Les « sacres sauvages »
De C-08-1-17 :
« L’épiscopat sauvage, est-il appliqué au Père Guérard des Lauriers et à son sacre nébuleux par Mgr Ngo-Dinh-Thuc ?
Votre question directe et un peu abrupte a le mérite d’être claire.

La réponse peut facilement l’être tout autant puisque nous sommes dans un cas simple et possible : c’est un cas particulier heureux sous ce rapport. En effet, la plupart des questions qu’on pose à l’occasion de la crise de l’Église n’ont pas toujours des réponses faciles et ne peuvent recevoir un simple « oui » ou « non ».


Le « sacre épiscopal » du R.P. Guérard des Lauriers n’est pas plus, pas moins acceptable que les autres « sacres sauvages » ou « sans-mandat-apostolique ».

De plus, pour nous (Les Cahiers de Cassiciacum), ce sacre était en totale opposition avec la démarche entreprise et le R.P. Guérard en était parfaitement conscient et d’accord, d’où pour lui la nécessité de garder secret cet acte indépendant.

Nous développerons cette question ultérieurement. La formule donnée dès l’abord, dans le titre même de la présentation sur ce site des Cahiers de Cassiciacum — pourtant claire puisque nous qualifions ce « sacre » pour ce qu’il est : de « sauvage » et entraînant la suspension de la revue — manque de clarté solaire pour certains :

« La revue (…) suspendue après l’annonce en juin 1983 du « sacre sauvage » du R.P. Guérard des Lauriers, o.p. »


La formule peut donc être précisée :


« "Sacre” secret —et qui devait le rester— opéré pour des raisons étrangères à la « Thèse de Cassiciacum » et totalement opposé à la démarche élaborée par le Dominicain lui-même qui le savait. »


Formule que nous complétons d’ailleurs immédiatement.


Une précision encore :

Si l’acte malheureux et inacceptable est hélas bien réel, et nous en connaissons quelques ressorts, cela ne saurait enlever la qualité des travaux antérieurs de ce grand théologien qui était aussi… un homme pécheur comme vous et nous.


Jeudi 30 mai 2024
FÊTE-DIEU
le jeudi après la Sainte Trinité

1re classe
Temps après la Pentecôte

Pour la FÊTE-DIEU :

Cliquez sur le nom de la fête

sous la date du jour


En France :

Ste Jeanne d’Arc,

vierge (empêchée cette année)


Au diocèse de Nice :

DÉDICACE DE LA CATHÉDRALE

SAINTE-RÉPARATE (1re classe)

Fête reportée au 1er juin


S. Félix Ier,

pape et martyr


Saint Cyrille


voir Le Martyrologe #90-4


(Prière de ce jour) :
Voir « Mois de Marie » #1399-134




Oraison - collecte
Ô Dieu, qui nous avez laissé sous un Sacrement admirable le mémorial de Votre Passion, daignez nous accorder la grâce de révérer les sacrés mystères de Votre Corps et de Votre Sang, de manière à ressentir toujours en nous le fruit de Votre rédemption. Vous qui vivez et régnez avec Dieu le Père dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Chacun sait le rôle providentiel joué par sainte Jeanne d’Arc. On a exalté l’âme ardente de cette fille de France qui, dans le désarroi de la guerre de Cent ans, s’est levée pour ranimer les courages, raviver l’espérance et sauver tout ensemble la Foi et l’avenir de son pays.

La liturgie de sa fête chante la force de Dieu qui agissait en elle et soutenait sa vaillance ; c’est la grâce de Dieu qui, d’une humble bergère, fit une sainte en même temps qu’une héroïne.

Sainte Jeanne d’Arc fut brûlée vive à Rouen, le 30 mai 1431.

Elle fut canonisée par Benoît XV en 1920 et proclamée patronne seconde de la France par Pie XI le 2 mars 1922.

 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Demandons « au Saint-Esprit qui fait les âmes pieuses et courageuses », de nous donner « de puiser comme sainte Jeanne dans la Sainte Communion la vaillance dont elle nous a donné de si beaux exemples, puisqu’elle affronta, pour repousser les ennemis, même les périls de la guerre ».


Méditation du jour
La mission divine de sainte Jeanne d’Arc  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|