX venant d’être élu Pape, Conrad II empereur du Saint Empire Romain Germanique et Henri Ier roi de France. Son corps fut enterré à Albe-Royale (ou Stuhlweissembourg, chef-lieu de Comitat, en Hongrie), et Dieu rendit incontinent son sépulcre et sa mémoire illustres par plusieurs miracles.

Nous en trouvons un fort remarquable dans l’Histoire de Hongrie ; il arriva sous le règne de saint Ladislas : Un allemand, nommé Conrad, qui avait vécu dans toutes sortes de débauches et de libertinage, ayant été touché de Dieu et voulant se convertir, s’en alla à Rome et demanda au Pape la pénitence et l’absolution de ses offenses. Le Saint-Père, considérant le nombre et l’énormité de ses crimes, lui ordonna de porter sur sa chair nue une cuirasse de fer serrée d’une chaîne faisant cinq tours, avec un papier contenant le détail de tous ses péchés, et de visiter en cet état tous les lieux où il apprendrait qu’il y aurait des reliques, jusqu’à ce que la chaîne se fût détachée d’elle-même et que les péchés contenus dans le papier fussent entièrement effacés. Conrad accepta cette pénitence, et, chargé de ce fer et de ce papier, il visita les saints lieux de la Palestine. Rien n’y fit ; après beaucoup de pèlerinages, il revint donc en Hongrie, où, prosterné devant le tombeau du roi saint Étienne, il protesta qu’il ne le quitterait point qu’il n’eût l’assurance de son pardon. Dans cette résolution, il s’endormit, et, durant son sommeil, le saint roi lui apparut et lui dit de faire ses dévotions au sépulcre de son fils Émeric, qui était proche, parce que sa pureté virginale lui faisait obtenir de Dieu des faveurs tout extraordinaires. Il s’éveilla et obéit à l’heure même ; et à peine fut-il en oraison sur ce tombeau, que sa chaîne se rompit, sa cuirasse se détacha et tout le détail de ses péchés se trouva effacé.

Ce miracle donna lieu au roi Ladislas, aux évêques, aux abbés et aux plus grands du royaume, de poursuivre sa canonisation. On le leva de terre après un jeûne de trois jours ; on le plaça honorablement au-dessus de l’autel le 4 novembre ; et, comme la main de Dieu y fit encore plusieurs miracles pour manifester sa gloire, Benoît IX le canonisa, avec saint Étienne, son père. On en fait la fête en ce jour, qui est celui de sa canonisation.


Mercredi 18 octobre 2017
S. Luc,

évangéliste
2e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Nous Vous en prions, Seigneur, que Votre saint Évangéliste Luc intercède pour nous, lui qui n’a jamais cessé de porter dans son corps la mortification de la croix, pour la gloire de Votre Nom.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Saint Luc, peut-être juif d’origine, naquit, dit saint Eusèbe, à Antioche la capitale des rois de Syrie. Saint Paul nous dit qu’il y exerçait les fonctions de médecin.

Compagnon de voyage de l’Apôtre des Nations, il fut aux côtés de saint Paul durant la plupart de ses missions et pendant sa double captivité à Rome.


Grâce à ses relations avec ce maître et avec les autres Apôtres, il put écrire le troisième Évangile que saint Jérôme et saint Jean Chrysostôme désignent sous le nom d’ « Évangile de saint Paul ». Comme le Docteur des Gentils, il s’adresse aux païens pour leur prouver que le salut est apporté par Jésus à tous les hommes sans exception qui croient en Lui.


On le désigne sous le symbole du bœuf, l’un des quatre animaux de la vision d’Ézéchiel, parce qu’il commence son Évangile en parlant du sacerdoce de Zacharie, prêtre et sacrificateur, et que le bœuf était la victime la plus ordinaire des sacrifices de l’ancienne loi.


La Messe de saint Luc présente, de même que celle de saint Marc, cette particularité qu’on y lit l’Évangile renfermant les instructions du Sauveur à Ses soixante-douze disciples, parce que ces deux Évangélistes ne furent pas Apôtres, mais seulement des Disciples de Notre-Seigneur.


Saint Jérôme rapporte que saint Luc mourut en Achaïe, âgé de quatre-vingt-quatre ans.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Ayez un vrai respect et une vraie dévotion pour les images de la sainte Vierge.

Méditation du jour
L’Évangile, inspirateur de tous les dévouements  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|