S. Narcisse
29 octobre

RÉSUMÉ :

On lit au Martyrologe romain :


« À Jérusalem, l’anniversaire du bienheureux Narcisse évêque. Digne de louange pour sa sainteté, sa patience et sa Foi, ce fut par une heureuse mort qu’il s’en alla vers le Seigneur, à l’âge de cent seize ans. »

Saint Narcisse, évêque de Jérusalem, opérant un miracle transformant de l
Saint Narcisse, évêque de Jérusalem, opérant un miracle
transformant de l'eau en huile pour l'éclairage de l'Office de la nuit pascale.

712

Saint Narcisse, naît en Palestine vers la fin du Ier siècle, saint Évariste étant pape et Trajan empereur. Il s’appliqua dès sa jeunesse avec un grand soin, à l’étude des sciences divines et humaines, où il réussit d’une manière merveilleuse. Il entra dans l’état ecclésiastique, et l’on put voir en lui le modèle achevé de toutes les vertus sacerdotales ; aussi l’appelait-on le saint prêtre.

Pendant toute sa vie il fut entouré de l’estime universelle ; toutefois ce n’est qu’à l’âge de quatre-vingts ans qu’il fut choisi pour évêque de Jérusalem. Il dut se rendre, malgré sa vive opposition, aux vœux unanimes du clergé et du peuple et fut sacré vers l’an 180. Cette haute dignité lui inspira un nouveau zèle et une nouvelle ferveur, et il gouverna son troupeau avec une vigueur qu’on n’aurait pas dû naturellement attendre de son grand âge.

Sa vie austère et pénitente fut tout entière vouée au bien de l’Église. En 195, il présida, avec Théophile de Césarée, un concile tenu relativement à la célébration de la fête de Pâques, et où il fut décidé que cette fête se célébrerait toujours un dimanche, et non le jour où il était d’usage de la célébrer chez les Juifs.

Le Ciel opéra un grand nombre de prodiges par les mains de ce vénérable pontife : on en raconte un particulièrement remarquable. Une veille de Pâques, l’huile manquait aux lampes de son église pour les offices solennels qui avaient alors lieu dans la nuit. Saint Narcisse commanda de tirer de l’eau à un puits qui était proche et de la lui apporter ; il la bénit et la fit verser dans les lampes ; on s’aperçut alors qu’elle s’était changée en huile, ce qui excita l’admiration des fidèles. On conserva longtemps avec respect des restes de cette huile miraculeuse.

La vénération que ce saint évêque s’était attirée ne put le garantir de la malice des méchants. Trois scélérats l’accusèrent d’un crime atroce et confirmèrent leur calomnie par des imprécations horribles contre eux-mêmes. L’un dit : « Je veux être brûlé vif, si cela n’est pas vrai ! » L’autre : « Je veux être couvert de la lèpre ! » Le troisième : « Je consens à perdre la vue ! » Saint Narcisse crut devoir céder à l’orage et se retira dans un désert, où il s’ensevelit pendant huit années.

Dieu Se chargea de sa vengeance. Ses calomniateurs reçurent le prix de leur crime : le premier périt dans un incendie, avec toute sa famille ; le second fut couvert d’une lèpre horrible ; le troisième, frappé d’effroi et plein de repentir, pleura son péché au point qu’il en perdit la vue.

Saint Narcisse ne put résister plus longtemps aux instances de son peuple et vint reprendre le soin de son Église. Mais il se donna un coadjuteur, à cause de son grand âge. Après quelques années de prière et d’union avec Dieu, il mourut à l’âge de cent seize ans. C’était vers l’an 216, saint Zéphyrin étant pape et Caracalla empereur.


Mardi 16 janvier 2018
S. Marcel Ier,

pape et martyr
3e classe

Temps après l’Épiphanie

S. Honorat,

évêque et confesseur


S. Bérard et ses compagnons,

martyrs chez les Maures du Maroc


voir Le Martyrologe #90-4




Oraison - collecte
Nous Vous supplions, Seigneur, d’exaucer, dans Votre clémence, les prières de Votre peuple, afin que nous soyons aidés par les mérites du bienheureux Marcel, Votre Martyr et Pontife, dont la passion est pour nous un sujet de joie. Par le même Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Chef suprême de l’Église lors des dernières persécutions des empereurs de Rome, saint Marcel rendit témoignage à la divinité du Christ « en perdant sa vie par amour pour Lui ».


La sainte veuve Lucine lui ayant offert sa maison, il en fit une église qui porte le titre de Saint-Marcel. Maxence y fit amener les fauves des écuries publiques et condamna le Saint Pape à les garder. Ses souffrances toutes pleines des consolations divines lui permirent de compatir plus pleinement encore aux peines des Chrétiens dont il était le pasteur.


Épuisé par les mauvais traitements, vaincu par la douleur, il mourut en l’an 309. Cette résistance héroïque contre laquelle se brise la violence du César prouve que Jésus est Dieu, car « c’est Sa main qui porte secours à Son serviteur, et c’est Son bras qui le fortifie pour que l’ennemi n’ait point sur lui l’avantage ».

Bientôt, en effet, le règne divin du Sauveur sera reconnu et à partir de l’empereur Constantin, l’Église de Rome, « Reine des Églises », comme l’appelait saint Marcel, sera la reine du monde, non seulement dans l’ordre spirituel, mais encore dans l’ordre temporel.


Imitons le courage du Saint Pontife Marcel à défendre les droits divins du Christ afin qu’ils puissent se manifester à nouveau par le triomphe de l’Église.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Travaillez, dans votre situation, au salut des âmes et à la gloire de Dieu.

Méditation du jour
C’est moi qui fais mon Éternité  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|