NOËL, LA NATIVITÉ DU SEIGNEUR
25 décembre
Ancienne carte postale avec deux Anges mobiles en relief (collection particulière)
Crèche manifestant la naïveté et la fraîcheur de la Foi simple des familles et le bon goût, naguère.Illustration du propos plus que centenaire ci-dessous.
Crèche manifestant la naïveté et la fraîcheur de la Foi simple des familles et le bon goût, naguère.
Illustration du propos plus que centenaire ci-dessous.

1130

  • On lit au Martyrologe Romain :

    « Depuis la création du monde, quand Dieu au commencement tira du néant le ciel et la terre, l’an cinq mille cent quatre vingt dix neuf ;

    depuis le déluge, l’an deux mille neuf cent cinquante-sept ;

    depuis la naissance d’Abraham, l’an deux mille quinze ;

    depuis Moïse et la sortie du peuple d’Israël de la terre d’Égypte, l’an quinze cent dix ;

    depuis le sacre du roi David, l’an mille trente deux ;

    dans la soixante cinquième des semaines d’années prédites par le prophète Daniel ;

    dans la cent quatre vingt quatorzième olympiade ;

    dans la sept cent cinquante deuxième année de la fondation de Rome

    et la quarante deuxième année de l’empire d’Octavien Auguste ;


    tout l’univers reposant dans la paix ;


    au sixième âge du monde,

    Jésus-Christ,

    Dieu éternel,

    et Fils du Père éternel,

    voulant sanctifier le monde par Son miséricordieux avènement,

    ayant été conçu du Saint Esprit,

    et neuf mois s’étant écoulés depuis Sa conception,

    naît à Bethléem de Juda,

    fait homme de la Vierge Marie :


    La Nativité de Notre Seigneur Jésus Christ selon la chair. »

1556

Noël ! Noël ! tel était le cri de joie de nos pères à cette époque où la Foi régnait vive et ardente au cœur des familles, des institutions et de la société entière. Ce cri s’est bien affaibli de nos jours, où la naïveté de la Foi tend à disparaître de plus en plus. Cependant la fête de Noël est encore, de toutes les fêtes chrétiennes, peut-être la plus aimée et la plus populaire.

Dieu Se sert des événements en apparence les plus indifférents pour parvenir à Ses fins. Marie, la sainte Vierge, habitait Nazareth, et les Prophètes annonçaient que le Messie devait naître à Bethléem. Mais voici qu’un édit de César-Auguste ordonne à tous les habitants de la Judée d’aller, à une époque déterminée, se faire enregistrer dans leur ville natale. Bethléem était le lieu de la naissance de saint Joseph ; c’est donc là que se dirigèrent les saints époux ; c’est là, conformément à l’annonce des Prophètes que Jésus va faire Son apparition dans ce monde. Quelle naissance pour un Dieu !

Saint Joseph cherche une hôtellerie, mais il n’y en a point pour des gens si pauvres ; on les rebute, on les dédaigne, et ils sont contraints de chercher asile dans une étable isolée. C’est là, au milieu de la nuit, que Marie donne miraculeusement naissance à Jésus ; c’est là que le doux Sauveur reçoit les premières adorations, là qu’on Lui prodigue les premiers baisers et les premières caresses, là qu’Il verse Ses premières larmes ! Marie prend l’Enfant dans ses bras, Le couvre de pauvres langes et Le couche doucement dans une froide crèche.

Ô premiers instants que Marie et Joseph passèrent aux pieds de Jésus, comme vous fûtes pour eux précieux et pleins de charmes ! Puissions-nous goûter un peu de cette joie et de ces charmes en allant visiter dans notre église la représentation d’un si grand mystère ! Les joies de la terre sont fugitives et même trompeuses ; mais les joies du service de Dieu sont vraies et durables ; la joie de Marie et de Joseph près de Jésus ne fait que s’accroître à mesure qu’ils voient l’humble berceau entouré de merveilles.

Jésus est né, et voici que les cieux retentissent de chants d’allégresse ; les Anges entonnent à l’envi le cantique du triomphe : « Gloire à Dieu au plus haut des Cieux ! » le cantique de la paix : « Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté ! » Jésus est né, et aussitôt de pauvres bergers, avertis par les Anges, vont adorer dans ce petit enfant le Rédempteur d’Israël. Jésus est né, et bientôt les princes de l’Orient, conduits par une Étoile, apporteront leurs hommages à Ses pieds. Saluons Noël avec allégresse quand il revient clore nos années si souvent assombries par les tristesses de la vie ! Saluons Noël, aurore de la paix et du salut.


Dimanche 24 juin 2018
NATIVITÉ DE S. JEAN-BAPTISTE

précurseur du Messie
1re classe

Temps après la Pentecôte

Mémoire de 5e dimanche après la Pentecôte


La solennité des Saints Apôtres Pierre et Paul

est empêchée ce dimanche.

Elle est transférée cette année

au dimanche suivant.



Oraison - collecte
Ô Dieu, qui nous avez rendu ce jour vénérable par la Nativité du bienheureux Jean, accordez à Votre peuple la grâce des joies spirituelles, et dirigez les âmes de tous les fidèles dans la voie du salut éternel. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


Mémoire du 5e dimanche après la Pentecôte :


Ô Dieu, qui avez préparé des biens invisibles à ceux qui Vous aiment, répandez dans nos cœurs la tendresse de Votre amour, afin que, Vous aimant en toutes choses, nous obtenions un jour ces biens que Vous nous avez promis et qui surpassent tous nos désirs. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
« Prophète du Très-Haut », saint Jean est figuré par Isaïe et Jérémie ; mieux qu’eux encore, il fut consacré dès le sein de sa mère pour annoncer Jésus et préparer les âmes à Sa venue.

L’Évangile nous retrace les prodiges qui marquèrent sa naissance. Zacharie impose à son enfant le nom que saint Gabriel lui a apporté du Ciel et qui signifie : Le Seigneur a fait grâce. Il recouvre aussitôt la voix et, rempli de l’Esprit-Saint, il prédit les grandeurs de son fils : « Il ira devant la face du Seigneur pour donner au peuple la connaissance du salut ».


L’Ange Gabriel avait annoncé à Zacharie que « beaucoup se réjouiraient de la naissance de saint Jean-Baptiste ». Ce ne furent pas seulement, en effet, « les voisins et les parents d’Élisabeth », qui fêtèrent cet événement, mais chaque année, au jour de l’anniversaire, l’Église toute entière convie ses enfants à partager cette sainte joie. Elle sait que la nativité « de ce Prophète du Très-Haut » en cette Noël d’été est intimement liée à l’avènement du Messie.


À partir de la fête de la Nativité de saint Jean, les jours décroissent, car le soleil ayant atteint le point culminant de sa course annuelle, se remet à descendre. Au contraire, la fête de la Nativité du Sauveur, dont celle-ci est le prélude, marque l’époque où le soleil recommence à monter sur son orbite.

Le Précurseur doit s’effacer devant Jésus qui est la vraie lumière des âmes. « Il faut qu’il croisse, dit saint Jean, et que je diminue ». Les solstices étaient l’occasion de fêtes païennes où l’on allumait des feux pour honorer l’astre qui nous donne la lumière. L’Église christianisa ces rites en y voyant un symbole de saint Jean qui était « une lampe ardente et brillante ». Aussi « encouragea-t-elle ce genre de manifestation qui correspondait si bien au caractère de la fête. Les feux de la Saint-Jean complétaient heureusement la solennité liturgique ; ils montraient unies dans une même pensée l’Église et la cité terrestre » (Dom Guéranger).


Le nom du Précurseur est inscrit au Canon de la Messe en tête de la 2e liste. On célébrait autrefois, au jour de sa fête, trois messes en son honneur, et nombreuses étaient les églises qui lui étaient dédiées. Les parents aimaient de même à donner son nom à leurs enfants. Paul diacre, moine du Mont-Cassin et ami de Charlemagne, avait composé en l’honneur de saint Jean-Baptiste l’hymne : « Ut queant laxis ».


Au XIIIe siècle, le moine bénédictin Guy d’Arezzo remarqua que les notes chantées sur les syllabes initiales formaient la série des six premiers degrés de la gamme. Il désigna chaque degré par la syllabe correspondante : (Ut, ré, mi, fa, sol, la, si) et facilita beaucoup par là l’étude des intervalles musicaux.

Ut queant laxis (do)

resonare fibris. (ré)

Mira gestorum (mi)

famuli tuorum. (fa)

Solve polluti (sol)

labii reatum. (la)

Sancte Johannes. (si)

« Afin que vos serviteurs puissent chanter à pleine voix les merveilles de vos œuvres, purifiez leurs lèvres souillées, ô saint Jean ».

Zacharie, faisant savoir qu’il voulait appeler son fils Jean, avait aussitôt retrouvé l’usage de la parole ; et voici qu’une hymne composée en l’honneur du Prophète dont la voix retentit au désert, devient l’instrument d’un nouveau progrès dans l’art musical.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Remerciez Dieu souvent des grâces de choix dont Il vous a prévenu dès votre apparition dans ce monde.

Méditation du jour
Le Précurseur reconnaissant le Sauveur du monde  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|