« Le Saint du jour »
Il faut honorer le Saint du jour

  • Le Journal inédit de Léon Bloy en cours de publication.

    L’Auteur écrivait sur un agenda de l’année et tenait le plus grand compte du Saint du jour indiqué sur chaque page.

  • La fête de LA TOUSSAINT compense en partie nos négligences quotidiennes.

  • Ne pas oublier qu’il y a souvent de nombreux Saints à porter le même nom.

262

Oui, bien sûr, il ne s’agit ici que de la rubrique ainsi dénommée : Le Saint du jour. Et non pas d’un écrivain pas assez célèbre et en tous cas très mal connu et diffamé. Ce qui d’ailleurs ne signifie pas qu’il ne soit pas au Ciel : on peut en tous cas toujours prier pour qu’il y parvienne s’il n’y est déjà…

Le Journal inédit de Léon Bloy est en cours de publication et le troisième volume (1903-1907) est paru fin 2007.

Cette publication apporte un complément bien riche à ses Lettres et Correspondances diverses, si intéressantes pour connaître davantage l’âme de Léon Bloy.

Léon Bloy écrivait sur un agenda de l’année en cours.

Dans l’Avertissement du tome III, l’Éditeur rappelle les principes utilisés pour transcrire ce Journal qui est écrit de façon parfois rapide et sans apprêt car non destiné à être publié, en tous cas sous cette forme brute.

Il est précisé :

« S’agissant du nom du saint du jour tel que le propose l’Agenda imprimé, nous avons distingué soigneusement le cas où le saint proposé est maintenu par Bloy, le cas où Bloy ajoute un autre nom au nom imprimé, le cas où le nom est barré sans indication d’un autre nom, le cas où il est barré et remplacé par un autre que la liturgie du lieu ou toute autre cause semble rendre préférable à un écrivain très attentif au déroulement de l’année liturgique et pour qui le saint du jour souvent invoqué, préside à la journée. »

Par quoi nous voyons combien cet Auteur savait vivre chaque instant de sa vie en Catholique, sous le regard de Dieu et la protection des saints et plus spécialement de celui du jour. Cela n’a peut-être pas fait de notre Auteur un Saint canonisé, car il est trop atypique pour nos temps de malheurs. Mais il est un personnage hors du commun, sorte de produit à part —réactif— de la crise moderne, pouvant nous aider à réfléchir en profondeur sur ce que nous vivons et subissons depuis quelques siècles.

Cet Auteur aura donc un rôle certain dans ce site internet à cause des domaines qui nous sont si communs comme la crise de l’Église et l’Apparition de Notre-Dame à La Salette qui en est un éclairage saisissant.

LA TOUSSAINT

La fête de tous les Saints, le 1er novembre, LA TOUSSAINT, corrige en partie nos négligences quotidiennes comme l’indique la notice du jour.


  • Ne pas oublier qu’il y a souvent de nombreux Saints à porter le même nom. Ils sont fêtés à différentes dates. Il est possible de les trouver sur notre site à leur place alphabétique dans la rubrique « Le Martyrologe ».

    Très souvent ils ne s’y trouvent pas. Il peut suffire de nous en demander quelques précisions : voir Le Martyrologe #90-4


Lundi 18 juin 2018
S. Éphrem,

diacre, confesseur et docteur
3e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Ô Dieu, qui avez voulu illustrer Votre Église par l’admirable érudition et les mérites éclatants du bienheureux Éphrem, Votre Confesseur et Docteur, nous Vous en supplions, daignez à son intercession la défendre par Votre constant secours contre les embûches de l’erreur et de la dépravation. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


Mémoire de saint Marc et saint Marcellien martyrs :


Nous Vous en prions, Dieu tout-puissant, faites que, célébrant la naissance au Ciel de Vos saints Martyrs Marc et Marcellien, nous soyons délivrés par leur intercession, de tous les maux qui nous menacent. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Saint Éphrem naquit à Nisibe en Mésopotamie et fut une des lumières de l’Église. Son père, prêtre des idoles, l’expulsa de chez lui. Il mena alors dans le désert une vie érémitique, puis fut ordonné diacre d’Édesse.


Conduit par l’Esprit de Dieu jusqu’à Césarée de Cappadoce, il y vit saint Basile. Pour réfuter les nombreuses erreurs qui se répandaient alors par les prières et les cantiques des hérétiques, il composa des poésies et des hymnes chrétiennes où il chanta les mystères de la vie du Christ, de la bienheureuse Vierge et des Saints. On l’appelle pour ce motif « la cithare de l’Esprit-Saint ».


Il eut toujours une grande dévotion envers la sainte Vierge. Il mourut à Édesse, en l’an 375, sous l’empereur Valens.

Benoît XV le déclara Docteur de l’Église universelle.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Demandons à Dieu, par l’intercession de saint Éphrem, de défendre Son Église contre les embûches de l’erreur et de la perversité.

Méditation du jour
La drachme perdue  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|