Le Calendrier liturgique
De F-08-1-92 :
« Chaque année, je me repose toujours la même question, concernant la date des Quatre-Temps d’automne. En effet, utilisant, le dimanche, l’année liturgique de Dom Guéranger, celui-ci situe les Quatre-Temps dans la semaine du 17e dimanche après la Pentecôte. Si je prends le calendrier des Sœurs de Crézan elles la placent dans la semaine du 18e (ou je crois aussi après l’Exaltation de la Sainte Croix). Et vous, vous la situez, cette semaine de la 19e après la Pentecôte) !!! Pourriez vous nous éclairer sur cette évolution ? Sachant que je m’arrête irrémédiablement à Pie XII ».
EN GUISE DE PRÉAMBULE :


— Les règles liturgiques ne sont pas toutes immuables et peuvent entrer dans le cadre de l’adage qui, comme bien d’autres, n’est pas un principe absolu mais a un domaine d’application limité, pas toujours facile d’ailleurs à préciser : c’est justement à l’Autorité de le faire.

Cet adage se formule ainsi : « Ce qu’un Pape a fait, un autre peut le défaire ».

On mesure immédiatement le danger si on érige en principe, en absolu, un tel aphorisme.

Car un Pape certes est infaillible et ses décisions sont irréformables lorsqu’elles tombent dans ce domaine ; mais il ne l’est pas en toutes circonstances. Lorsqu’un Pape a proclamé une Vérité, un autre ne peut pas le démentir ; ni détrôner le Saint qui a été canonisé. En revanche, il peut modifier la date de sa fête ou le degré de sa solennité.

La discipline sacramentelle peut être modifiée dans certains domaines : à travers l’histoire de l’Église, par exemple, les règles du jeûne eucharistique ont varié.


— Pie XII a restauré la Semaine Sainte ; ce qui n’empêche pas des habitants « traditionalistes » d’Outre-Monts de refuser d’utiliser ces modifications, quoiqu’ils admettent que Pie XII était Pape. (Si !)…


— Au début des années 70 (c’était du temps de Paul VI), un moine bénédictin avait quitté son couvent pour rester fidèle et traditionaliste, puis fondé un couvent, et ensuite un monastère, en Provence. Un jour, il expliquait en substance, à un visiteur laïc, et en m’invitant à me joindre à eux :

« Il y a des prêtres qui utilisent les réformes du Bréviaire (du calendrier et de la liturgie) de Jean XXIII ; d’autres s’en tiennent aux modifications de Pie XII ; d’autres encore gardent le Bréviaire de saint Pie X ( —et on peut ainsi remonter assez loin, en effet… et pour certains, plus on remonte dans le temps, plus on est vrai catholique !…— )

« Mais nous, nous choisissons ce qu’il y a de plus beau pour rester sur la ligne de crête de l’esthétique de la liturgie dans ces différentes périodes ». Et de joindre le geste à la démonstration en faisant onduler ses bras et ses mains à la manière d’un poisson qui nage sur des hauts fonds… Malgré ma situation bien modeste, j’ai cru devoir intervenir en rappelant que les Papes avaient l’Autorité nécessaire pour prendre des décisions et que les Règles des Congrégations romaines compétentes s’imposaient. La matière en est abondante surtout depuis nos derniers siècles.

Obéir à saint Pie X n’a pas de sens lorsque Pie XII est intervenu. Quant aux occupants plus récents du Siège apostolique, il faut d’abord répondre à la question de leur Autorité ou de son usage, à partir de critères doctrinaux vraiment catholiques.

Car il ne saurait s’agir d’esthétisme, de préférence individuelle ou collective, de caprice d’un chacun selon ses goûts et préférences.


— Sur ce site, nous donnerons des éléments importants qui sont au fondement de notre position théologique dans cette crise de l’Autorité. C’est en particulier la Thèse de Cassiciacum qui met en œuvre les moyens donnés par l’Église qui permettent d’établir qu’à partir de Paul VI, l’Autorité ne s’exerce plus. Et donc, qu’on aime ou qu’on n’aime pas Jean XXIII, il n’est pas établi qu’il n’avait pas l’Autorité. On n’obéit pas à un chef parce qu’il est saint mais parce qu’il est chef (qu’il a autorité).


RÈGLE POUR LES QUATRE-TEMPS :


C’est cette raison que nous avons indiquée pour donner le calendrier liturgique que le réalisme et l’obéissance à l’Église nous imposent : les réformes de Jean XXIII sont applicables.

(Cliquer avec la flèche de la souris qui se transforme en point d’interrogation sur la date du jour dans la colonne de droite, tout en haut.) Ou :

VOIR la notice sur « Le calendrier liturgique » #53


Pour ce qui concerne les Quatre-Temps, ce sont donc les décisions romaines de 1960 qui font loi.

Tandis que sous Pie XII, les Quatre-Temps d’automne venaient dans la semaine suivant le XVIIe dimanche après la Pentecôte (et après le 14 septembre, fête de l’Exaltation de la Sainte Croix), la nouvelle règle indique que les Quatre-Temps de septembre sont placés dans la semaine qui suit le 3e dimanche du mois de septembre.

Vous noterez que l’Année liturgique de Dom Guéranger parut tout au long de la deuxième moitié du XIXe siècle, avant le pontificat de saint Pie X.

De plus, la règle de ce temps, jusqu’en 1960, faisait que l’amplitude de la période possible pour situer le XVIIe dimanche après la Pentecôte, était de plus d’un mois, débordant largement le seul mois de septembre et donnant à l’équinoxe d’automne une bien grande imprécision, puisque les Quatre-Temps correspondent aux changements de saison.

L’équinoxe de l’automne est habituellement le 21 septembre (début de l’automne), ce qui fait que le 3e dimanche de septembre en est au plus près ; mais qu’il peut s’appeler, selon la date de Pâques, XVe ou XVIe ou… jusqu’à XXIIe dimanche après la Pentecôte.


— Quant à « s’arrêter irrémédiablement à Pie XII », il faut en donner le critère et ne pas oublier que les orthodoxes (en fait cacodoxes) ont, de même, décidé de « s’arrêter irrémédiablement à 1054 » date du schisme ; que les Vieux catholiques à leur tour agirent semblablement, etc.

Et qu’en sera-t-il le jour où Dieu rétablira l’Autorité sans nous le sussurer nécessairement à l’oreille ?


Mercredi 23 août 2017
S. Philippe Béniti,

confesseur
3e classe

Temps après la Pentecôte


S. Sidoine,

l’aveugle-né de l’Évangile,

compagnon de saint Maximin,

2e Évêque d’Aix-en-Provence


voir Le Martyrologe #90-4




Oraison - collecte
Ô Dieu, qui nous avez donné un excellent modèle d’humilité en la personne de Votre Confesseur, le bienheureux Philippe ; accordez à Vos serviteurs de mépriser, à son exemple, les biens de ce monde et de chercher toujours les biens du Ciel. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Nous honorons aujourd’hui un Saint auquel la Sainte Vierge apparut pour lui faire connaître qu’il devait entrer dans l’Ordre des Servites, consacré à honorer les douleurs qui lui ont valu cette gloire dont nous venons de nous réjouir le 15 août.


Né à Florence de l’illustre famille des Béniti, saint Philippe donna dès son berceau des signes de sa future sainteté. Il y avait quinze ans que l’Ordre des Serviteurs de la Vierge Marie, appelés Servites, avait été institué. Le petit couvent était non loin de la ville. C’est là qu’entendant la Messe le jeudi de la Semaine de Pâques, saint Philippe fut frappé des paroles de l’Épître adressées par l’Esprit-Saint au diacre Philippe. Comme il portait le même nom, il s’appliqua ce texte de l’Écriture et se sentant invité par l’Esprit-Saint à entrer dans cet Ordre, il quitta tout pour s’acheter le trésor impérissable du Ciel.


Entré comme Frère convers, il fut plus tard ordonné prêtre, puis devint le général des Servites. Les Cardinaux assemblés à Viterbe, voulurent l’élire Pape et, par humilité il s’y refusa et se cacha dans les montagnes.

Il y fleurit comme le palmier, et y crût comme le cèdre du Liban. Dieu alors l’appela à évangéliser l’Italie, la France et l’Allemagne.


À son retour il fut confirmé dans sa charge pour toute sa vie. Il s’appliqua à calmer l’animosité qui existait entre les Guelfes partisans du Pape, et les Gibelins partisans de l’Empereur. Il courut alors de sérieux dangers auxquels l’Épître de la Messe fait allusion.

Une fièvre ardente le saisit le jour de l’Assomption, et il mourut à Todi en 1285 le jour de l’Octave en contemplant l’image du Sauveur étendu sur la Croix.


Demandons à Dieu l’humilité de saint Philippe, afin que, méprisant à son exemple les biens de la terre, nous recherchions toujours ceux du Ciel.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
« Aimez à être inconnu et compté pour rien » (Imitation de Jésus-Christ)

Méditation du jour
Le désir de Jésus-Christ dans la divine Eucharistie  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|