S. Cloud ou Clodoald
7 septembre

RÉSUMÉ :

Saint Clodoald (saint Cloud) était le troisième des fils de Clodomir, roi des Francs d’Orléans. Il avait trois ans à peine quand son père fut tué. Confié à la tutelle de sa sainte aïeule, Clotilde, il fut attiré par ruse à Paris, dans le palais des Thermes, ainsi que ses infortunés frères, par leurs oncles Childebert et Clotaire. Ces deux princes massacrèrent les aînés et laissèrent le jeune Clodoald pour mort.

Rappelé à la vie, Clodoald renonça au monde, coupa lui-même les longs cheveux, insignes de sa race royale, et se retira dans la solitude.

Bientôt il vint se placer sous la direction du célèbre saint Séverin qui vivait en reclus près de Paris. Quelques temps éloigné de la capitale et résidant en province, il fut rappelé par le vœu des parisiens. L’évêque Eusèbe lui conféra les Ordres sacrés, et il exerça le saint ministère jusqu’à ce que l’amour de la solitude l’exilât encore.

Il se rendit sur une colline voisine de la Seine, en un lieu appelé Nogent, où il rassembla un nombre considérable de disciples qui, comme lui, fuyaient les vicissitudes de la vie publique.

Il y mourut saintement, l’an 560, et laissa, avec le souvenir de ses vertus, son nom au village formé autour de son monastère, lequel devint, sous l’ancienne monarchie, le titre ducal des archevêques de Paris.

Saint Cloud vient se placer sous la direction du célèbre saint Séverin, qui vivait en reclus près de Paris.
Saint Cloud vient se placer sous la direction du célèbre saint Séverin,
qui vivait en reclus près de Paris.

738

Clodoald, plus connu sous le nom de Cloud, était le troisième fils du roi Clodomir et petit-fils de Clovis et de sainte Clotilde. Après la mort de son père tué dans une guerre contre les Bourguignons, il se trouva, avec ses deux frères Thibault et Gonthaire, sous la tutelle de sainte Clotilde, leur grand-mère qui les éleva chrétiennement et avec le plus grand soin, en attendant qu’ils partageassent les États de leur père.

Mais Childebert, leur oncle, roi de Paris, qui convoitait le royaume d’Orléans, leur héritage, invita Clotaire, roi de Soissons, à participer à son infâme dessein : il s’agissait de faire mourir leurs neveux ou de les reléguer dans un cloître. Clotaire opina pour la mort.

Ils firent demander à leur mère, sainte Clotilde, de leur envoyer les enfants de Clodomir pour les proclamer successeurs de leur père.

La sainte veuve revêtit Cloud, qui n’avait que deux ans, et ses deux frères de leurs plus beaux habits et les envoya avec confiance, ne se doutant pas que ses petits-enfants allaient être massacrés sans pitié par ses propres fils. Ces oncles barbares égorgèrent, de leurs propres mains, les deux aînés.

Échappé au massacre, par une protection spéciale de la Providence, Clodoald coupa lui-même ses longs cheveux, insigne de sa race royale, renonça au monde et se retira dans la solitude, pour se sanctifier par la prière, la lecture des livres sacrés, le cilice et les austérités.

Bientôt saint Cloud vint se placer sous la direction du célèbre saint Séverin, qui vivait en reclus près de Paris.

Lorsqu’il fut initié à la vie érémitique, il se retira secrètement en Provence, loin de tous ceux dont il était connu. Pendant qu’il se construisait, de ses propres mains, une petite hutte, vint un pauvre qui lui demanda l’aumône. Le royal anachorète, pauvre lui-même, n’ayant ni or, ni argent, ni provisions d’aucune sorte, se dépouilla d’une espèce de petit manteau à capuchon et le lui donna. La nuit suivante, ce vêtement parut tout lumineux sur le pauvre qui le portait. Le bruit de ce prodige attira une foule de visiteurs qui venaient honorer le Saint et obtenir des grâces par ses prières.

Clodoald, qui cherchait l’obscurité, s’enfuit et revint à son premier ermitage, près de Paris. Peu de temps après, l’évêque Eusèbe, à la sollicitation du peuple, édifié par l’éclat de tant de sainteté, lui conféra les Ordres sacrés. Saint Cloud fut ordonné prêtre en 551 malgré les protestations de son humilité, et fut le premier fils des princes de France qui gravit les degrés de l’autel. C’est à Paris qu’avait eu lieu l’ordination.

Tout le monde admirait les vertus de ce roi devenu prêtre : on ne tarissait pas d’éloges sur son humilité, sa modestie, son détachement des choses du monde, son amour de la mortification, sa charité pour les malheureux. Pour éviter cette vénération, Clodoald se retira sur une colline, le long de la Seine, à deux lieues au-dessous de Paris, en un lieu appelé Nogent, où il obtint du roi Childebert, son oncle, une propriété pour y finir ses jours dans la solitude et loin du tumulte du monde.

Dès qu’on sut le lieu de la retraite du serviteur de Dieu, on y accourut de toutes parts pour se mettre sous sa direction ; quelques cellules furent d’abord bâties ; bientôt il fit bâtir un monastère et le dota des biens que les rois, ses oncles, lui avaient rendus ; saint Cloud y vécut sept ans au milieu de ses frères, leur donnant l’exemple de toutes les vertus.

Bientôt il sut que son pèlerinage était près de finir ; il vit arriver la mort avec joie, et s’endormit, à l’âge de quarante ans, dans la paix du Seigneur, le 7 septembre 560, Pélage Ier étant pape, Justinien empereur d’Orient et Clotaire Ier roi de France.

Les vertus de saint Cloud avaient attiré à lui de nombreux disciples ; ses miracles firent accourir des foules immenses à son tombeau, autour duquel se forma la ville qui, de son nom, s’appela Saint-Cloud. La piété naïve de nos pères à porté les cloutiers à le choisir pour patron.


Dimanche 8 décembre 2019
IMMACULÉE CONCEPTION

de la Bienheureuse Vierge Marie
1re classe

Temps de l’Avent

Mémoire de deuxième dimanche de l’Avent


Oraison - collecte
Ô Dieu, qui, par l’Immaculée Conception de la Vierge, avez préparé à Votre Fils une demeure digne de Lui, nous Vous en supplions, Vous qui, en prévision de la mort de ce même Fils, l’avez préservée de toute tache, accordez-nous, par son intercession, qu’étant purifiés de nos fautes, nous parvenions jusqu’à Vous. Par le même Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi-soit-il.


Mémoire de l’Avent :


Excitez nos cœurs, Seigneur, à préparer les voies de Votre Fils unique, afin que nous soyons rendus dignes de Vous servir avec des âmes purifiées par Son avènement. Lui qui vit et règne avec Vous, dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Ayant décidé de toute Éternité, de faire de Marie la Mère du Verbe incarné, Dieu voulut qu’elle écrasât dès le premier instant de sa conception la tête du serpent.

Il l’entoura « d’une parure de sainteté » et fit de son âme, « qu’Il préserva de toute tache, une habitation digne de Son Fils ». Dès le VIIIe siècle, on commémorait en Orient le 9 décembre, au IXe siècle, en Irlande, le 3 mai et au XIe siècle, en Angleterre, le 8 décembre la fête de la « Conception » de la Vierge.


Les bénédictins avec saint Anselme, et les franciscains avec Duns Scot (mort en 1308) furent favorables à la fête de « l’immaculée Conception » célébrée dès 1128 dans les monastères anglo-saxons. Au XVe siècle, le Pape Sixte IV, franciscain, fit construire au Vatican la chapelle Sixtine en l’honneur de la Conception de la Vierge.


Et le 8 décembre 1854, Pie IX proclama officiellement ce grand dogme en se faisant l’écho de toute la tradition chrétienne que résume la parole de l’Ange : « Je vous salue, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre les femmes ». « Vous êtes toute belle, ô Marie, et la tache originelle n’est point en vous », dit avec vérité le verset alléluiatique de la Messe.


Comme l’aurore, messagère du jour, Marie précède l’Astre qui illuminera bientôt le monde des âmes. Introductrice de son Fils, c’est elle qui se présente la première dans le cycle liturgique.


Demandons à Dieu « de nous guérir et de nous délivrer de toutes nos fautes », afin que, recevant cette vertu qui est propre à la fête de l’Immaculée, nous soyons plus dignes d’accueillir Jésus dans nos cœurs lorsqu’Il y viendra le 25 décembre.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Répétez souvent : « Ô Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous » et portez la Médaille miraculeuse.


Méditation du jour
Notre programme  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|