S. Antoine-Marie Claret
23 octobre

RÉSUMÉ :

« Saint Antoine-Marie Claret, lit-on au Martyrologe romain, évêque et confesseur, dont le jour natal est cité le jour suivant :

« Au monastère de Fontfroide, dans le diocèse de Carcassonne, en France, saint Antoine-Marie Claret, archevêque de Cuba et fondateur des Missionnaires Fils du Cœur Immaculé de la bienheureuse Vierge Marie. Célèbre par son zèle pour les âmes et par sa douceur, le souverain pontife Pie XII l’a inscrit aux fastes des Saints. »

919

Saint Antoine-Marie Claret, Archevêque de Santiago de Cuba (1807 - 1870)
Saint Antoine-Marie Claret,
Archevêque de Santiago de Cuba (1807 - 1870)
Saint Antoine-Marie Claret naquit à Sallent, près de Barcelone, le 23 décembre 1807. Selon le désir de son père, il s’adonna d’abord à l’artisanat textile ; mais la grâce du Seigneur l’appelait à une vie plus haute.

Ordonné prêtre en 1835, il se crut appelé aux missions lointaines.

Quittant son ministère paroissial, il se rendit à Rome en 1840 pour y solliciter de la Congré-gation de la Propagande cette affectation. Dieu le voulait ailleurs, et c’est dans sa patrie qu’il fut renvoyé pour y exercer son apostolat missionnaire.

C’est ainsi qu’il parcourut en tous sens la Catalogne et les Canaries, où son zèle ardent, sa parole véhémente et sa profonde piété remuaient et convertissaient les âmes. Il était en même temps fécond auteur de nombreux livres bienfaisants.

En 1849, avec cinq autres prêtres, il fonda au séminaire de Vich, la Congrégation missionnaire des Fils du Cœur immaculé de Marie (Claretins), qui devait connaître un avenir si fructueux. À cette même époque, le Pape le choisit pour archevêque de Santiago de Cuba. C’est au sein de cette lourde tâche pastorale qu’il fonda l’Institut des Sœurs enseignantes de Marie immaculée (Claretines).

En 1857, il fut rappelé en Espagne comme conseiller et confesseur de la reine Isabelle II ; il la suivit dans son exil en 1868, et c’est en France, au monastère cistercien de Fontfroide, qu’il mourut le 24 octobre 1870.

Entretemps, il avait participé très activement au Concile du Vatican, défenseur intrépide de l’infaillibilité pontificale. Toute sa vie avait été marquée d’une grande piété envers le Saint Sacrement, le Cœur immaculé de Marie et le saint Rosaire : aussi avait-il travaillé sans cesse à propager cette triple dévotion.

Pie XI l’avait béatifié en 1934 ; Pie XII le canonisa le 7 mai 1950.


|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|