S. Antoine-Marie Claret
23 octobre

RÉSUMÉ :

« Saint Antoine-Marie Claret, lit-on au Martyrologe romain, évêque et confesseur, dont le jour natal est cité le jour suivant :

« Au monastère de Fontfroide, dans le diocèse de Carcassonne, en France, saint Antoine-Marie Claret, archevêque de Cuba et fondateur des Missionnaires Fils du Cœur Immaculé de la bienheureuse Vierge Marie. Célèbre par son zèle pour les âmes et par sa douceur, le souverain pontife Pie XII l’a inscrit aux fastes des Saints. »

919

Saint Antoine-Marie Claret, Archevêque de Santiago de Cuba (1807 - 1870)
Saint Antoine-Marie Claret,
Archevêque de Santiago de Cuba (1807 - 1870)
Saint Antoine-Marie Claret naquit à Sallent, près de Barcelone, le 23 décembre 1807. Selon le désir de son père, il s’adonna d’abord à l’artisanat textile ; mais la grâce du Seigneur l’appelait à une vie plus haute.

Ordonné prêtre en 1835, il se crut appelé aux missions lointaines.

Quittant son ministère paroissial, il se rendit à Rome en 1840 pour y solliciter de la Congré-gation de la Propagande cette affectation. Dieu le voulait ailleurs, et c’est dans sa patrie qu’il fut renvoyé pour y exercer son apostolat missionnaire.

C’est ainsi qu’il parcourut en tous sens la Catalogne et les Canaries, où son zèle ardent, sa parole véhémente et sa profonde piété remuaient et convertissaient les âmes. Il était en même temps fécond auteur de nombreux livres bienfaisants.

En 1849, avec cinq autres prêtres, il fonda au séminaire de Vich, la Congrégation missionnaire des Fils du Cœur immaculé de Marie (Claretins), qui devait connaître un avenir si fructueux. À cette même époque, le Pape le choisit pour archevêque de Santiago de Cuba. C’est au sein de cette lourde tâche pastorale qu’il fonda l’Institut des Sœurs enseignantes de Marie immaculée (Claretines).

En 1857, il fut rappelé en Espagne comme conseiller et confesseur de la reine Isabelle II ; il la suivit dans son exil en 1868, et c’est en France, au monastère cistercien de Fontfroide, qu’il mourut le 24 octobre 1870.

Entretemps, il avait participé très activement au Concile du Vatican, défenseur intrépide de l’infaillibilité pontificale. Toute sa vie avait été marquée d’une grande piété envers le Saint Sacrement, le Cœur immaculé de Marie et le saint Rosaire : aussi avait-il travaillé sans cesse à propager cette triple dévotion.

Pie XI l’avait béatifié en 1934 ; Pie XII le canonisa le 7 mai 1950.


Mercredi 19 décembre 2018
des Quatre-Temps de l’Avent
2e classe
Temps de l’Avent



Oraison - collecte
Nous Vous en supplions, Dieu tout-puissant, faites que la prochaine solennité de la venue du Rédempteur nous procure des secours pour la vie présente et nous fasse obtenir les récompenses de l’éternelle Béatitude. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Le bienheureux Urbain V, de son nom de famille Guillaume de Grimoard, naquit près de Mende, sur un sommet des Cévennes en 1310. Il gravit rapidement les degrés successifs de l’échelle des lettres et des sciences. La vie religieuse s’offrit alors à lui comme l’idéal qui répondait le mieux aux tendances de son esprit et aux besoins de son cœur.


Il alla frapper à la porte de l’abbaye de Saint-Victor, près de Marseille, et, à l’ombre paisible du cloître, il s’éleva chaque jour de vertu en vertu. On remarquait particulièrement en lui une tendre dévotion pour la sainte Vierge.

Après avoir enseigné à Montpellier, à Paris, à Avignon et à Toulouse, et été peu de temps abbé de Saint-Germain d’Auxerre, il fut envoyé en Italie par le Pape Clément VI en qualité de légat. C’était, à son insu, un acheminement vers la plus haute dignité qui soit au monde. Il fut élu pape en 1362 et prit le nom d’Urbain V, parce que tous les papes qui avaient porté ce nom l’avaient illustré par la sainteté de leur vie.


C’est lui qui ajouta à la tiare papale une troisième couronne, non par orgueil, mais pour symboliser la triple royauté du Pape sur les fidèles, sur les Évêques et sur les États romains.


Il se proposa, en montant sur le trône de saint Pierre, trois grands projets : ramener la papauté d’Avignon à Rome, réformer les mœurs, propager au loin la Foi catholique.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Ne vous attribuez la gloire de rien, rapportez tout à Dieu et à Sa grâce.


Méditation du jour
Les désirs du Prêtre  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|