Le Calendrier liturgique
De F-08-1-92 :
« Chaque année, je me repose toujours la même question, concernant la date des Quatre-Temps d’automne. En effet, utilisant, le dimanche, l’année liturgique de Dom Guéranger, celui-ci situe les Quatre-Temps dans la semaine du 17e dimanche après la Pentecôte. Si je prends le calendrier des Sœurs de Crézan elles la placent dans la semaine du 18e (ou je crois aussi après l’Exaltation de la Sainte Croix). Et vous, vous la situez, cette semaine de la 19e après la Pentecôte) !!! Pourriez vous nous éclairer sur cette évolution ? Sachant que je m’arrête irrémédiablement à Pie XII ».
EN GUISE DE PRÉAMBULE :


— Les règles liturgiques ne sont pas toutes immuables et peuvent entrer dans le cadre de l’adage qui, comme bien d’autres, n’est pas un principe absolu mais a un domaine d’application limité, pas toujours facile d’ailleurs à préciser : c’est justement à l’Autorité de le faire.

Cet adage se formule ainsi : « Ce qu’un Pape a fait, un autre peut le défaire ».

On mesure immédiatement le danger si on érige en principe, en absolu, un tel aphorisme.

Car un Pape certes est infaillible et ses décisions sont irréformables lorsqu’elles tombent dans ce domaine ; mais il ne l’est pas en toutes circonstances. Lorsqu’un Pape a proclamé une Vérité, un autre ne peut pas le démentir ; ni détrôner le Saint qui a été canonisé. En revanche, il peut modifier la date de sa fête ou le degré de sa solennité.

La discipline sacramentelle peut être modifiée dans certains domaines : à travers l’histoire de l’Église, par exemple, les règles du jeûne eucharistique ont varié.


— Pie XII a restauré la Semaine Sainte ; ce qui n’empêche pas des habitants « traditionalistes » d’Outre-Monts de refuser d’utiliser ces modifications, quoiqu’ils admettent que Pie XII était Pape. (Si !)…


— Au début des années 70 (c’était du temps de Paul VI), un moine bénédictin avait quitté son couvent pour rester fidèle et traditionaliste, puis fondé un couvent, et ensuite un monastère, en Provence. Un jour, il expliquait en substance, à un visiteur laïc, et en m’invitant à me joindre à eux :

« Il y a des prêtres qui utilisent les réformes du Bréviaire (du calendrier et de la liturgie) de Jean XXIII ; d’autres s’en tiennent aux modifications de Pie XII ; d’autres encore gardent le Bréviaire de saint Pie X ( —et on peut ainsi remonter assez loin, en effet… et pour certains, plus on remonte dans le temps, plus on est vrai catholique !…— )

« Mais nous, nous choisissons ce qu’il y a de plus beau pour rester sur la ligne de crête de l’esthétique de la liturgie dans ces différentes périodes ». Et de joindre le geste à la démonstration en faisant onduler ses bras et ses mains à la manière d’un poisson qui nage sur des hauts fonds… Malgré ma situation bien modeste, j’ai cru devoir intervenir en rappelant que les Papes avaient l’Autorité nécessaire pour prendre des décisions et que les Règles des Congrégations romaines compétentes s’imposaient. La matière en est abondante surtout depuis nos derniers siècles.

Obéir à saint Pie X n’a pas de sens lorsque Pie XII est intervenu. Quant aux occupants plus récents du Siège apostolique, il faut d’abord répondre à la question de leur Autorité ou de son usage, à partir de critères doctrinaux vraiment catholiques.

Car il ne saurait s’agir d’esthétisme, de préférence individuelle ou collective, de caprice d’un chacun selon ses goûts et préférences.


— Sur ce site, nous donnerons des éléments importants qui sont au fondement de notre position théologique dans cette crise de l’Autorité. C’est en particulier la Thèse de Cassiciacum qui met en œuvre les moyens donnés par l’Église qui permettent d’établir qu’à partir de Paul VI, l’Autorité ne s’exerce plus. Et donc, qu’on aime ou qu’on n’aime pas Jean XXIII, il n’est pas établi qu’il n’avait pas l’Autorité. On n’obéit pas à un chef parce qu’il est saint mais parce qu’il est chef (qu’il a autorité).


RÈGLE POUR LES QUATRE-TEMPS :


C’est cette raison que nous avons indiquée pour donner le calendrier liturgique que le réalisme et l’obéissance à l’Église nous imposent : les réformes de Jean XXIII sont applicables.

(Cliquer avec la flèche de la souris qui se transforme en point d’interrogation sur la date du jour dans la colonne de droite, tout en haut.) Ou :

VOIR la notice sur « Le calendrier liturgique » #53


Pour ce qui concerne les Quatre-Temps, ce sont donc les décisions romaines de 1960 qui font loi.

Tandis que sous Pie XII, les Quatre-Temps d’automne venaient dans la semaine suivant le XVIIe dimanche après la Pentecôte (et après le 14 septembre, fête de l’Exaltation de la Sainte Croix), la nouvelle règle indique que les Quatre-Temps de septembre sont placés dans la semaine qui suit le 3e dimanche du mois de septembre.

Vous noterez que l’Année liturgique de Dom Guéranger parut tout au long de la deuxième moitié du XIXe siècle, avant le pontificat de saint Pie X.

De plus, la règle de ce temps, jusqu’en 1960, faisait que l’amplitude de la période possible pour situer le XVIIe dimanche après la Pentecôte, était de plus d’un mois, débordant largement le seul mois de septembre et donnant à l’équinoxe d’automne une bien grande imprécision, puisque les Quatre-Temps correspondent aux changements de saison.

L’équinoxe de l’automne est habituellement le 21 septembre (début de l’automne), ce qui fait que le 3e dimanche de septembre en est au plus près ; mais qu’il peut s’appeler, selon la date de Pâques, XVe ou XVIe ou… jusqu’à XXIIe dimanche après la Pentecôte.


— Quant à « s’arrêter irrémédiablement à Pie XII », il faut en donner le critère et ne pas oublier que les orthodoxes (en fait cacodoxes) ont, de même, décidé de « s’arrêter irrémédiablement à 1054 » date du schisme ; que les Vieux catholiques à leur tour agirent semblablement, etc.

Et qu’en sera-t-il le jour où Dieu rétablira l’Autorité sans nous le sussurer nécessairement à l’oreille ?


Mercredi 21 août 2019
Ste Jeanne-Françoise

Frémiot de Chantal,

veuve
3e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Dieu tout-puissant et miséricordieux, qui, après avoir embrasé de Votre amour la bienheureuse Jeanne-Françoise, lui avez donné la force d’âme admirable qui la fit avancer en perfection dans toutes les situations de la vie, et qui avez voulu orner par elle Votre Église d’une nouvelle famille religieuse ; faites, en considération de ses mérites et de ses prières, que, conscients de notre faiblesse, mais confiants en Votre secours, nous puissions, à l’aide de la grâce céleste, surmonter tout ce qui nous est contraire. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Comme Marie, dont nous venons de célébrer l’Assomption, sainte Jeanne-Françoise de Chantal fut épouse, mère et veuve. Comme saint Bernard, elle naquit à Dijon et reçut au baptême le nom de Jeanne, parce que ce jour-là, 23 janvier 1572, le calendrier portait le nom de saint Jean l’Aumônier. Celui de Françoise qu’elle ajouta, lors de sa Confirmation, nous rappelle le doux Saint de Genève.


Comme autrefois saint Benoît et sainte Scholastique, comme saint François d’Assise et sainte Claire, saint François de Sales et sainte Jeanne-Françoise, correspondant aux desseins de la divine Providence, unirent leurs pieux efforts et illustrèrent l’Église par la « fondation d’une nouvelle famille ».


À la mort du baron de Chantal (1601), la jeune veuve se consacre au Seigneur par le vœu de chasteté perpétuelle, et elle écrit avec un fer rouge sur sa poitrine le nom de Jésus. Femme forte, elle quitta tout pour acheter à ce prix la perle précieuse de la vie religieuse. De ses six enfants il lui en restait encore quatre et son vieux père. « Arrêtons le cours de nos larmes, lui dit ce vénérable vieillard, pour faire plus d’honneur à la sainte volonté de Dieu ».


Son fils, Celse-Bénigne, s’oppose au départ de sa mère et se couche en travers de la porte : « Si je ne puis vous retenir, du moins vous passerez sur le corps de votre fils ». Madame de Chantal lutte contre les révoltes de son cœur, et, après avoir laissé couler librement ses larmes, elle s’arme de force et passe sur le corps de son fils. Elle devint la mère de nombreuses vierges de l’Ordre de la Visitation, aujourd’hui répandues dans le monde entier et auxquelles, toute pleine de l’esprit de charité divine elle répétait sans cesse comme saint Jean, son patron : « Aimons Dieu de tout notre cœur, et notre prochain comme nous-mêmes pour l’amour de Dieu ».


Elle mourut en 1641 à Moulins. À l’exemple et par l’intercession de sainte Jeanne-Françoise prions Dieu, afin que, connaissant notre faiblesse et confiants en Sa force, nous surmontions par Sa grâce tous les obstacles.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Retenez la belle devise de sainte Jeanne-Françoise : « Mourir à soi pour vivre à Dieu ».

Méditation du jour
Acte de conformité à la volonté de Dieu  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|