N° 591-592
EN CE 15 AOÛT
« Nice-Matin » 12 août 1994

1483

D’aucuns s’étonnent de toute une campagne incitant les magasins à ouvrir ce lundi 15 août. C’est qu’il faut choisir entre Dieu et Mammon qui est le dieu de l’argent. Bien sûr les puissances d’argent ont choisi depuis longtemps, et les personnes qui en sont devenues les esclaves conscients ou inconscients ne peuvent plus faire autrement car « il faut bien vivre » (et la vie éternelle ?) ou encore « il y a les traites à payer ». Alors faisons travailler le 15 août ce qui empêchera les gens de chercher des occupations (des fois qu’ils se mettent « à penser» —à l’inutilité de leur vie : « à quoi servira à l’homme de gagner le monde si c’est pour perdre son âme ?— ou pire : qu’ils aillent à la Messe… ).

Ce n’est pas nouveau, et l’on n’aura peut-être pas assez remarqué que le jour habituel de fermeture des commerces n’est évidemment pas le dimanche mais le lundi. Justement, le lundi. Mais cette année le 15 août est un lundi. Voyez-vous comme cela tombe bien mal…

Et si l’on parle de fête, ayant usé jusqu’à la corde il y a peu un certain bicentenaire (de 1789), profitons de l’occurence d’un micentenaire pour faire commerce et mieux chanter la « liberté » retrouvée, celle qui nous vient d’outre-Atlantique et qui est offerte au monde sous forme de consommation de « chewing-gum » ou avortement (libre et) gratuit. C’est cela qu’il faut imposer et que n’avait pas bien compris le Liban, la Bosnie ou le Rouanda…

Mais croit-on sérieusement, sincèrement, que cela va durer longtemps ? Relisons fort opportunément le Message et le Secret de Notre-Dame à La Salette puis à Fatima.

LE PÈLERINAGE À LA SALETTE DE NOTRE CONFRÉRIE

1484

Et c’est pourquoi nous irons prier Notre-Dame cette année encore, si Dieu veut, en notre pèlerinage annuel à La Salette. Notre petite Communauté de la Confrérie de la Mère de Dieu et ses amis comprennent à quel point il y a urgence, et que nous devons de tout notre être, de toutes nos forces, de tout notre cœur, de tout notre esprit et de toute notre âme, prier et nous sanctifier.

Le pèlerinage se déroulera comme les années précédentes, dans les mêmes conditions du vendredi 23 au samedi 24 septembre.

BÉNÉDICTION POUR DIVORCÉS « REMARIÉS » !

1489

C’EST VRAI, CELA M’A RASSURÉE

Lorsque je suis revenu voir la personne qui voulait épouser un divorcé elle m’a dit : « Nous avons trouvé un prêtre qui a accepté de nous donner une bénédiction ». Mais elle a reconnu que de me revoir cela la troublait à nouveau, et que : « Oui, c’est vrai, cela m’a rassurée de recevoir cette bénédiction ». Rassurée dans l’erreur, rassurée dans le mal, rassurée dans l’état de péché mortel, et par un prêtre ! Je n’ai pu que lui dire que je préférais continuer à lui donner mauvaise conscience, et si possible toute sa vie.

On imagine tout « le bien » que l’Angleterre et la moitié du monde eussent retiré s’il s’était trouvé un pape pour rassurer Henri VIII en annulant son mariage et permettant très catholiquement son « mariage » avec Anne Boleyn...

C’est que nous sommes arrivés en un temps où on ne sait plus, on ne comprend plus pourquoi des Chrétiens sont morts martyrs en confessant leur Foi catholique, y compris saint Jean Fischer, précepteur de Henri VIII, mort la tête sur le billot car n’approuvant pas son roi.

Pour nous aider à méditer

III - Notre Seigneur estime si fort notre amour et notre compagnie que, de temps en temps, même au milieu de nos divertissements, Il nous appelle afin de nous rapprocher de Lui ; et si nous retombons dans le péché, Il nous relève et nous fait rentrer en Son amitié. (Sainte Thérèse d’Avila, Château de l’âme, ch. 1, dem. I).

Recommandation spirituelle de la semaine

Au beau milieu de l’insouciance estivale, sera-t-il encoren permis de réclamer de la part des enfants de Notre-Dame quensont tous les baptisés, de la part de tous les Français qui sont sujets de la Reine du Ciel et Reine de laFrance, de réclamer un acte de piété filiale, un acte de dévotion, un acte de soumission, en bien honorant ce 15 août ?


Dimanche 19 janvier 2020
de la Sainte Vierge
4e classe
Temps après l’Épiphanie



Oraison - collecte
Ô Dieu, qui avez choisi la féconde virginité de Marie pour donner au genre humain les biens du Salut éternel, accordez-nous de ressentir la bienfaisante intercession de Celle par qui il nous fut donné de recevoir l’Auteur de la vie, Notre-Seigneur Jésus-Christ, Votre Fils qui vit et règne avec Vous, en l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


Mémoire de S. Marius, Ste Marthe, S. Audifax et S. Abachus, martyrs :


Exaucez, Seigneur, les supplications que Votre peuple Vous adresse sous le patronage de Vos Saints, afin que Vous nous fassiez jouir de la paix dans la vie présente, et que Vous nous accordiez Votre secours pour arriver à la Vie éternelle.


et de S. Canut, roi et martyr, sous la même conclusion :


Ô Dieu, qui, pour la gloire de Votre Église, avez daigné illustrer le bienheureux roi Canut par la palme du martyre et par d’éclatants miracles, faites, dans Votre bonté, que, comme il a lui-même imité la passion du Seigneur, nous aussi, marchant sur ses traces, nous méritions de parvenir aux joies éternelles. Par le même Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Saint Marius et sainte Marthe, son épouse, étaient de nobles persans qui vinrent avec leurs deux fils saint Audifax et saint Abachus à Rome, sous l’empereur Claude II, pour y rendre leurs hommages à Dieu.


Ils y visitèrent des Chrétiens mis en prison pour leur Foi : « Vous avez eu compassion des prisonniers », dit l’Épître. Ils se dévouèrent aussi de mille façons au service de la religion et eurent bientôt eux-mêmes à soutenir le grand combat de souffrances, car « on les livra aux tortures et on les fit mourir ».


« Sans craindre ceux qui les persécutaient », ils subirent tous ces supplices avec des paroles d’actions de grâces sur les lèvres, car ils y voyaient, comme « le passereau délivré des filets des chasseurs qui s’échappe vers le ciel », le moyen d’aller jouir à tout jamais de Dieu dans la joie.

Ils furent martyrisés l’an 270.


Demandons à Jésus-Christ « qui Se montra si admirable dans ces Martyrs » de manifester aussi dans nos âmes les effets de Sa puissance divine afin que, « jouissant de la paix en cette vie, nous recevions en l’autre la récompense éternelle ».


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Priez pour que Dieu suscite dans Son Église des gouvernements catholiques.

Méditation du jour
Pratique de la patience envers soi-même  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|