S. Lazare de Constantinople
23 février

On lit au Martyrologe romain de ce jour :


À Constantinople, saint Lazare moine. Occupé à peindre les saintes images, il fut pour ce motif et par ordre de l’empereur iconoclaste Théophile, tourmenté par de cruels supplices, et on lui brûla la main avec un fer brûlant ; mais guéri par la puissance divine, il peignit de nouveau les saintes images qu’on avait grattées, et enfin il reposa en paix.

2339

Saint Lazare vivait au IXe siècle, sous l’empire de Théophile, grand fauteur des hérétiques surnommés Iconoclastes (briseurs d’images). Ce prince cruel, pour venir à bout de son dessein, déclara particulièrement la guerre à tous les peintres Chrétiens, qu’il résolut de faire mourir, s’ils ne crachaient eux-mêmes sur les saintes images et ne les foulaient aux pieds.

Notre Saint, qui excellait en l’art de peindre, était donc l’un de ceux qui furent arrêtés pour ce sujet. Dès que l’empereur l’eut vu, il s’efforca de le gagner par de belles paroles, afin qu’il se rangeât de son parti ; mais, voyant qu’il perdait son temps et sa peine, il eut recours à ses violences ordinaires, et fit tourmenter ce religieux avec tant de cruauté, que, ne le croyant plus en état de pouvoir vivre, il le fit jeter dans un cloaque. Mais, peu de temps après, le confesseur de Jésus-Christ, ayant recouvré quelque peu de force et de santé, recommença à travailler à ses ouvrages ordinaires et à peindre des images ; Théophile lui fit appliquer des lames de fer ardentes sur les paumes des mains, ce qui lui consuma toute la chair et le fit tomber demi-mort. Alors la divine Providence, qui voulait réserver ce bon peintre pour servir encore Son Église, permit que Théophile, gagné par les prières de sa femme, l’impératrice sainte Théodora, et de ses favoris, fît sortir notre Saint de prison. Étant délivré de la sorte, il se tint quelque temps caché à Constantinople, dans une église de saint Jean-Baptiste, que l’on appelait la Terrible ; là, ce pieux peintre, quoique estropié des mains, ne laissa pas de faire une image du saint précurseur ; elle a duré longtemps, et Dieu s’en est servi pour faire beaucoup de miracles.


Quelques années après, cet empereur mourut misérablement de dysenterie à la suite d’une bataille qu’il avait perdue contre les Sarrasins (842) ; et Michel III, son fils, lui succéda à l’empire. Ce prince ayant rétabli, par le soin de sa mère, le culte des saintes images, le religieux saint Lazare se remit plus que jamais à travailler à de beaux ouvrages, parmi lesquels on remarque une excellente image de Notre-Seigneur Jésus-Christ, qu’il posa sur une colonne d’airain. Supplié par la sainte impératrice Théodora de pardonner à son mari défunt et de prier Dieu pour son âme, pour qu’Il lui fît miséricorde, il lui répondit qu’il n’était plus temps de fléchir la justice de Dieu. Néanmoins, plusieurs auteurs rapportent que cette pieuse princesse sollicita instamment le Patriarche Méthodius, et les autres Évêques assemblés pour célébrer l’anniversaire d’une fête appelée Orthodoxie, de prier Dieu pour l’empereur son mari, et que les Prélats le firent avec une telle ferveur, qu’ils obtinrent de la miséricorde divine la rémission de tous ses crimes. On peut voir là-dessus Bollandus en la vie de sainte Théodora, au 11 de ce mois.


Michel, persuadé du mérite de notre Saint, l’an troisième de son empire, l’honora d’une célèbre ambassade d’obédience, vers le Pape Benoit III, nouvellement élu, et le chargea de lui présenter de sa part un livre des Évangiles, couvert d’or massif et enrichi de pierres précieuses ; un calice de semblable matière et plusieurs autres ornements d’église en étoffes fort rares : ce qui montre combien Dieu sait honorer Ses serviteurs, et quelle récompense Il donne, même dès ce monde, à ceux qui ont enduré quelque peine pour Sa gloire et pour la justice.


On ne sait rien des autres actions de saint Lazare, sinon qu’il passa le reste de sa vie dans un grand repos. Les Grecs, dans leur Ménologe, disent qu’il mourut en chemin, dans un second voyage qu’il fit à Rome. On n’en peut déterminer l’année : il est probable que ce fut vers l’an 870. Il est parlé, dans le Ménologe, au 17 octobre, d’une translation des reliques d’un saint Lazare, de la ville de Chitti à Constantinople, sous l’empereur Léon VI. Il y en a qui croient que ce sont les reliques de saint Lazare, frère de sainte Madeleine et de sainte Marthe de Béthanie, et non pas celles de notre Saint.


Le Martyrologe romain parle avec honneur de saint Lazare de Constantinople, le 23 février, comme aussi Zonate et Cédrène ; et le cardinal Baronius en ses Remarques, et aux 9e et 10e tomes de ses Annales.


Mercredi 13 novembre 2019
S. Didace,

confesseur
3e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Dieu tout-puissant et éternel, qui, par une providence admirable, choisissez ce qu’il y a de plus faible dans le monde pour confondre ce qu’il y a de plus fort ; soyez propice à notre humilité, et accordez-nous, grâce aux pieuses prières de Votre bienheureux Confesseur Didace, d’être élevés dans les Cieux à la gloire éternelle. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Né en Espagne, vers 1400, saint Didace quitta tout ce qu’il possédait et entra à Arrizafa, chez les frères Mineurs comme frère lai. Il s’y adonna surtout à la contemplation et reçut de Dieu des lumières si vives qu’il parlait des choses du Ciel d’une manière toute divine.


Dans les îles Canaries, son ardent désir du martyre fut en partie satisfait par toutes sortes de tribulations. Revenu à Rome l’année du jubilé, sous le pontificat de Nicolas V, il y soigna les malades au couvent de l’Ara Cœli, et remplit cette charge avec tant de charité que, malgré la disette qui désolait la ville, ceux qui étaient confiés à ses soins ne manquèrent jamais du nécessaire.


La Passion de Jésus était le sujet ordinaire de ses méditations et de ses prières. Sentant sa fin approcher et n’ayant sur lui qu’une vieille robe toute déchirée, les yeux fixés sur la croix, il prononça les paroles de l’hymne sacrée :

« Bois et clous pleins de douceur, vous portez le plus doux des fardeaux ; quelle gloire est la vôtre puisque vous avez été jugés dignes de porter le Roi des Cieux ».


Et il rendit pieusement son âme à Dieu. C’était à Alcala de Henarez, en 1463.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Visitez les malades ; montrez-leur beaucoup de douceur, de bienveillance et de dévouement.

Méditation du jour
Notre vie et l’Éternité  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|