Ste Marie-Madeleine de Pazzi
29 mai
Sainte Marie-Madeleine de Pazzi au Carmel.
Sainte Marie-Madeleine de Pazzi au Carmel.

422

Sainte Marie-Madeleine de Pazzi, l’une des fleurs les plus suaves qui aient embaumé les jardins du Carmel, naquit à Florence le 2 avril de l’an 1566, saint Pie V étant pape, Maximilien II empereur d’Allemagne et Charles IX roi de France.

Dès l’âge de sept ans, à l’école du Ciel, elle était formée à l’oraison, et elle paraissait presque un prodige de mortification. Toute une nuit elle porta une couronne d’épines sur sa tête, avec des douleurs inexprimables, pour imiter son Amour crucifié.

Chaque fois que sa mère avait communié, l’enfant s’approchait d’elle et ne pouvait plus la quitter, attirée par la douce odeur de Jésus-Christ. À partir de sa première communion, elle fut prête à tous les sacrifices, et c’est dès lors qu’elle fit à Jésus le vœu de n’avoir jamais d’autre époux que Lui. Aussi, quand, plus tard, son père voulut la marier : « Je livrerais plutôt, s’écria-t-elle, ma tête au bourreau que ma chasteté à un homme ».

Il fallut bien lui permettre l’entrée dans la vie religieuse ; la sainte épouse du Christ choisit le Carmel, parce qu’on y communiait presque tous les jours. À partir de ce moment, sa vie est un miracle continuel ; elle ne vit que d’extases, de ravissements, de souffrances, d’amour. Pendant cinq années, elle fut assaillie d’affreuses tentations ; son arme était l’oraison durant laquelle elle s’écriait souvent : « Où êtes-Vous, mon Dieu, où êtes-Vous ? »

Un jour, tentée plus fort qu’à l’ordinaire, elle se jeta dans un buisson d’épines, d’où elle sortit ensanglantée, mais victorieuse. Elle avait tant de plaisir à proférer ces mots : « La volonté de Dieu », qu’elle les répétait continuellement, disant à ses sœurs : « Ne sentez-vous pas combien il est doux de nommer la volonté de Dieu ? » Un jour, ravie en extase, elle alla par tout le couvent en criant : « Mes sœurs, oh ! que la volonté de Dieu est aimable ».

Il plut à Dieu de la crucifier longtemps par des douleurs indicibles, qui la clouaient sur son lit, dans un état d’immobilité en même temps que de sensibilité extraordinaire. Loin de demander soulagement, elle s’écriait bien souvent : « Toujours souffrir et ne jamais mourir ! »

Son cœur était un brasier ardent consumé par l’amour. Quinze jours avant sa mort, elle dit : « Je quitterai le monde sans avoir pu comprendre comment la créature peut se résoudre à commettre un péché contre son Créateur ». Elle répétait souvent : « Si je savais qu’en disant une parole à une autre fin que pour l’amour de Dieu, même sans péché, je dusse devenir plus grande qu’un Séraphin, je ne le ferais jamais ».

Quand Dieu lui envoyait des faveurs extraordinaires : « Ô Seigneur, s’écriait-elle, qu’ai-je donc fait contre Votre divine Majesté ? Il semble que Vous voulez me récompenser ici-bas ».

Près de mourir, ses dernières paroles à ses sœurs furent celles-ci : « Je vous prie, au nom de Notre-Seigneur, de n’aimer que Lui seul ! » Elle rendit son âme à Dieu le 15 mai 1607, Paul V étant pape, Rodolphe II empereur d’Allemagne et Henri IV roi de France.


Mardi 16 octobre 2018
Ste Hedwige,

veuve
3e classe

Temps après la Pentecôte


Apparition de Saint Michel Archange

au Mont Tombe

appelé depuis Mont Saint-Michel


voir Le Martyrologe #90-4




Oraison - collecte
Ô Dieu, de qui la bienheureuse Hedwige apprit à passer généreusement du sein des pompes du siècle dans l’humble voie de Votre croix ; faites que, par ses mérites et à son exemple, nous apprenions à fouler aux pieds les délices périssables du monde et à surmonter, en embrassant Votre croix, tout ce qui nous est contraire. Vous qui étant Dieu vivez et régnez avec Dieu le Père dans l’unité du Saint-Esprit, dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Sainte Hedwige, d’une illustre famille de Pologne, épouse de prince, mérite d’être regardée comme l’un des grands modèles des femmes chrétiennes. Toutes ses pensées et toutes ses actions n’avaient pour but que la gloire de Dieu, sa sanctification et celle de sa famille.


Dans la prospérité comme dans l’adversité, Dieu fut sa seule consolation. Devenue veuve, elle vécut en pauvre du Christ, mettant tout son bonheur à s’humilier et à prier. Elle mourut en 1243.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Seules, les âmes complètement pacifiées dans l’union à Dieu, peuvent rendre à Dieu toute la gloire dont elles sont capables.


Méditation du jour
Les enseignements des Mystères douloureux  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|