Ste Jeanne d’Arc
30 mai

  • EN FRANCE : FÊTE NATIONALE en faisant la solennité de la fête de sainte Jeanne d’Arc le 2e dimanche du mois de mai (cette année 2019 : le 12 mai). Mais la fête au 30 mai y est maintenue.

Demandons « au Saint-Esprit qui fait les âmes pieuses et courageuses », de nous donner « de puiser comme Jeanne dans la Sainte Communion la vaillance dont elle nous a donné de si beaux exemples, puisqu’elle affronta, pour repousser les ennemis, même les périls de la guerre ».

Sainte Jeanne d
Sainte Jeanne d'Arc, patronne seconde de la France.

426

Désignée par Pie XI comme patronne seconde de la France.

« Jeanne, épouse du Christ, patronne et gardienne de la France fut suscitée miraculeusement par Dieu pour défendre la Foi et la patrie ».

« Instruite par des Voix célestes et remplie de la lumière de Jésus, elle sut, par sa sagesse, s’imposer à l’admiration des princes et des grands, soumettre des nations étrangères, et laisser à la postérité un souvenir éternel ».

« Revêtue de la cuirasse de la justice, et les reins ceints de la vérité, la Pucelle quitte par obéissance son père et sa mère, et devenue soldat de Dieu, elle s’en va chevauchant sans peur où l’Archange Michel l’envoie ».

« Au milieu des dangers mortels, elle ne craint pas, car le Seigneur Jésus qui est avec elle la revêt de Sa force, la nourrit de Son pain céleste et lui accorde la victoire ».

« Environnée de flammes, elle invoque Jésus et embrassant la croix elle s’envole vers Lui comme une innocente colombe ». Elle « va se joindre aux chœurs bienheureux des Vierges où elle prie beaucoup pour son peuple et pour toute la nation française ».

Elle mourut en 1431.


  • Voir la méditation du jour.

  • Verrière de la Basilique de Domrémy (détail)
    « Je suis envoyée pour relever le sang de France »
    « Je suis envoyée pour relever le sang de France »
    Le siège d’Orléans 1429
    Timbre-poste français de 1929
    1429 - 1929 : cinquième centenaire de la victoire d
    1429 - 1929 : cinquième centenaire de la victoire d'Orléans.

    1699

    Avec sa Foi, sa confiance en Dieu et son enthousiasme pour la Mission qui lui est confiée par le Ciel, elle parvient à insuffler aux soldats français désespérés une énergie nouvelle et à contraindre les Anglais à lever le siège de la ville dans la nuit du 7 au 8 mai 1429.

    À partir de 1926 la France entre dans une période de crise. En 1929 : Poincaré est à la tête d’un gouvernement d’ « Union Nationale », mais plus pour longtemps.

    Politique financière rigoureuse, « Franc Poincaré » : renforcement de la monnaie, ce qui n’est plus possible pour chaque pays avec l’euro…


    Mardi 19 novembre 2019
    Ste Élisabeth de Hongrie,

    reine et veuve
    3e classe

    Temps après la Pentecôte

    Mémoire de

    S. Pontien,

    pape et martyr




    Oraison - collecte
    Dieu de miséricorde, éclairez les cœurs de Vos fidèles, et, touché des glorieuses prières de sainte Élisabeth, faites-nous mépriser les prospérités du monde et jouir sans cesse des consolations célestes. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


    Mémoire de saint Pontien, pape et martyr :


    Pasteur éternel, considérez avec bienveillance Votre troupeau, et par Votre bienheureux Martyr et Souverain Pontife Pontien que Vous avez constitué pasteur de toute l’Église, gardez-le à jamais sous Votre protection. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

    Ainsi soit-il

    Vie du Saint du jour
    Sainte Élisabeth, fille d’André, roi de Hongrie, fut donnée en mariage au landgrave de Thuringe Louis IV. Elle en eut trois enfants : Herman, Sophie et Gertrude.


    Son mari, qui était un saint, lui laissa la plus entière liberté pour ses exercices de piété et de charité. Comme la femme forte dont nous parle l’Épître, elle se levait la nuit pour prier, donnait des aumônes aux pauvres avec une grande prodigalité et filait elle-même de la laine, afin de leur confectionner des vêtements chauds.


    Le trait qui la caractérise surtout, c’est son amour des malades et des lépreux qu’elle soignait avec une tendresse de mère et dont elle baisait les plaies avec respect.


    À la mort de son époux, voulant tout quitter pour acheter à ce prix la perle de la Vie éternelle, elle se revêtit d’une robe grossière et entra dans l’Ordre des Pénitents de saint François, où elle se fit remarquer par sa patience et son humilité.


    Son beau-frère, en effet, devenu landgrave, la chassa avec ses enfants de la résidence princière de Wartburg de sorte que celle qui était surnommée la mère des pauvres ne put trouver elle-même un toit hospitalier pour l’abriter.

    Elle mourut à vingt-quatre ans, en 1231.


     voir la grande vie du Saint


    Résolution pratique du jour
    Puissiez-vous dire comme sainte Élisabeth  : « C’est Jésus-Christ qui vit en moi. »


    Méditation du jour
    Ô Seigneur, je Vous abandonne tout  suite

    |Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|