Ste Praxède
21 juillet

La fête de saint Pie Ier, le 11 juillet, nous a rappelé le souvenir de sainte Pudentienne et de sa sœur sainte Praxède, qui mirent toutes deux leur maison à la disposition de ce saint Pontife. La première apparaît dans le Cycle le 19 mai sous le règne de Jésus ressuscité, et la seconde en ce jour, sous celui du Saint-Esprit. Le mardi de la 3e semaine de Carême, on fait à Rome la station au titre de sainte Pudentienne, le Lundi Saint à celui de sainte Praxède, Cette Sainte, fille du sénateur romain Pudens, consacra à Dieu sa virginité, et se dépouilla de ses grands biens, au profit des pauvres et de l’Église. Elle acquit à ce prix le trésor et la perle précieuse du royaume céleste. Les cérémonies du culte, qui se célébraient dans son palais, attirèrent l’attention des païens. Ils y firent une descente et arrêtèrent beaucoup de Chrétiens qui furent mis à mort. Elle mourut sous Antonin, au IIe siècle, après avoir demandé à Dieu de l’arracher au spectacle de si grands malheurs. On déposa son corps auprès de celui de son père et de sa sœur, dans le cimetière de son aïeule Priscille.

Célébrons avec joie la fête de la bienheureuse Vierge Paxède, afin d’y puiser les sentiments d’une tendre dévotion.

1953

Voir au 19 mai sainte Pudentienne, sa sœur.


Samedi 2 mars 2024
de la deuxième semaine de Carême
3e classe
Temps du Carême

1er samedi du mois


Oraison - collecte
Nous Vous en prions, Seigneur, donnez à nos jeûnes un effet salutaire, afin qu’ayant entrepris de châtier notre chair, cette mortification corporelle serve à développer la vigueur de nos âmes. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
À treize ans, Henri de Saüssen ou Suzo, né d’une illustre famille de Souabe, entrait dans l’Ordre des frères Prêcheurs.


Vainqueur des tentations du démon, épris de la sagesse éternelle, tendrement dévoué à la Sainte Vierge, qui lui apparut un matin lorsqu’il disait : « Ave maris stella », le bienheureux Henri était un modèle de dévotion envers le Très Saint Sacrement ; il passait de longues heures en méditation devant les autels de Marie, redoublait ses prières et ses austérités durant le temps des folies du carnaval, et reçut de Notre-Seigneur et de Son auguste mère les plus douces consolations.


Dans une de ses extases, un Ange le revêtit d’une épée et d’une armure, afin « qu’il servit Dieu comme un généreux chevalier ».


Tourmenté par la persécution et par la calomnie, il triompha à force de patience et d’abandon en la Providence, et enfin, le 25 janvier 1365, « rassasié de la vie et brûlant des désirs du Ciel », il mourut à Ulm, en un couvent de son Ordre.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Appliquez-vous à une tendre et journalière dévotion pour l’aimable Nom de Jésus qui veut dire Sauveur.

Méditation du jour
Marchez en Ma présence et soyez parfait  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|