N° 1308
NOUVEAU : NOTRE SITE INTERNET

407

« C’est parti ! » Le nom du site étant indiqué (pour ceux à qui cela aurait échappé, voici l’adresse : http://www.cassicia.com) et quelques annonces ayant été envoyées à différents amis et correspondants, « la toile » s’agite et les premières réactions arrivent… Elles sont bien favorables dans ce sens que l’appréciation générale est plutôt flatteuse (merci !…) concernant la présentation de l’ensemble. Certes : c’est le contenu qui doit être important et il y aura matière.

Mais les gourmands devront réfréner leur appétit : ce n’est que progressivement que nous alimenterons les rubriques à commencer par le calendrier pour chaque jour (ce qui n’est déjà pas rien…) : il faut vivre catholiquement au quotidien, et redécouvrir la nécessité de prendre un peu de recul par rapport à l’agitation du monde. C’est élémentaire pour tout Chrétien, c’est ce qu’on appelle « la vie intérieure ». Mais aussi, recul particulièrement par rapport aux difficultés rencontrées dans le cadre de la terrible crise de l’Église que nous subissons.

C’est qu’il faut au minimum faire le tri dans toutes les déclamations, prises de position, affirmations trop souvent gratuites, sans référence et sans connaissance ou compréhension de la doctrine et du « sentire cum Ecclesia ». Il y a aussi les agitations : parfois vibrionnesques, et même cette agitation, totalement désordonnée d’infimes particules —qui cherchent à se donner de l’importance— caractérisée par la désignation scientifique de « mouvement brownien ». Cela serait simplement drôle si ces agitations n’avaient pas de conséquences. Mais il y a justement les excitations conséquentes, les jugements abrupts comme téméraires, hélas communicatifs. La contagion aussi, d’une certaine forme de folie mentale : car le poisson (icqus), qui est l’un des signes du Chrétien, c’est bien connu, commence à pourrir par la tête.

À CASSICIACUM, OÙ NOUS NOUS REPOSÂMES…

« À Cassiciacum où nous nous reposâmes des tourmentes du siècle »

(S. Augustin, Les Confessions, Livre IX, chapitre 3). C’est précisément l’idée que le R.P. Guérard des Lauriers avait lorsque je lui ai parlé du projet de Revue et de son nom (qui naîtra en 1981 sous l’intitulé de « Cahiers de Cassiciacum »). Il s’agissait bien pour nous de prendre ce saint recul dans la prière et l’étude de la crise, de ses causes et des principes doctrinaux ainsi remis en cause. Voilà une indication que ne connaissaient que bien peu de « confidents »…

La semaine dernière, j’ai donné dans le Bulletin Dominical le « bandeau » de la première page (accueil) du site : composition du tableau de Ary Scheffer (1846), Français d’adoption, représentant saint Augustin et sainte Monique sa mère, dans l’attitude caractérisant l’ambiance de leur séjour à Cassiciacum, avec une vue de Rome.

JE M’ÉTONNE QUE VOUS DÉTOURNIEZ SI VITE…

Cette vue de Rome, c’est le Tibre qui coule dans Rome et conduit aux rives du Vatican dont on aperçoit la coupole de la basilique Saint-Pierre, dans la brume… C’est qu’il faut rester catholique romain sans pour autant recevoir « un autre évangile » que celui qui nous a été prêché, comme saint Paul le constatait déjà (Gal. I, 6) : « Je m’étonne que vous vous détourniez si vite de celui qui vous a appelés à la grâce du Christ, pour passer à un autre évangile. Non pas qu’il y en ait un autre ; mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l’Évangile du Christ. Mais si quelqu’un, fût-ce nous-mêmes ou un ange du Ciel, vous évangélisait autrement que nous vous avons évangélisés, qu’il soit anathème ! Je l’ai dit, et je le dis encore maintenant : Si quelqu’un vous annonçait un autre évangile que celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème ! »

Pour nous aider à méditer

L’on ne saurait aimer le commandement si l’on n’aime celui qui commande ; à mesure que nous aimons et estimons celui qui fait la loi, à mesure nous nous rendons exacts à l’observer. Les uns sont attachés à la loi par des chaînes de fer, et les autres par des chaînes d’or, (…) c’est-à-dire par amour ; ils aiment les commandements et les observent amoureusement. (S. François de Sales, Les vrais entretiens spirituels, XIV).

Notes tirées du sermon

« Le jardin de l’Église naissante était demeuré déjà quelque temps privé de l’eau vive, qui est comme celle d’une fontaine jaillissant à la vie éternelle (Jn, IV, 14), c’est-à-dire de la douce présence de son bon et aimable Seigneur ; la peur et la crainte de la persécution judaïque avaient terni les saintes fleurs, fané et mis en friche toutes ces pauvres plantes, et pouvait bien dire : “J’ai étendu mes mains vers Vous ; mon âme est en Votre présence comme une terre sans eau” (Ps. CXLII, 6) ; excepté le lys béni de la sacrée Vierge, sur laquelle, par une particulière influence du divin amour, la rosée céleste tombait toujours surabondamment.

« Tous ensemble faisaient prières pour impétrer la sainte rosée de l’Esprit consolateur, quand voici ce vent impétueux et ce bruit du ciel remplir de frayeur leurs craintifs courages, et leur faire jeter de plus en plus des soupirs de prières à la divine Majesté.

« Mais ce bruit, ce vent, cette impétuosité, au lieu de frayeur se changea en une douce pluie des grâces célestes, qui abreuva si à souhait leurs courages, que dès lors il ne se parla plus de sécheresse, ni d’aridité, ni de flétrissure ; car il leur arriva ce qui est dit de l’homme de bien par le saint roi David, lequel dit : “Comme un arbre qui est planté proche le courant des eaux, lequel donnera son fruit en son temps, et dont la feuille ne tombera point ; et toutes les choses qu’il fera prospèreront.” (Ps. I, 3) (…) »

« Les théologiens, non contents de savoir résolument que plus admirable a été la Majesté divine en la réformation qu’en la formation du monde, mais que plus est admirable la justification du simple et seul pêcheur, laquelle néanmoins se fait tous les jours en cent mille lieux du Christianisme. Non content de le savoir, ils demandent entre eux le pourquoi, afin de pouvoir rendre compte aux curieux de leurs dire, et de faire mieux connaître aux hommes la grâce que Dieu leur fait quand Il les appelle à pénitence. »

(S. François de Sales, Sermons, I).

Recommandation spirituelle de la semaine

Demander avec ferveur à être investi, envahi par l’Esprit Saint.


Lundi 21 août 2017
Ste Jeanne-Françoise

Frémiot de Chantal,

veuve
3e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Dieu tout-puissant et miséricordieux, qui, après avoir embrasé de Votre amour la bienheureuse Jeanne-Françoise, lui avez donné la force d’âme admirable qui la fit avancer en perfection dans toutes les situations de la vie, et qui avez voulu orner par elle Votre Église d’une nouvelle famille religieuse ; faites, en considération de ses mérites et de ses prières, que, conscients de notre faiblesse, mais confiants en Votre secours, nous puissions, à l’aide de la grâce céleste, surmonter tout ce qui nous est contraire. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Comme Marie, dont nous venons de célébrer l’Assomption, sainte Jeanne-Françoise de Chantal fut épouse, mère et veuve. Comme saint Bernard, elle naquit à Dijon et reçut au baptême le nom de Jeanne, parce que ce jour-là, 23 janvier 1572, le calendrier portait le nom de saint Jean l’Aumônier. Celui de Françoise qu’elle ajouta, lors de sa Confirmation, nous rappelle le doux Saint de Genève.


Comme autrefois saint Benoît et sainte Scholastique, comme saint François d’Assise et sainte Claire, saint François de Sales et sainte Jeanne-Françoise, correspondant aux desseins de la divine Providence, unirent leurs pieux efforts et illustrèrent l’Église par la « fondation d’une nouvelle famille ».


À la mort du baron de Chantal (1601), la jeune veuve se consacre au Seigneur par le vœu de chasteté perpétuelle, et elle écrit avec un fer rouge sur sa poitrine le nom de Jésus. Femme forte, elle quitta tout pour acheter à ce prix la perle précieuse de la vie religieuse. De ses six enfants il lui en restait encore quatre et son vieux père. « Arrêtons le cours de nos larmes, lui dit ce vénérable vieillard, pour faire plus d’honneur à la sainte volonté de Dieu ».


Son fils, Celse-Bénigne, s’oppose au départ de sa mère et se couche en travers de la porte : « Si je ne puis vous retenir, du moins vous passerez sur le corps de votre fils ». Madame de Chantal lutte contre les révoltes de son cœur, et, après avoir laissé couler librement ses larmes, elle s’arme de force et passe sur le corps de son fils. Elle devint la mère de nombreuses vierges de l’Ordre de la Visitation, aujourd’hui répandues dans le monde entier et auxquelles, toute pleine de l’esprit de charité divine elle répétait sans cesse comme saint Jean, son patron : « Aimons Dieu de tout notre cœur, et notre prochain comme nous-mêmes pour l’amour de Dieu ».


Elle mourut en 1641 à Moulins. À l’exemple et par l’intercession de sainte Jeanne-Françoise prions Dieu, afin que, connaissant notre faiblesse et confiants en Sa force, nous surmontions par Sa grâce tous les obstacles.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Retenez la belle devise de sainte Jeanne-Françoise : « Mourir à soi pour vivre à Dieu ».

Méditation du jour
Acte de conformité à la volonté de Dieu  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|