Ste Eulalie de Mérida
10 décembre

On lit au Martyrologe Romain de ce jour :


« À Mérida, en Espagne, la passion de sainte Eulalie vierge. Âgée de douze ans, elle souffrit sous l’empereur Maximien et par ordre du préfet Dacien de nombreux tourments pour avoir confessé le Christ ; en dernier lieu, elle fut torturée sur le chevalet, eut les ongles arrachés et les côtés brûlés avec des torches ardentes, et quand le feu se fut éteint, elle rendit l’âme ».

Sainte Eulalie, poussée par l’Esprit-Saint, osa reprocher à Calpurnien son impiété et sa haine contre le Christianisme.
Sainte Eulalie, poussée par l’Esprit-Saint,
osa reprocher à Calpurnien son impiété et sa haine contre le Christianisme.

1083

Elle perdit sa mère de très bonne heure, et son père, nommé Libère, riche chrétien de Mérida, en Espagne, la fit instruire dans la Foi, avec une compagne de son âge, sainte Julie, par le prêtre Dorat. C’était au temps de la persécution de Dioclétien ; un magistrat, du nom de Calpurnien, appliquait les édits avec la dernière sévérité. Libère, voyant l’ardeur que sa fille témoignait pour le martyr, craignait qu’elle n’allât d’elle-même au devant des bourreaux, et il l’envoya, avec sainte Julie, Dorat, et quelques esclaves, dans une maison de campagne qu’il possédait aux environs de la ville.


Cependant sainte Eulalie, informée de la cruauté de Calpurnien, s’échappa avec son amie et vint à se présenter au tribunal : « Que vous ont fait les Chrétiens ? Pourquoi venez-vous les persécuter ? ». Le magistrat regarda celle qui l’interpellait ainsi et, raillant sa jeunesse, il demanda quelle était cette petite fille assez osée pour lui faire de telles questions. « Il est vrai », répondit-elle, « que je suis encore assez petite, car je n’ai que treize ans, mais je n’en redoute pas davantage vos menaces ; j’ai assez vécu sur la terre pour souhaiter d’aller vivre éternellement dans le Ciel ». Le juge essaya de la gagner par la douceur, mais voyant qu’il perdait sa peine, il ordonna qu’elle fut fouettée au sang.


La souffrance ne l’ébranla pas : « Votre pouvoir, qui s’étend sur mon corps, n’a aucune prise sur mon âme. J’ai en horreur et les divinités, et ceux qui les adorent, et les empereurs qui commandent de les adorer ». Sainte Eulalie expia ces injures par les plus cruels supplices : elle fut de nouveau fouettée, avec des baguettes mouillées, puis on lui versa sur la poitrine de l’huile bouillante, du plomb fondu, on la plongea dans un bain de chaux vive, on lui arracha les ongles des pieds et des mains. « Ouvrez les yeux, Calpurnien » eut-elle encore la force de dire avant de mourir, « et considérez mon visage, afin de pouvoir me reconnaître au jour du Jugement ; car nous comparaîtrons ensemble devant Dieu, moi pour recevoir la récompense des tourments que j’endure, vous pour en recevoir le châtiment ». Elle expira ensuite en 303, saint Marcellin étant pape, sous la tétrarchie impériale de Constance, Galère, Maximien et Dioclétien en Orient.


La vie et la mort de sainte Eulalie ont été célébrées par le poète latin Prudence, qui vécut en Espagne au quatrième siècle.

NOTE :

Il n’est pas hors de propos que nous ajoutions aux martyre de sainte Eulalie de Barcelone que nous avons écrit le douzième de février, celle d’une autre sainte Eulalie de Mérida ; avertissant par avance le lecteur, qu’il y a des auteurs qui n’en ont fait qu’une des deux, à cause des grandes conformités qui se rencontrent entr’elles. Mais ils se sont trompés : car l’une naquit à Barcelone, l’autre à Mérida ; l’une de quatorze ans, l’autre de treize ans, l’une martyrisé à Barcelone par le président Dacien, l’autre à Mérida, par un juge nommé Calpurnien. Celle de Barcelone eut la tête tranchée, ou mourut en croix ; celle de Mérida fut brûlée.


Dimanche 21 avril 2024
3e dimanche après Pâques
2e classe
Temps Pascal



Oraison - collecte
Ô Dieu, qui montrez à ceux qui errent, la lumière de Votre vérité, afin qu’ils puissent entrer dans la voie de la justice, donnez à tous ceux qui sont placés dans les rangs de la profession chrétienne, la grâce de rejeter tout ce qui est contraire à ce nom, et d’embrasser tout ce qui lui convient. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Moine de la célèbre abbaye bénédictine de Sainte-Marie du Bec en Normandie, saint Anselme en fut Abbé, puis Archevêque de Cantorbéry.


« Rempli de la Sagesse divine » et doué de talents supérieurs, il s’appliqua à développer la science de Dieu par une méthode rationnelle qui fraya la voie aux théologiens scolastiques : « Je ne cherche pas à comprendre pour croire, déclarait-il, mais je crois pour comprendre ».

Aussi réalisa-t-il la parole de l’Évangile : « Vous êtes la lumière du monde », et l’Église lui a-t-elle décerné le titre de Docteur.


« Héros de doctrine et de vertu, déclare Urbain II, il fut de même intrépide dans les combats de la Foi ».

Pasteur courageux, il défendit « à temps et à contretemps » contre la tyrannie ambitieuse de Guillaume le Roux la liberté sacrée que Jésus avait acquise par Son Sang à Ses brebis.

« Le Christ, affirme-t-il, n’aime rien tant en ce monde que la liberté de Son Église ».


Il mourut à l’âge de soixante-treize ans, le 21 avril 1109.

Honorons saint Anselme « afin que celui qui a été le Docteur de la doctrine de vie sur terre soit aussi notre intercesseur au Ciel ».


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Rendez le bien pour le mal, priez pour vos ennemis et traitez-les avec égard.

Méditation du jour
Le premier départ des premiers missionnaires !...  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|