Ste Bibiane
2 décembre

RÉSUMÉ :

Sainte Bibiane, née à Rome d’une famille noble et chrétienne, unit, dit l’Oraison, la fleur de la virginité à la palme du martyre.

Vierge sage et prudente, elle craignit moins la confiscation de tous ses biens et les angoisses de la prison que la perte de ce trésor caché ou de cette perle de prix dont nous parle l’Évangile.

En butte aux caresses et aux adulations de sa geôlière Rufine qui chercha à la pervertir, elle invoqua le Seigneur qui la délivra de la perdition.

Rufine eut alors recours à la violence, mais sans plus de succès.

Ce que voyant, le gouverneur de Rome, plein de rage, ordonna qu’on attachât sainte Bibiane à une colonne et la fit battre jusqu’à la mort avec des lanières garnies de plomb (c’était en l’an 363).

La Basilique de Sainte-Marie-Majeure fut construite sur son tombeau.

Sainte Bibiane attachée à une colonne, et les bourreaux, avec des fouets armés de pointes de fer, s’acharnant sur son corps innocent.
Sainte Bibiane attachée à une colonne, et les bourreaux,
avec des fouets armés de pointes de fer, s’acharnant sur son corps innocent.

1050

Sainte Bibiane naquit à Rome, d’une famille aussi remarquable par ses vertus chrétiennes que par la noblesse de sa condition. Son père saint Flavien (fête le 22 décembre), préfet de Rome, fut jeté en prison sous Julien l’Apostat. Saint Flavien s’était déclaré contre l’infâme politique de ce prince ; aussi fut-il marqué au front d’un fer rouge ; il en mourut peu de temps après, en Toscane, où il avait été exilé.

Sa femme sainte Dafrose (fête le 4 janvier), et ses filles sainte Bibiane et sainte Démétrie (fête le 21 juin), restaient à Rome exposées aux coups du tyran. Il ne les oublia pas, et les enferma dans leur propre maison pour les y faire mourir de faim ; mais, ce supplice lui paraissant trop lent, il fit trancher la tête à la mère, confisqua tous les biens de la famille et continua son odieuse persécution contre les deux vierges chrétiennes.

Malgré une très longue privation de toute nourriture, elles parurent au tribunal plus fortes et plus belles que jamais :

« —Craignez, leur dit le juge, une mort honteuse et cruelle.

« —Les biens de ce monde, répondent-elles, ne peuvent plus avoir pour nous aucun attrait, nous n’aspirons qu’à posséder Jésus-Christ ; plutôt mille morts que la trahison à nos promesses ! »

À ces mots, sainte Démétrie tombe morte aux pieds de sa sœur, et son âme s’envole dans la céleste patrie. Quant à sainte Bibiane, elle n’était pas au terme de ses combats. Le juge inique la livra aux mains d’une femme de mauvaise vie qui essaya de la pervertir ; elle employa d’abord les caresses, les flatteries et les bons traitements et feignit de lui témoigner une amitié sincère ; puis bientôt elle eut recours aux menaces, aux injures et aux coups. Sainte Bibiane résista courageusement à toutes ses tentatives, elle demeura pure et digne du céleste Époux.

La méchante femme dut avouer au juge qu’elle avait perdu son temps et sa peine. Celui-ci, furieux de son peu de succès, ordonna de frapper de verges la vierge chrétienne jusqu’à ce qu’elle eût rendu l’esprit. Sainte Bibiane fut donc attachée à une colonne, et les bourreaux, avec des fouets armés de pointes de fer, s’acharnèrent sur son corps innocent jusqu’au moment où elle s’affaissa mourante à leurs pieds.

Elle expira au bout de quelques instants, le 2 décembre 363, saint Félix II étant pape et Julien l’Apostat empereur. Son corps fut jeté à la voirie pour y être dévoré par les chiens ; mais il est écrit que « Dieu veille sur les restes de ses Saints ». Deux jours après, un prêtre courageux put s’emparer de cette dépouille vénérable et l’ensevelir à côté de sainte Dafrose, sa mère, et de sainte Démétrie, sa sœur.


Vendredi 22 juin 2018
S. Paulin,

évêque et confesseur
3e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Ô Dieu, qui avez promis le centuple dans le siècle à venir et la vie éternelle à ceux qui abandonnent tout en ce siècle pour Vous ; accordez-nous, dans Votre bonté que, suivant fidèlement les traces du saint Pontife Paulin, nous ayons la force de mépriser les biens de la terre et de désirer les seuls biens du Ciel. Vous qui vivez et régnez avec Dieu le Père dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Saint Paulin, né l’an 353 d’une famille romaine très distinguée à Bordeaux, en Aquitaine, fit de brillantes études et devint sénateur à l’âge de vingt-cinq ans. Il fut ensuite consul et établit sa résidence à Nole, en Campanie.


Près du tombeau de saint Félix, le prêtre martyr dont l’Église célèbre la fête le 14 janvier, il est soudain touché de la grâce et reçoit bientôt le baptême. À l’exemple du Christ, « qui S’est fait pauvre de riche qu’Il était », et qui a conseillé la pratique de cette vertu de pauvreté, il abandonna les nombreuses richesses qu’il possédait et achète à ce prix le royaume des Cieux.


Il quitte son épouse, qui comme lui se donne à Dieu, et devient prêtre, puis évêque de Nole. Ses amis d’autrefois le blâment. Il « s’en tient à l’approbation de Jésus ». Mais bientôt surviennent les Goths qui ravagent la Campanie et tandis que, sans mérites pour eux, on arrache leurs biens aux riches de Rome, saint Paulin qui a quitté les siens volontairement et pour le Christ, en reçoit au contraire le centuple en l’autre monde et la vie éternelle. Il mourut à soixante-dix-huit ans, en 431, et fut enseveli près de saint Félix à Nole.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Soyez désintéressé dans les services que vous rendez à votre prochain.

Méditation du jour
L’Eucharistie, suprême marque du divin amour  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|