S. Isidore agricole
15 mai
Saint Isidore agricole, encore appelé saint Isidore de Madrid dont il est le saint protecteur.

SAINT ISIDORE LE LABOUREUR,

PATRON DE MADRID. XIIe SIÈCLE


Mort à Madrid le 15 mai 1170, Ferdinand II étant roi de Léon, Alphonse II roi d’Aragon et de Catalogne, Louis VII roi de France et Alexandre III Pape.


    • Patron des Laboureurs, des Agriculteurs et des Arpenteurs. — Invoqué pour la Pluie, contre la Sécheresse.

  • Terre cuite
    Saint Isidore le Laboureur
    Saint Isidore le Laboureur

    2287

    Saint Isidore était né à Madrid de parents très pauvres qui honoraient singulièrement saint Isidore, archevêque de Séville, et aussi ils avaient donné, à leur fils, le nom de ce grand serviteur de Dieu. Ils l’avaient d’ailleurs élevé dans la crainte du Seigneur et dans la pratique de Sa Loi. Quand il fût en âge de travailler, il se mit au service d’un riche bourgeois de Madrid, Dom Jean de Vergas, qui l’employa à cultiver ses terres.


    Saint Isidore resta toujours attaché au service du même maître. Il pouvait lui dire comme Jacob à Laban : « J’ai veillé durant les nuits ; j’ai supporté le froid et le chaud pour conserver et augmenter votre bien. Vous aviez peu de choses avant que je fusse venu avec vous, et présentement vous voilà riche » (Gen., XXX, 30). Jean de Vergas, qui sentait tout le prix du trésor qu’il possédait dans la personne de saint Isidore, le traitait comme son frère, se rappelant cet avis de l’Ecclésiastique : Chérissez comme votre âme le serviteur qui a de la sagesse (Eccli., VII, 23).


    Notre bon laboureur épousa une femme, Marie de la Cabeza, qui est honorée en Espagne sous le titre de Sainte. Après avoir eu un enfant qui mourut peu de temps après son baptême, ils firent vœu de continence et l’observèrent très religieusement pendant toute leur vie. Ils s’appliquaient aux œuvres de charité : un jour qu’ils avaient distribué toutes leurs petites provisions, il survint un pauvre qu’ils n’attendaient pas, et comme la bonne Marie avait assuré son mari qu’il ne leur restait plus rien, il lui dit de chercher encore si elle ne trouverait pas quelques morceaux de pain. Elle le fit par obéissance, et fut surprise de voir qu’il restait d’abondantes provisions pour donner aux pauvres et pour les nourrir eux-mêmes.


    Un Ange laboure pour venir en aide à saint Isidore le laboureur…
    Un Ange laboure pour venir en aide à saint Isidore le laboureur…

    2288

    Saint Isidore avait un culte spécial pour la sainte Vierge, et tous les matins il ne manquait pas d’aller visiter le sanctuaire de Notre-Dame d’Atocha ; ce qui souvent lui faisait oublier l’heure du labourage. Ses compagnons envieux et méchants le dénoncèrent à Dom de Vergas.

    Celui-ci voulut s’assurer par lui-même de la vérité. Ce jour-là, saint Isidore était arrivé assez tard ; mais quel ne fut pas l’étonnement de son maître lorsqu’il aperçut aux côtés du Saint deux Anges qui l’assistaient à son travail avec tant de diligence qu’il se trouvait avoir fait beaucoup plus d’ouvrage que les ouvriers arrivés sur le terrain bien avant lui.


    Pendant les plus grandes chaleurs de l’été, Dom de Vergas, étant allé une autre fois le voir travailler, se trouva pressé d’une soif dévorante. Saint Isidore, levant les yeux au ciel, frappa la terre de son bâton et il en sortit une source abondante qui coule encore et qui sert à guérir les malades ; cette source est l’origine de l’invocation pour la Pluie et contre la Sécheresse.


    Après une vie si pure, saint Isidore fut récompensé par une mort exemplaire. Il fut enterré dans le cimetière de Saint-André de Madrid. La translation de ses reliques fut faite quarante années après sa mort. Il fut canonisé, en 1622, par Grégoire XV, avec saint Ignace de Loyola, saint François-Xavier, sainte Thérèse et saint Philippe de Néri. Le culte de saint Isidore est très répandu en Espagne et en Italie. Les Laboureurs et les Agriculteurs l’ont naturellement choisi pour Patron. Voici une strophe d’un cantique catalan qui aux Cultivateurs a joint les Mariés, en mémoire des deux époux qui avaient contracté une si sainte union.


    De PAGESOS y casats

    Son gloria y honra gran

    Dos subjectes mes a mats

    Eu la mon nos trobaran.

    Des Cultivateurs et mariés

    Vous êtes la gloire et le grand honneur

    Des personnes plus aimées

    Dans le monde ne se trouveront pas.


    À Rome, l’église placée sous son vocable appartient au collège des Pères Observantins irlandais. Ceux-ci réunissent deux Confréries : l’une des Agriculteurs, l’autre des Arpenteurs, qui ont beaucoup de relations avec les premiers, ayant l’office de déterminer la contenance des diverses pièces de terre de chacun.


    Nous terminerons par une belle prière italienne que nous trouvons dans un opuscule imprimé à Rome en 1833, dédié à Sa Sainteté Grégoire XVI et intitulé : S. Isidoro proposto in e semplare e protettore alle persone di fatica e d’interesse nelle campagne. Saint Isidore proposé comme modèle et comme protecteur aux personnes qui s’occupent des travaux de la campagne et qui y prennent intérêt. Cette prière était dite le jour de la fête du Saint le 15 mai, après le triduum qui la précède :


    PREGHIERA.

    Gloriosissimo santo Isidoro, noi abbiamo ammirato nei passati tre Giorni l’eccellenza delle vostre virtù, la Pienezza della vostra grazia, e l’altezza della vostra gloria. In questo dedicato ab vostro trionfo in Paradiso sappiamo che più specialmente gradite le preghiere de vostri Devoti. Ascoltate, vene preghiamo, le nostre suppliche ; et impetrateci l’imitazione delle vostre virtù, tenete lontane le inondanti calamita, e ricolmate questo devoto Popolo di publica e privata felicita ; otteneteci la fertilità delle Campagne, l’abbondanza delle Messi, la sanità degli Agricoltori, onde sperimenti chiunque ricorre à voi gli effetti della vostra Protezione.

    Avvalorate le nostre brame, ed ottenessi gratia di menar sempre una vita da veri vostri devoti, per essere un giorno compagni con voi nella gloria eterna. Cosi sia.


    PRIÈRE.

    Très glorieux saint Isidore, nous avons admiré, dans les trois jours qui viennent de s’écouler, l’excellence de vos vertus, la plénitude de votre grâce et l’élévation de votre gloire. Dans ce jour qui est consacré à votre entrée triomphale dans le Paradis, nous savons que vous accueillez plus spécialement les prières de vos fidèles. Écoutez, nous vous en prions, nos supplications ; obtenez-nous l’imitation de vos vertus, tenez éloignées de nous les calamités qui nous menacent et comblez ce peuple pieux de toutes les prospérités publiques et privées : obtenez-nous la fertilité des campagnes, l’abondance des moissons, la santé des Agriculteurs, en sorte que quiconque a recours à vous, éprouve les effets de cette protection.

    Encouragez nos désirs et obtenez-nous la grâce de mener toujours une vie digne de vos vrais dévots afin d’être un jour vos compagnons dans la gloire éternelle. Ainsi soit-il.


    Papebrock (Jésuite flamand, 1628-1714, un des Bollandistes) donne une prière que tous les Agriculteurs peuvent adresser à saint Isidore :


    Respice servos tuos, Domine, et B. Isidoro intercedente, opera manuum nostrarum dirige ; ut Angelico, sicut ille, fulti auxilio, cum victu temporali vitam promereamur æternam.

    Ora pro agricolis et hortulanis.


    Jetez les yeux sur vos serviteurs, Seigneur, et par l’intercession du Bienheureux Isidore, dirigez les œuvres de nos mains afin que fortifiés comme lui par le secours des Anges nous méritions la nourriture en même temps que la vie éternelle.


    Samedi 24 juin 2017
    NATIVITÉ DE S. JEAN-BAPTISTE

    précurseur du Messie
    1re classe

    Temps après la Pentecôte



    Oraison - collecte
    Ô Dieu, qui nous avez rendu ce jour vénérable par la Nativité du bienheureux Jean, accordez à Votre peuple la grâce des joies spirituelles, et dirigez les âmes de tous les fidèles dans la voie du salut éternel. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.
    Ainsi soit-il

    Vie du Saint du jour
    « Prophète du Très-Haut », saint Jean est figuré par Isaïe et Jérémie ; mieux qu’eux encore, il fut consacré dès le sein de sa mère pour annoncer Jésus et préparer les âmes à Sa venue.

    L’Évangile nous retrace les prodiges qui marquèrent sa naissance. Zacharie impose à son enfant le nom que saint Gabriel lui a apporté du Ciel et qui signifie : Le Seigneur a fait grâce. Il recouvre aussitôt la voix et, rempli de l’Esprit-Saint, il prédit les grandeurs de son fils : « Il ira devant la face du Seigneur pour donner au peuple la connaissance du salut ».


    L’Ange Gabriel avait annoncé à Zacharie que « beaucoup se réjouiraient de la naissance de saint Jean-Baptiste ». Ce ne furent pas seulement, en effet, « les voisins et les parents d’Élisabeth », qui fêtèrent cet événement, mais chaque année, au jour de l’anniversaire, l’Église toute entière convie ses enfants à partager cette sainte joie. Elle sait que la nativité « de ce Prophète du Très-Haut » en cette Noël d’été est intimement liée à l’avènement du Messie.


    À partir de la fête de la Nativité de saint Jean, les jours décroissent, car le soleil ayant atteint le point culminant de sa course annuelle, se remet à descendre. Au contraire, la fête de la Nativité du Sauveur, dont celle-ci est le prélude, marque l’époque où le soleil recommence à monter sur son orbite.

    Le Précurseur doit s’effacer devant Jésus qui est la vraie lumière des âmes. « Il faut qu’il croisse, dit saint Jean, et que je diminue ». Les solstices étaient l’occasion de fêtes païennes où l’on allumait des feux pour honorer l’astre qui nous donne la lumière. L’Église christianisa ces rites en y voyant un symbole de saint Jean qui était « une lampe ardente et brillante ». Aussi « encouragea-t-elle ce genre de manifestation qui correspondait si bien au caractère de la fête. Les feux de la Saint-Jean complétaient heureusement la solennité liturgique ; ils montraient unies dans une même pensée l’Église et la cité terrestre » (Dom Guéranger).


    Le nom du Précurseur est inscrit au Canon de la Messe en tête de la 2e liste. On célébrait autrefois, au jour de sa fête, trois messes en son honneur, et nombreuses étaient les églises qui lui étaient dédiées. Les parents aimaient de même à donner son nom à leurs enfants. Paul diacre, moine du Mont-Cassin et ami de Charlemagne, avait composé en l’honneur de saint Jean-Baptiste l’hymne : « Ut queant laxis ».


    Au XIIIe siècle, le moine bénédictin Guy d’Arezzo remarqua que les notes chantées sur les syllabes initiales formaient la série des six premiers degrés de la gamme. Il désigna chaque degré par la syllabe correspondante : (Ut, ré, mi, fa, sol, la, si) et facilita beaucoup par là l’étude des intervalles musicaux.

    Ut queant laxis (do)

    resonare fibris. (ré)

    Mira gestorum (mi)

    famuli tuorum. (fa)

    Solve polluti (sol)

    labii reatum. (la)

    Sancte Johannes. (si)

    « Afin que vos serviteurs puissent chanter à pleine voix les merveilles de vos œuvres, purifiez leurs lèvres souillées, ô saint Jean ».

    Zacharie, faisant savoir qu’il voulait appeler son fils Jean, avait aussitôt retrouvé l’usage de la parole ; et voici qu’une hymne composée en l’honneur du Prophète dont la voix retentit au désert, devient l’instrument d’un nouveau progrès dans l’art musical.


     voir la grande vie du Saint


    Résolution pratique du jour
    Remerciez Dieu souvent des grâces de choix dont Il vous a prévenu dès votre apparition dans ce monde.

    Méditation du jour
    Le Précurseur reconnaissant le Sauveur du monde  suite

    |Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|