S. Serge, S. Bacchus,
S. Marcel et S. Apulée
8 octobre

« Dans la Basse-Syrie, dit le Martyrologe romain, les saints Martyrs Serge et Bacchus, nobles romains qui vécurent sous le règne de l’empereur Maximien.

« Saint Bacchus fut frappé avec des nerfs qui mirent sa chair en lambeaux ; il rendit l’âme dans ce supplice en confessant le Nom de Jésus.

« Saint Sergius, chaussé de souliers dont les clous lui perçaient les pieds, resta ferme dans sa Foi et fut décapité.

« À Rome les saints Martyrs Marcel et Apulée qui, d’abord disciples de Simon le Magicien, l’abandonnèrent pour suivre la doctrine de l’Apôtre saint Pierre. Après le supplice des Apôtres, ils obtinrent eux-mêmes la couronne du martyre sous Dioclétien, et furent ensevelis près de Rome ».

853

Saint Serge et saint Bacchus étaient chevaliers romains et secrétaires d’État de l’empereur Maximien.


Un jour, ce prince, étant allé dans la ville d’Augusta, en la Basse-Syrie, s’ avisa d’offrir aux idoles un sacrifice solennel, auquel il ordonna à tous ses officiers de se trouver. Comme il n’y vit point ces deux-ci, il voulut savoir pourquoi ils s’en étaient absentés ; et, ayant appris qu’ils étaient Chrétiens, il leur fit ôter sur le champ les marques de leur dignité, les fit revêtir d’habits de femme et charger de gros colliers de fer, et ordonna qu’ils fussent conduits en cet état par toutes les rues de la ville pour être l’objet de la risée et des outrages du peuple.

Après avoir souffert cette ignominie avec joie et en bénissant Dieu, ils furent ramenés devant l’empereur, qui, à la sortie du temple, était revenu à son palais. Il employa toutes sortes d’artifices pour les obliger de renoncer à leur Foi ; mais, voyant qu’il ne pouvait altérer leur constance ni par les menaces ni par ses belles promesses, il les envoya à Antilchus, qui était préfet de l’Orient et qui passait pour l’homme le plus cruel et le plus inexorable de tout l’empire ; il espérait ébranler leur grande fermeté, tant par la fatigue des chemins et les affronts qu’ils recevaient sur leur route, que par la terreur qu’ils auraient de tomber entre les mains de ce barbare, qui était redouté de tout le monde. D’ailleurs, il voulait les humilier d’avantage en les renvoyant devant le tribunal d’un homme à qui ils avaient autrefois commandé et qui n’avait obtenu sa charge que par le crédit de saint Serge ; mais tout cela ne fut point capable de les séparer de Notre-Seigneur. Ils firent pour Son amour ce voyage avec plaisir, et, se réjouissant des outrages qu’on leur faisait, ils se soumirent généreusement à l’injustice d’un scélérat qui était indigne d’être leur juge.

Le lendemain de leur arrivée, Antiochus, les fit comparaître devant lui, et, après avoir inutilement tenté tous les moyens dont il se put aviser pour les faire sacrifier aux idoles, il condamna saint Bacchus à être fouetté par quatre bourreaux ; ce qui fut exécuté avec tant d’inhumanité, qu’il rendit l’âme dans la violence de ce supplice. Au milieu des fouets, il entendit une voix céleste qui l’invitait à venir recevoir la couronne de son martyre ; et la nuit suivante il apparut à saint Serge, dans la prison, et l’exhorta à endurer constamment les tourments qu’on lui préparait, afin qu’ayant été compagnon d’armes et de souffrances, ils eussent tous deux part à un même triomphe.

Ces tourments devaient être horribles. Antiochus, se voyant obligé d’aller dans une autre ville, fit mettre à saint Serge des souliers dont les semelles étaient garnies en dedans de pointes de clous, et il le contraignit, avec cette cruelle chaussure, de courir durant tout le chemin devant son chariot. La nuit suivante, le Saint fut guéri de toutes ses blessures par le ministère d’un Ange qui lui apparut ; le préfet, attribuant cela aux opérations de l’art magique, lui fit endurer une seconde fois le même supplice. Enfin, désespérant de le pouvoir séduire, il le condamna à avoir la tête tranchée : ce qui fut exécuté le 7 octobre, vers l’an de grâce 300.


La mémoire de saint Serge a été rendue célèbre par tant de miracles, que non seulement les Chrétiens allaient en pèlerinage à son tombeau, mais aussi les idolâtres. Chosroès, roi de Perse, fit présent à son église d’une très belle croix d’or, avec d’autres ornements précieux, en reconnaissance de ce que la reine Sira, son épouse, avait été préservée de la mort dont elle était menacée pour s’être recommandée à ses prières.

Le lieu où il souffrit le martyre est devenu si illustre, qu’il s’appelle maintenant Sergiopolis, c’est-à-dire la ville de Serge. L’empereur Justinien fit bâtir deux basiliques en son honneur : l’une à Constantinople et l’autre à Ptolémaïs. Il y en a encore une fort ancienne dans Rome, sous son nom et sous celui de saint Bacchus, laquelle est un titre de cardinal. Le Pape Grégoire III la fit réparer.

Quelques unes des reliques sacrées de l’un et de l’autre ont été transportées en France, savoir : un partie dans l’église Notre-Dame de Chartres et l’autre à Angers, dans un temple qui leur est consacré et dont le roi Clovis II est le fondateur. Saint Grégoire de Tours, au livre VII de son Histoire des Francs, chap. XXXI, fait mention du pouce de saint Serge, apporté dans les Gaules.


L’Église fait encore mémoire en ce jour de saint Marcel et de saint Apulée. Leurs Actes disent qu’ils suivirent d’abord Simon le magicien ; mais qu’ayant vu les grands miracles que faisait l’Apôtre saint Pierre, ils abandonnèrent ce mauvais maître et renoncèrent à son art diabolique pour embrasser la religion chrétienne. Ils furent martyrisés à Rome sous Aurélien, homme consulaire, vers la fin du Ier siècle.


Dimanche 31 mai 2020
LA PENTECÔTE
1re classe avec Octave
Temps de la Pentecôte



Oraison - collecte
Ô Dieu, qui avez instruit en ce jour les cœurs des fidèles par la lumière du Saint-Esprit, donnez-nous, par le même Esprit, de goûter ce qui est bien et de jouir sans cesse de la consolation dont Il est la source. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du même Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Le peuple chrétien, en son instinct sûr, a toujours reconnu la dignité royale de la mère du « Roi des rois et Seigneur des seigneurs » : Pères, docteurs et papes s’en firent, tout au long des siècles, les interprètes autorisés, et le triomphal témoignage de cette commune croyance éclate dans les splendeurs de l’art et la pénétrante catéchèse de la liturgie.

Les théologiens, à leur tour, montrèrent avec succès combien ce titre royal convenait à la mère de Dieu, intimement associée à l’œuvre rédemptrice de son Fils, et médiatrice de toutes les grâces.

Répondant au vœu unanime des fidèles et des pasteurs, Pie XII, par son encyclique du 11 octobre 1954, institua la fête de Marie Reine, sanctionnant ainsi le culte qu’en leur cœur tous rendaient déjà à la souveraine du Ciel et de la terre.

L’Épître de la Messe de cette fête met en relief le règne de la Sagesse, dont la liturgie applique à Marie les privilèges ; l’Évangile annonce le règne du Christ, source de celui de Sa mère.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Dans votre sphère d’action, procurez la bonne et catholique éducation des enfants, sans complaisance, sans compromis : la moindre goutte de poison finira toujours par se manifester.

Méditation du jour
Début de la neuvaine préparatoire à la Pentecôte :

Réciter par exemple chaque jour le Veni Sancte Spiritus ou le Veni Creator spiritus, ou les deux…

Les fruits du Saint-Esprit
 suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|