S. Christophe
25 juillet

RÉSUMÉ :

Saint Christophe était Cananéen d’origine. Son nom (qui porte le Christ) exprime son amour envers Jésus.

Âme généreuse, il marcha comme un géant sur le chemin de la vertu. La piété de nos pères, s’inspirant de cette belle allégorie, plaçait au seuil des cathédrales la statue gigantesque de saint Christophe.

Il fut martyrisé vers l’an 250.

Saint Christophe est l’un des quatorze Saints Auxiliaires.

« Les Grandes Heures d’Anne de Bretagne » (1508)

Miniatures de Jean Bourdichon

Saint Christophe (qui porta l
Saint Christophe (qui porta l'Enfant Jésus pour traverser une rivière).

1463

Le nom et le culte de ce Saint sont aussi célèbres que les actes de son martyre sont différents. Les orientaux ont toujours eu pour lui beaucoup de vénération, et ils célèbrent sa fête le 9 de mai. L’Église d’Occident ne la célèbre que le 25 juillet, auquel elle est marquée dans les anciens martyrologes, et surtout dans celui qui porte le nom de saint Jérôme ; mais quelle que soit la diversité des circonstances de son martyre, et des jours où l’on en fait l’office, il n’en est pas moins certain que nos ancêtres avaient pour lui une dévotion singulière.

Comme saint Ignace d’Antioche avait pris le surnom de Théophore, pour exprimer plus sensiblement son amour envers Jésus-Christ, on croit aussi que le saint Martyr dont nous parlons prit, par le même motif, le surnom de Christophore ou Christophe. On le représentait d’une taille gigantesque, portant l’enfant Jésus sur ses épaules et traversant la mer : mais tout cela est allégorique ; et, comme l’a remarqué Baronius, ces statues énormes que l’on voit encore aujourd’hui dans plusieurs églises gothiques, font allusion au nom de Christophe, et à la mer de tribulations par laquelle doivent passer tous les fidèles pour parvenir au Ciel, leur port et leur patrie.

L’opinion la plus commune est que le Saint fut martyrisé en Lycie, vers l’an 250, S. Corneille étant Pape, Dèce et son fils Herennius Etruscus empereurs romains, et que ses reliques, après avoir été transférées à Tolède, le furent ensuite à l’abbaye de Saint-Denys en France, où elles se gardent encore. Le bréviaire mozarabe, attribué à saint Isidore, atteste la première de ses translations. Les fidèles eurent souvent recours à l’intercession de saint Christophe dans le temps de la peste.


Jeudi 24 septembre 2020
de la Férie
4e classe
Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Nous Vous en prions, Seigneur, que Votre grâce nous prévienne et nous accompagne toujours, et qu’elle nous donne d’être sans cesse appliqués aux bonnes œuvres. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


Mémoire de Notre-Dame de la Merci :


Ô Dieu, qui, par la très glorieuse Mère de Votre Fils, avez daigné enrichir Votre Église d’une nouvelle famille destinée à délivrer les fidèles du Christ de la puissance des païens, faites que, vénérant avec piété l’inspiratrice d’une si grande œuvre, nous soyons, grâce à ses mérites et à son intercession, délivrés de nos péchés et de la captivité du démon. Par le même Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
La Sainte Vierge apparut au XIIIe siècle à saint Pierre Nolasque, à saint Raymond de Pegnafort, et à Jacques, roi d’Aragon, pour leur suggérer de fonder un institut religieux dans le but de délivrer les Chrétiens du joug barbare des Sarrasins qui occupaient à cette époque une grande partie de l’Espagne.


En conséquence, le 10 du mois d’août, de l’an 1218, le roi Jacques décréta l’établissement de l’Ordre royal, militaire et religieux de Notre-Dame de la Merci et concéda à ses membres le privilège de porter sur la poitrine ses propres armes.


Le plus grand nombre d’entre eux étaient chevaliers et tandis que les clercs récitaient l’Office divin dans les commanderies, eux surveillaient les côtes et délivraient les prisonniers.

Cette œuvre se répandit sur toute la surface du globe et produisit des héros de sainteté et des hommes d’une charité et d’une piété incomparables qui se dévouaient à recueillir les aumônes des Chrétiens pour racheter leurs frères et à se donner souvent eux-mêmes comme rançon pour délivrer un grand nombre de captifs.


Célébrée d’abord par l’Ordre de Notre-Dame de la Merci, la fête de ce jour fut étendue à l’Église universelle, par Innocent XII au XVIIe siècle.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Priez la sainte Vierge pour le rachat de tant d’âmes captives du démon et du vice.

Méditation du jour
Ô Marie, votre amour pour nous n’a pas de bornes  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|