Bse Garsande (ou Gersende) d’Alphant
8 novembre
Dictionnaire de la Provence et du Comté-Venaissin, dédié à Monseigneur le Maréchal Prince de Beauvau.
Par une Société de Gens de Lettres. Contenant la première Partie de l’histoire des hommes Illustres de la Provence.
Tome troisième. Imprimé par Jean Mossy. Marseille - 1786.

1531

La Bienheureuse Garsende d’Alphant naquit à Apt vers le milieu du XIIIe siècle, d’une des plus illustres Maisons de Provence. Élevée sous les yeux de ses parents qui étaient fort pieux, Garsende (ou Gersende) se forma de bonne heure à la pratique des vertus qu’elle sut si bien inspirer dans la suite aux autres.

Mariée fort jeune, et par obéissance, à un riche Seigneur, elle l’engagea à vivre dans le mariage, comme dans le célibat : un vœu de chasteté perpétuelle ranima dans ces époux la pureté du corps, nécessaire pour vaquer avec plus de ferveur aux exercices de la Religion.

D’Alphant mourut jeune, et laissa Garsende affligée de sa perte ; mais sa résignation aux volontés de l’Être Suprême lui fournit un moyen de consolation efficace. Elle courut dans un lieu de retraite, et renonça solennellement au monde, en prenant dans l’église des Cordeliers d’Apt, l’habit du Tiers-Ordre de Saint-François. Ce lieu de retraite fut le Château d’Ansouis, dans lequel logeait sa cousine Laudune d’Aube, que ses vertus avaient fait nommer la sainte Comtesse. C’étoit en 1288, dans les premières années de saint Elzéar, dont Garsende devint l’institutrice.

Faut-il s’étonner si ce Saint a recueilli les fruits les plus heureux de son éducation dirigée par une mère vertueuse, et par une parente qui vivait dans la plus grande piété ?

Nous avons dit dans l’article de ce Saint, qu’il fut envoyé à l’Abbaye de Saint-Victor à Marseille dès l’âge de sept à huit ans : la bienheureuse Garsende continua de vivre avec sa mère ; et ces deux saintes femmes menaient ensemble la vie des plus austères Religieuses ; renfermées dans leur maison pendant tout le temps qui n’était point employé à la visite des églises ou des Hôpitaux.

La bienheureuse Garsende renchérissait sur sa cousine par les plus austères pénitences. Jeûnes, cilices, oraisons, tout était porté à un point que son confesseur, qui était le Père Philippe d’Aiguières, fut souvent obligé d’en modérer les excès ; la Communion fréquente sembloit la soutenir dans ses mortifications ; elle y goûtait les douceurs réservées aux âmes pures.

Cette bienheureuse veuve avait donné l’exemple de la chasteté ; elle fit plus, elle contribua par ses avis, au vœu que saint Elzéar et sainte Delphine firent de vivre dans l’état de continence qu’ils avaient gardée, jusqu’alors sans engagement. Par ses sages conseils, il n’y eut jamais entre ces deux époux, qu’une union spirituelle, qui se rapporte plus particulièrement à l’Être Suprême ; union pareille à celle de la bienheureuse Garsende et de son mari.

La mort de la bienheureuse Garsende fut semblable à sa vie. Elle avait vécu dans la piété, elle mourut de la mort des Justes, le 7 novembre 1310, Clément V étant pape, Andronic II empereur de Byzance et Philippe IV le Bel roi de France. Elle fut inhumée au Couvent des Cordeliers d’Apt, revêtue uniquement de l’habit du Tiers-Ordre. Ses obsèques furent ordonnées par saint Elzéar et sainte Delphine, qui y assistèrent. Les Historiens et le Martyrologe Franciscain lui donnent le titre de Bienheureuse.


Lundi 22 juillet 2019
Ste Marie-Madeleine,

pénitente
3e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Nous Vous prions, Seigneur, par les suffrages de sainte Marie-Madeleine, de venir à notre aide, Vous qui, fléchi par ses prières, avez fait sortir du tombeau son frère Lazare, mort depuis quatre jours. Vous qui vivez et régnez avec Dieu le Père dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
En donnant l’Esprit-Saint à Ses Apôtres, Jésus leur avait dit de remettre comme Il l’avait fait Lui-même les péchés, et la liturgie rappelle aujourd’hui un exemple à jamais célèbre de la miséricorde du Sauveur envers ceux qui se repentent.


Marie, sœur de Marthe et de Lazare, était de Magdala, en Galilée, d’où son nom de Madeleine. C’était une pécheresse. Touchée par la grâce, elle vint se jeter aux pieds du Sauveur. Simon le Pharisien, scandalisé, l’eût rejetée comme ces hommes superbes, désignés par le Prophète Isaïe « qui disent : Retire-toi de moi, ne m’approche pas, car je suis pur ». Jésus, au contraire, « la défend contre les calomnies des orgueilleux ». Admirant l’action divine dans cette âme « désormais attentive à Ses commandements, alors que les pécheurs voudraient encore la faire tomber dans le mal », « Il accueille avec miséricorde l’offrande de ses services », et lui assure à tout jamais une place d’honneur dans Sa cour royale.


Le repentir a transformé son amour. « Parce qu’elle a beaucoup aimé, ses nombreux péchés lui sont remis ». Aussi, à sa prière, Jésus ressuscite-t-Il saint Lazare. Et quand, après le crucifiement de Jésus, auquel elle assiste avec la mort dans l’âme, elle cherche, comme l’épouse des Cantiques, où l’on a mis son époux divin, le Christ l’appelle par son nom et la charge d’annoncer aux disciples Sa Résurrection.


À l’exemple de sainte Madeleine qui, au dire des Pères personnifie l’action de l’Église envers Jésus, venons en esprit d’amour et de repentir répandre autour de Jésus, présent à la Table sainte le trésor de nos louanges ; entourons-Le sur l’autel, dans un esprit de Foi qui ne craint pas le scandale pharisaïque, de tout le luxe qui convient à la Maison de Dieu.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Appliquez-vous à aimer Dieu de plus en plus ; à qui aime, rien d’impossible.


Méditation du jour
Un secret travail préparatoire précède toute conversion  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|