N° 1307

CASSICIACUM = cassicia.com

322

On en parlait depuis longtemps : certains pensaient qu’il serait judicieux

de faire un « site internet » pour mieux diffuser les documents et les études sur la crise de l’Église, sur notre position théologique concernant cette crise : la Thèse de Cassiciacum, et aussi sur La Salette. J’y ai été un peu poussé. À défaut « d’être de son temps », du moins peut-on utiliser certains moyens de notre temps.

De nombreuses réticences ne m’encourageaient guère : je veux parler des miennes. L’aspect si anarchique et libertaire de la « toile », comme on l’appelle, ne m’emballait pas du tout. Et puis, c’était tellement aux antipodes de l’optique de mon ministère sacerdotal : travailler, à l’endroit indiqué par la Providence, à la sanctification des personnes qui, sur place, le désirent et veulent en prendre les moyens, être à leur disposition. Et encore avec une sorte de spécialisation en vue d’une certaine efficace : la formation, l’éducation des enfants, des adolescents, parce que nettement plus réceptifs que les adultes (quitte à les gagner par leurs enfants). Cela, en restant en permanence sur place, comme les curés de paroisse autrefois, pour faire un vrai travail de pasteur d’un troupeau, d’un jardinier patient, d’un père de famille, avec la durée, dans le temps, en profondeur.

ALORS, UN SITE INTERNET ?

Dans ces conditions, toucher des personnes de partout, sur les ondes, sans les voir ni les connaître, sans pouvoir leur apporter les Sacrements, sans pouvoir leur transmettre la Foi par la parole (« fides ex auditu » dit saint Paul dans son épître aux Romains, X, 17), ni pouvoir donner l’exemple et les moyens de la pratique religieuse par la Messe quotidienne et les offices religieux avec les activités collatérales (service liturgique, catéchismes des enfants et des adultes, chant choral… ), comme dans les paroisses d’autrefois, cela me paraissait inutile.

Quant à l’aspect technique, rébarbatif à bien des titres pour moi comme pour beaucoup de personnes… Et puis, petit à petit cette technique s’impose et touche de plus en plus de monde et devient une sorte de nécessité (à manier avec précaution, à prendre avec des pincettes). Sans parler de mes incompétences, et de moins en moins écouté en mon pays, alors il reste peut-être encore quelque chose à faire : crier en l’air et sur les ondes (dans le désert) sa Foi !

LE TÉMOIGNAGE DE NOTRE FOI

Car ce qui paraît en premier, à mes yeux, le plus important dans ma décision, c’est encore le témoignage de la Foi. Ce témoignage est requis par Dieu. Mais ne nous y trompons pas, nous sommes arrivés à un tel degré d’effondrement dans le processus d’entropie dans la société et dans l’Église, de la perte quasi universelle de la Foi, qu’il n’y a plus guère qu’à combattre pour la survie de notre Foi. Il ne s’agit donc plus de convertir les uns et les autres comme au glorieux temps des missionnaires, encore moins de « sauver l’Église » (!) comme certains zélotes l’ont prétendu puisqu’en réalité c’est Elle qui nous sauve.

La crise nous dépasse (par notre faute) infiniment. Nous en sommes convaincus : Dieu seul nous en tirera, à condition que nous Le suppliions en reconnaissant nos erreurs, comme les Hébreux humiliés par leurs ennemis comprenaient que si Dieu les sanctionnait c’était à cause de leurs péchés.

SAINT AUGUSTIN ET SAINTE MONIQUE

À peu près techniquement au point, le site est donc lancé ! Il va amplifier et relayer le Bulletin Dominical. En ce jour qui est aussi la fête de sainte Monique, voilà une bien belle circonstance pour obtenir de la mère de saint Augustin, que notre séjour à Cassiciacum qui dure depuis près de trente-cinq ans porte encore quelques fruits. Adresse : http://www.cassicia.com

Vingt-cinq ans du Bulletin Dominical

351

Encore une circonstance pour rendre gloire à Dieu : le Bulletin Dominical vient de franchir le cap de ses vingt-cinq années d’existence ininterrompue. Un quart de siècle ! Ils sont peu nombreux ceux qui sont abonnés depuis le N°1 ! Les causes naturelles sont assez évidentes.

Pour nous rajeunir, copie de ce premier numéro est jointe au présent Bulletin Dominical. Il était déjà confectionné sur ordinateur (traitement de texte) très moderne pour l’époque. J’ai souri lorsque quelques années plus tard on montrait la nouveauté : le premier Académicien se servant d’un tel outil. Le clergé n’est pas toujours rétrograde ! voir Bulletin Dominical N° 1


Samedi 22 septembre 2018
des Quatre-Temps de septembre
2e classe
Temps après la Pentecôte

S. Thomas de Villeneuve,

évêque et confesseur




Oraison - collecte
Dieu tout-puissant et éternel, qui guérissez les corps et les âmes par le remède salutaire de l’abstinence, nous supplions humblement Votre majesté, afin qu’apaisé par la prière pieuse de ceux qui jeûnent, Vous nous donniez des secours pour le présent et pour l’avenir. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


Mémoire de saint Thomas de Villeneuve, évêque et confesseur :


Ô Dieu, qui avez enrichi et illustré le bienheureux Pontife Thomas d’une insigne compassion envers les pauvres, faites, nous Vous en prions, que son intercession obtienne de Votre bonté, pour tous ceux qui Vous implorent, l’effusion des trésors de Votre miséricorde. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.


Sous la même conclusion, mémoire de saint Maurice et ses Compagnons, martyrs :


Qu’il Vous plaise, ô Dieu tout-puissant, que la fête solennelle de Votre saint Martyr Maurice et de ses Compagnons, nous procure la joie, afin qu’ayant l’appui de leurs prières, nous participions à la gloire de leur naissance au Ciel. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Né en Espagne, au XVe siècle, saint Thomas de Villeneuve conçut dès l’âge le plus tendre des sentiments de grande miséricorde à l’égard des pauvres.


Entré dans l’Institut des Ermites de saint Augustin, il y fut bientôt placé comme Supérieur à la tête de ses Frères et après avoir refusé le siège archiépiscopal de Grenade, il fut contraint d’accepter celui de Valence. Il participa de la sorte au sacerdoce éternel du Christ.


Il prodigua aux indigents les revenus considérables de son église et faisant donner le jour de sa mort, en 1555, jusqu’à sa dernière obole, il rendit son âme à Dieu sur un lit qui ne lui appartenait même pas.

Aussi l’Église célèbre-t-elle surtout dans ce Pontife « son insigne charité envers les pauvres ».


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Tout Chrétien est un soldat ; combattez pour Dieu jusqu’au dernier soupir.

Méditation du jour
Ne craignez point ceux qui tuent le corps  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|