S. Boniface, évêque et martyr
5 juin

RÉSUMÉ :

Saint Boniface naquit en Angleterre à la fin du VIIe siècle. Il est l’une des grandes gloires de l’Ordre de saint Benoît. Grégoire II l’envoya en Germanie où, avec une élite de moines, il annonça, comme Jésus ressuscité l’avait demandé à Ses Apôtres, la bonne Nouvelle aux peuples de la Hesse, de la Saxe et de la Thuringe.

Nommé par Grégoire II, légat du Siège apostolique, il réunit plusieurs synodes, parmi lesquels le mémorable Concile de Leptines dans le diocèse de Cambrai.

Créé Archevêque de Mayence par le Pape saint Zacharie, il sacra sur son ordre Pépin, roi des Francs. Après la mort de saint Willibrord, l’Église d’Utrecht en Frise lui fut confiée. C’est là que les Frisons le massacrèrent à Dokkum, avec trente de ses moines, en juin 755. Son corps fut déposé dans la célèbre abbaye de Fulda, qu’il avait fondée.

Saint Boniface abat un arbre de superstition servant d
Saint Boniface abat un arbre de superstition servant d'idole aux Goths de Hesse : le chêne de Thor (ou du Tonnerre)
fendu en quatre et tombant au premier coup de cognée du Saint.

443

Boniface, appelé d’abord Winfrid, naquit en Angleterre, l’an 680, saint Agathon étant pape, Constantin IV empereur d’Orient et Thierry III roi de France.

Après une mission prêchée dans sa ville natale, il demanda à suivre les moines dans leur couvent. Son père refusa d’accéder à ce qu’il appelait le caprice d’un enfant de sept ans ; mais une maladie grave que Dieu lui envoya pour le punir le décida enfin à laisser partir cet enfant de bénédiction.

Devenu professeur après de brillantes études, Winfrid, par sa science et son éloquence, acquiert une réputation dont il est effrayé ; alors, refusant tous les honneurs, il tourne toute l’ambition de son zèle vers les contrées encore païennes de la Germanie, et n’a qu’un désir : devenir apôtre de l’Allemagne.

Timbre-poste de l’Allemagne de l’Ouest émis en 1954

1729

XIIe centenaire (Jubiläum) du martyrede saint Bonifaceapôtre des Allemands (Apostel der Deutschen),Archevêque d
XIIe centenaire (Jubiläum) du martyre
de saint Boniface
apôtre des Allemands (Apostel der Deutschen),
Archevêque d'Utrecht et Légat du Pape.
En 718, il va s’agenouiller aux pieds du Pape saint Grégoire II et reçoit de lui tous les pouvoirs apostoliques. Après avoir traversé, en exerçant sa charité pour les âmes, la Lombardie, la Bavière et la Thuringe, il va se joindre à saint Willibrord, apôtre des Frisons, mais il s’enfuit dès qu’il s’aperçoit que celui-ci veut lui conférer l’épiscopat. Winfrid évangélise alors la Thuringe, dont les sauvages forêts se couvrent bientôt de monastères et se peuplent de saints. La moisson est trop abondante, il lui faut des auxiliaires ; le Pape l’appelle à Rome, le sacre Évêque et change son nom en celui de Boniface.

L’apôtre, secondé par de vaillants missionnaires, travaille avec plus d’ardeur que jamais à étendre le règne de l’Évangile. Ses saintes audaces sont bénies du Ciel. Un jour, il fait abattre un arbre de superstition, qui servait d’idole à un peuple aveugle, et quand la foule en fureur va se jeter sur lui, un prodige vient soudain la calmer : l’arbre énorme se plie sous une main invisible et vient tomber en quatre tronçons aux pieds du Saint. Le Christ avait vaincu ; des milliers de païens demandèrent le Baptême. Saint Boniface était de nouveau débordé par l’immensité de ses succès ; il fait un appel à sa patrie, et bientôt de nombreux missionnaires viennent se joindre à lui.

Première valeur d’une série de trois timbres-poste du Vatican émis en 1954
pour le XIIe centenaire du martyre de saint Boniface
apôtre de la Germanie
Saint Boniface évêque et martyr.Son corps fut déposé dans la célèbre abbaye de Fulda, qu’il avait fondée.Au fond, la cathédrale actuelle de Fulda.
Saint Boniface évêque et martyr.
Son corps fut déposé dans la célèbre abbaye de Fulda, qu’il avait fondée.
Au fond, la cathédrale actuelle de Fulda.

1730

Il obtient du Pape d’instituer de nouveaux évêchés et d’organiser dans ce pays la hiérarchie catholique.

Archevêque, Légat du Pape, Boniface ne s’attribue point la gloire de ses œuvres ; Dieu est sa seule force et son seul recours : voilà le secret de ses conquêtes pacifiques.

À ce héros, il ne manquait plus qu’un combat, à ce triomphateur, il ne manquait plus qu’une victoire. Un matin, Boniface se préparait à offrir le saint Sacrifice, quand une foule armée se précipite vers lui en poussant des cris sauvages ; son entourage court aux armes ; mais Boniface sort de sa tente : « Cessez le combat, mes enfants, dit-il ; voici venue l’heure de la délivrance ! » Bientôt l’apôtre tombe sous les coups de ces barbares avec tous ceux qui l’accompagnent. On le trouva criblé de blessures, tenant en main le livre ouvert de saint Ambroise : Du bienfait de la mort. C’était l’an 754, Étienne II étant pape, Constantin V empereur d’Orient et Pépin le Bref roi de France.


Mardi 9 mars 2021
de la troisième semaine de Carême
3e classe
Temps du Carême



Oraison - collecte
Exaucez-nous, Dieu tout-puissant et miséricordieux, et accordez-nous, dans Votre bonté, le don d’une continence salutaire. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


Mémoire de sainte Françoise Romaine, veuve :


Ô Dieu, qui, entre autres dons de Votre grâce avez rendu Votre servante la bienheureuse Françoise, illustre par ses rapports familiers avec un Ange, accordez-nous, par l’intercession de cette Sainte de mériter d’être introduits dans la société des Anges. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Sainte Françoise, noble dame Romaine, fut la femme forte dont nous parle la Sainte Écriture rappelée par l’Épître de la Messe des saintes femmes.

Unie dès l’âge de onze ans par les liens du mariage à Laurent de Ponziani, elle fut durant quarante années le type achevé de l’épouse chrétienne.

Évitant les fêtes, portant des vêtements d’une grande simplicité, donnant à l’oraison et au service des pauvres tout ce qui lui restait de temps après l’accomplissement de ses devoirs domestiques, elle fonda à Rome la maison des Oblates de la Congrégation du Mont-Olivet, sous la règle de saint Benoît (1433).


C’est là qu’après la mort de son mari, elle se retira afin d’acheter, au prix de tous ses biens, la perle précieuse de la Vie éternelle. Devenue ainsi « l’épouse du Christ », elle puisa dans la contemplation continuelle de la Passion de Jésus l’énergie divine qui lui permit de réduire de toutes façons son corps en servitude.


Pour la soutenir dans les luttes terribles qu’elle eut avec le démon, Dieu la favorisa de la présence visible de son Ange gardien avec lequel elle conversait familièrement.


Elle mourut en 1440. Son corps repose à Rome en la basilique de Santa Maria Nuova près du Forum, appelée aussi Sainte-Françoise-Romaine. En 1934, Pie XI en a fait une église stationnale.


En ce saint temps de pénitence, imitons comme sainte Françoise la vie toute de sacrifices du Sauveur.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Visitez les malades ; montrez-leur une grande charité.

Méditation du jour
Je suis né pour Dieu  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|