Bx Amédée de Savoie
30 mars

RÉSUMÉ :

Né en 1435, le Bienheureux Amédée fut duc de Savoie. Il régna par devoir afin d’apporter à son peuple la paix et la sécurité alors qu’il était atteint d’épilepsie. Il était très aimé de ses sujets qui voyaient la sainteté de ses dispositions d’âme et de cœur malgré sa mauvaise santé. Il gouverna avec l’aide et le soutient constant de son épouse. Elle fut un magnifique exemple de sacrifice et de fidélité conjugale. Il mourut en 1472.

Le Bienheureux Innocent XI l’a béatifié en 1677.

« Le Saint-Suaire » (1668), retable de Gabriel Dufour

Église Saint-Michel-Archange à Saint-Michel-de-Maurienne

En haut, la Vierge Marie entourée des Bienheureux Amédée IX, sainte Anne et sainte Agathe.  En bas, saint Pierre, saint Sébastien en tenue de centurion romain, saint François de Sales et saint Antoine l
En haut, la Vierge Marie entourée des Bienheureux Amédée IX, sainte Anne et sainte Agathe.
En bas, saint Pierre, saint Sébastien en tenue de centurion romain, saint François de Sales et
saint Antoine l'Égyptien (avec le Tau sur son épaule).

1327

Fils de Louis Ier et d’Anne de Chypre, troisième duc de Savoie, le bienheureux Amédée IX naquit à Thonon le Ier février 1435, Eugène IV étant Pape, Sigismond empereur des Romains et Charles VII roi de France. Il était doué de toutes les grâces de l’esprit et du corps, plein de franchise, de loyauté, de bonté, et joignait la plus tendre piété à une intelligence rare et à un ferme courage.


Fiancé dès ses plus jeunes années à Yolande de France, fille de Charles VII et sœur de Louis XI, il l’épousa en 1451, et cette union, qui rapprochait deux âmes d’élite, fut sanctifiée par les plus hautes vertus. Devenu duc de Savoie en 1465 par la mort de son père, le Bienheureux Amédée, qui s’était préparé à l’exercice du suprême pouvoir par la méditation et la prière, déploya les qualités d’un grand justicier, d’un monarque généreux pour les entreprises utiles, économe des deniers publics pour les œuvres de luxe et de plaisir, d’un guerrier intrépide aussi hardi dans le combat que miséricordieux après la victoire ; jaloux de l’honneur de son rang, ainsi qu’il le fit voir pendant son voyage à Paris près de Louis XI ; prudent au conseil et dévoré de l’amour de Dieu et des pauvres.


« Les pauvres, disait-il, sont ma vieille gendarmerie et la garde la plus sûre de mes États ; car mes autres soldats me défendent seulement contre les hommes et eux contre les hommes, contre le démon et contre le péché ». On se vantait devant lui de la splendeur des chasses d’un prince voisin : « Et moi aussi j’ai des meutes et une vénerie », et il conduisit l’ambassadeur de son allié dans une des salles où étaient dressées des tables autour desquelles étaient assis de nombreux pauvres qu’il nourrissait : « Voilà mes équipages, dit-il ; c’est avec eux que je vais à la chasse du royaume des Cieux ».


Le Bienheureux Amédée maintint son duché en paix, lui obtint une admirable prospérité, racheta les dettes publiques et laissa une épargne considérable dans le trésor. Il pouvait non seulement se venger de l’un de ses principaux ennemis, Galéas Sforza, duc de Milan, mais exercer sur lui des représailles que d’autres n’eussent pas négligées. Il respecta sa liberté, et, malgré son ingratitude, lui accorda un traité honorable. L’acquisition du bien d’autrui, même par la conquête légitime, lui eût paru un crime.


Tant de nobles qualités furent relevées encore par la patience héroïque avec laquelle le saint duc subit la cruelle épreuve d’une épilepsie dont les attaques se renouvelèrent toute sa vie, sans jamais le détourner de ses devoirs et en lui fournissant l’occasion d’une résignation vraiment surhumaine.


Il n’avait que trente-sept ans quand une autre maladie vint l’assaillir. Une clarté subite et extraordinaire parut dans les nues quatre jours de suite : c’était le signe avant-coureur de la mort du saint monarque. Il l’annonça lui-même, institua la duchesse régente de ses États, bénit ses enfants, leur laissa les plus touchantes instructions, reçut les Sacrements avec une Foi admirable, et, le Crucifix aux lèvres, rendit son âme à Dieu le 30 mars 1472, Sixte IV étant Pape, Frédéric III empereur des Romains et Louis XI roi de France.


Quel exemple et quelle leçon pour ses héritiers et ses successeurs !


Dimanche 28 février 2021
2e dimanche de Carême
1re classe
Temps du Carême


Le massacre des Lucs-sur-Boulogne

(La Terreur et les Colonnes infernales)

28 février 1794

Voir plus bas : Méditation du jour


voir Le Martyrologe #90-4



Oraison - collecte
Ô Dieu, qui voyez que nous n’avons de nous-mêmes aucune force, gardez-nous au dedans comme au dehors, afin que notre corps soit préservé de toute adversité, et notre âme purifiée de toute pensée mauvaise. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour

Mort à vingt-quatre ans comme saint Louis de Gonzague, ce jeune Saint italien nous donne, comme son compatriote, l’exemple d’une adolescence tout entière pénétrée par la grâce de Dieu.

Né en 1838, il entra en 1856 chez les Passionistes, y fit ses vœux, reçut les Ordres mineurs, et mourut le 27 février 1862.

Seule une exacte observation des devoirs d’état et un culte très vif pour la Vierge Marie, Mère des douleurs, l’avaient distingué de ses compagnons d’étude.

Benoît XV le canonisa en 1920.



POUR LE MASSACRE DES LUCS-SUR-BOULOGNE :


DEUX PAROISSES : 2150 ÂMES avec 563 FIDÈLES MASSACRÉS

dont 110 ENFANTS de moins de sept ans.

En 1793, les Vendéens s’insurgeaient contre le gouvernement révolutionnaire, persécuteur des prêtres et de la religion.

Pendant près d’un an, ils tinrent tête aux Armées de la Convention qui, pour en finir, organisa les Colonnes Infernales avec mission de mettre la Vendée à feu et à sang.

Le Massacre des Lucs —à la date du 28 février 1794— est l’un des épisodes les plus tragiques de cette histoire.


Pour plus de détails : Cliquer ci-dessous (Méditation du jour) ou ci-dessus sur le titre (Le massacre des Lucs-sur-Boulogne).



POUR SAINT LÉANDRE :


Saint Léandre appartenait à la race royale des Ostrogoths et fut d’une famille de Saints. Ses deux frères, saint Fulgence et saint Isidore, sa sœur sainte Florentine, ont reçu comme lui les honneurs sacrés, et son autre sœur Théodosie, mariée au roi Léovigilde, fut la mère de l’illustre martyr saint Herménégilde.


Simple religieux à Séville, saint Léandre fut promu à l’Archevêché de cette grande cité par les suffrages unanimes du clergé et du peuple.

Son beau-frère Léovigilde était arien et persécutait les Catholiques, à ce point qu’il fit mettre à mort son propre fils, saint Herménégilde, converti par saint Léandre.


Saint Léandre fut exilé, et du fond de son exil il combattit les spoliations de l’Église par d’admirables écrits. Léovigilde, au lit de mort, se repentit et recommanda à saint Léandre son fils Récarède, qui rentra publiquement dans le sein de l’Église.

Saint Léandre présida en qualité de légat du Saint-Siège le troisième concile de Tolède et mérita le titre d’ « apôtre de la nation gothique ». C’est lui qui réforma la liturgie d’Espagne.


Il était lié d’une tendre amitié avec saint Grégoire le Grand, qui lui envoya le pallium et qui, dit-on, lui fit présent de l’image de la Très Sainte Vierge attribuée à saint Luc et si profondément vénérée des pèlerins à Guadalupe.

Saint Léandre, plein de force et de bonnes œuvres, mourut à Séville l’an 596.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Soyez ferme ; mais doux, et gardez la sévérité surtout pour vous-même.

Méditation du jour
Le massacre des Lucs-sur-Boulogne
28 février 1794
 suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|