N° 1329
DU TUTOIEMENT ET DU VOUSSOIEMENT (suite)


(suite de) : voir Bulletin Dominical N° 1326-1327

Le début de la question : voir Bulletin Dominical N° 1319 #1070

1063

Après la définition du tutoiement voir le Bulletin Dominical N° 1326/1327 #842 et de son emploi dans un sens péjoratif, trivial et même vulgaire dans les siècles précédents, on aura retenu qu’à l’opposé, « le vous, est la forme polie dans notre langue ». C’est l’avancement, sinon l’aboutissement, de la civilisation. Ce qui était bien le consensus universel concernant la « culture et la civilisation française », inséparable il faut le dire, de la civilisation chrétienne représentée (humainement parlant avec toutes les faiblesses qu’on voudra), par la France, la « Fille aînée de l’Église » et son rayonnement qu’il a fallu caricaturer avec la révolution et la démocratie pour en arriver où nous en sommes.

Pour le bien comprendre, on ne saurait oublier que le latin est la source principale de notre langue, lequel latin ne connaît pas le pluriel de politesse. Aussi a-t-on utilisé pendant un certain temps, spécialement dans le haut Moyen-Âge, le tutoiement dans un latin qui se francisait. Mais il y avait évidemment le respect correspondant aux personnes et certes pas d’égalitarisme.

Ce pourquoi on trouve cette indication qu’il faut comprendre comme il faut car elle suggère le contraire dans l’esprit démocratique actuel : « Ces lettres françaises (Lettres des papes dans le XIVe siècle) ont l’avantage de constater le tutoiement employé par les papes avec tout le monde sans exception (Leclerc, Histoire littéraire de la France, T. XXIV, p. 425) ».

Du voussoiement au tutoiement

1064

Par la suite, ce ne fut plus le cas. La poésie prenait certes quelque licence pas toujours appréciée : « Le grand Prieur de Froulay m’a dit que Louis XIV n’aimait pas du tout que les faiseurs d’épîtres et de prologues, ni les auteurs de dédicaces le tutoyassent en vers pas plus qu’ils n’auraient fait en prose : “Le roi François Ier ne le souffrit jamais”, disait-il un soir chez Mme de Montespan. (Souvenirs de Mme de Créquy) ».

Et aussi : « On lui dira comment leur prudente équité punit le tutoiement (Hauteroche) ».

1065

Le théâtre, qui n’a jamais passé pour le modèle de la vie en société bien au contraire, se laissait aller : « On tutoyait alors au théâtre… (Voltaire) ». Et encore : « Une singularité remarquable dans l’usage du tutoiement, c’est qu’il est moins permis dans le comique que dans le tragique (Marmontel) ». Voltaire encore, veut justifier le tutoiement littéraire : « Le tutoiement, qui rend le discours plus serré, plus vif, a souvent de la noblesse et de la force dans la tragédie ».

« Dans le style élevé, on tutoyait Dieu ou les grands (petit Robert 1970) » ; ainsi à la cour d’Espagne où les Grands d’Espagne étaient tutoyés par le roi ; le parler policé se développe, sauf chez les protestants et plus tard avec les philosophes des lumières et les révolutionnaires : « dans les prières, les protestants utilisent encore aujourd’hui le tutoiement (petit Robert 1970) ». Ce même dictionnaire précise dans une remarque N°1 que : « On tutoie plus volontiers dans les milieux populaires que dans les milieux bourgeois » ; fini donc le processus de civilisation déjà mis à mal par l’embourgeoisement du XIXe siècle, mais fini aussi maintenant l’embourgeoisement et vive le populo

On remarquera au passage cette conformité, dans l’après-concile et la liturgie réformée, avec le tutoiement réinventé pour la circonstance puisqu’il s’agit d’introduire et de substituer le Prayer book de l’anglican Cranmer à la Messe.

Mais lorsque ces démocrates populaires s’embourgeoisent et parviennent au pouvoir, ils découvrent certains bienfaits (pour leur seules petites personnes) du voussoiement et l’exigent à leur endroit. À l’exemple de Félix Faure, comme l’indique cette bande dessinée, pour enfants de « tradis » à partir de « 11 ans », qui se moque de la politesse et du respect de l’autorité sous prétexte qu’elle est républicaine… oubliant peut-être que tout pouvoir vient d’en-Haut et que les peuples ont les chefs qu’ils méritent.

1066

Manifester le ridicule des parvenus (révolutionnaires ou bourgeois) qui découvrent la nécessité de quelques règles de savoir-vivre élémentaires, n’autorise pas à ridiculiser la politesse, même mondaine, auprès d’enfants des familles catholiques traditionnelles…

On ne moque pas une contradiction par une insolence et une grossièreté !

(à suivre)

RÉCITER LE CHAPELET

1067

« Ainsi appuyée sur la prière même que le Sauveur nous a enseignée (le Pater), et couronnée par un chant céleste (le Gloria), chacune de ces dizaines est de plus destinée à honorer les quinze principaux mystères évangéliques où Marie a le plus de part : d’où vient qu’ils sont justement appelés les Mystères de cette sainte Vierge, encore que par le fond ils soient ceux de Jésus. Enfin ces quinze mystères sont divisés en trois séries, et chaque série contient cinq mystères, dont les premiers sont appelés joyeux, les seconds douloureux, et les troisièmes glorieux. » (Mgr Gay, auxiliaire du Cardinal Pie Évêque de Poitiers)

Pour nous aider à méditer

L’amitié ne peut être qu’entre personnes raisonnables. (…) Les bêtes ont de l’amour entre elles, mais elles ne peuvent avoir de l’amitié, puisqu’elles sont irraisonnables. (S. François de Sales, Les vrais entretiens spirituels. Sur le sujet de la cordialité , IV).

Notes tirées du sermon

L’Auxiliaire du Cardinal Pie, Évêque de Poitiers, a écrit vers la fin du XIXe siècle des Entretiens sur les Mystères du Saint Rosaire. C’était la grande époque du redéveloppement de la pratique du Rosaire avec en particulier les douze Encycliques de Léon XIII sur le sujet sans parler de ses Lettres apostoliques et autres Lettres. Le Pape adressait à Mgr Gay un Bref dans lequel il déclarait :

« Les Entretiens que vous avez composés sur les mystères du Rosaire de Marie et que vous avez mis au jour pour l’utilité de tous sont un témoignage manifeste, non seulement des ressources de votre esprit, mais de votre charité épiscopale. Dans des temps comme les nôtres, où le nom catholique compte tant d’ennemis, s’il y a une chose désirable et qu’on doive s’efforcer de procurer, c’est que les hommes soient rappelés à la contemplation des bienfaits apportés à la terre par Jésus-Christ, notre Sauveur, et que leur piété soit excitée envers la Vierge Mère de Dieu. Vous avez compris que ce double bien peut être efficacement obtenu par l’emploi habituel de cette forme de prière. Aussi avez-vous pris à tâche d’en faire une exposition étudiée, exacte et lumineuse, traitant abondamment votre sujet, de telle sorte que votre travail profite à la piété en même temps qu’à la science. C’est pourquoi, heureux de vous envoyer Nos félicitations pour votre ouvrage, Nous faisons surtout des vœux pour que vos lecteurs en tirent le fruit dont l’espoir vous a principalement décidé à l’écrire. »

C’est ainsi que cet auteur peut développer ce que l’Église nous fait demander particulièrement dans l’Oraison-Collecte de la Messe pour méditer et obtenir les bienfaits promis : « Ô Dieu, dont le Fils unique nous a ménagé le bienfait du salut éternel par Sa vie, Sa mort et Sa résurrection ; faites, nous Vous en prions, qu’honorant ces mystères au moyen du très saint Rosaire de la bienheureuse Vierge Marie, nous imitions ce qu’ils contiennent, et obtenions ce qu’ils promettent ».

Recommandation spirituelle de la semaine

Dans les temps comme les nôtres, où le nom catholique compte encore plus d’ennemis, méditons la Vie, puis la Mort et enfin la Résurrection de notre Sauveur, avec le résumé-comprimé de l’Évangile qu’est le chapelet. Plaçons-nous près de Notre-Dame pour imiter et obtenir ce qu’elles contiennent et promettent.


Lundi 21 août 2017
Ste Jeanne-Françoise

Frémiot de Chantal,

veuve
3e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Dieu tout-puissant et miséricordieux, qui, après avoir embrasé de Votre amour la bienheureuse Jeanne-Françoise, lui avez donné la force d’âme admirable qui la fit avancer en perfection dans toutes les situations de la vie, et qui avez voulu orner par elle Votre Église d’une nouvelle famille religieuse ; faites, en considération de ses mérites et de ses prières, que, conscients de notre faiblesse, mais confiants en Votre secours, nous puissions, à l’aide de la grâce céleste, surmonter tout ce qui nous est contraire. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Comme Marie, dont nous venons de célébrer l’Assomption, sainte Jeanne-Françoise de Chantal fut épouse, mère et veuve. Comme saint Bernard, elle naquit à Dijon et reçut au baptême le nom de Jeanne, parce que ce jour-là, 23 janvier 1572, le calendrier portait le nom de saint Jean l’Aumônier. Celui de Françoise qu’elle ajouta, lors de sa Confirmation, nous rappelle le doux Saint de Genève.


Comme autrefois saint Benoît et sainte Scholastique, comme saint François d’Assise et sainte Claire, saint François de Sales et sainte Jeanne-Françoise, correspondant aux desseins de la divine Providence, unirent leurs pieux efforts et illustrèrent l’Église par la « fondation d’une nouvelle famille ».


À la mort du baron de Chantal (1601), la jeune veuve se consacre au Seigneur par le vœu de chasteté perpétuelle, et elle écrit avec un fer rouge sur sa poitrine le nom de Jésus. Femme forte, elle quitta tout pour acheter à ce prix la perle précieuse de la vie religieuse. De ses six enfants il lui en restait encore quatre et son vieux père. « Arrêtons le cours de nos larmes, lui dit ce vénérable vieillard, pour faire plus d’honneur à la sainte volonté de Dieu ».


Son fils, Celse-Bénigne, s’oppose au départ de sa mère et se couche en travers de la porte : « Si je ne puis vous retenir, du moins vous passerez sur le corps de votre fils ». Madame de Chantal lutte contre les révoltes de son cœur, et, après avoir laissé couler librement ses larmes, elle s’arme de force et passe sur le corps de son fils. Elle devint la mère de nombreuses vierges de l’Ordre de la Visitation, aujourd’hui répandues dans le monde entier et auxquelles, toute pleine de l’esprit de charité divine elle répétait sans cesse comme saint Jean, son patron : « Aimons Dieu de tout notre cœur, et notre prochain comme nous-mêmes pour l’amour de Dieu ».


Elle mourut en 1641 à Moulins. À l’exemple et par l’intercession de sainte Jeanne-Françoise prions Dieu, afin que, connaissant notre faiblesse et confiants en Sa force, nous surmontions par Sa grâce tous les obstacles.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Retenez la belle devise de sainte Jeanne-Françoise : « Mourir à soi pour vivre à Dieu ».

Méditation du jour
Acte de conformité à la volonté de Dieu  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|