Ste Dymphna ou Dimpna
et S. Géréberne
15 mai

2323

Ste Dymphna ou Dimpna de Geel en Brabant  véritable « sœur » de saint Herménégilde : elle est décapitée par le roi son père.
Ste Dymphna ou Dimpna de Geel en Brabant
véritable « sœur » de saint Herménégilde :
elle est décapitée par le roi son père.
Il y avait en Irlande un roi païen et puissant qui avait épousé une très belle dame, laquelle en cette considération, et à cause de ses autres belles qualités, était singulièrement chérie de son mari. De ce mariage il sortit une fille aussi belle que sa mère, nommée Dympne, qui fut soigneusement traitée et élevée : néanmoins aussitôt qu’elle eut atteint l’âge de raison, ayant connaissance de Jésus-Christ, elle se fit chrétienne, et lui voua sa virginité, méprisant les pompes, les festins, les danses et les autres vanités de la cour.

La reine sa mère étant morte, le roi son père, voulant se marier en secondes noces, jeta les yeux de sa passion sacrilège sur sa fille, estimant qu’il n’y avait aucune femme qui approchât de sa beauté. Sur ce dessein il commença à sonder son intention par toutes sortes de caresses, lui promettant tout ce qu’elle pourrait désirer, si elle le voulait épouser. Dympne boucha les oreilles au sifflement de ce venimeux serpent, et répondit qu’elle ne consentirait jamais à un si abominable inceste. Le roi, s’y opiniâtrant instamment, lui dit qu’elle serait sa femme, bon gré mal gré qu’elle en eût. Alors, se recommandant à Notre-Seigneur de tout son cœur, elle répondit à son père qu’elle demandait quarante jours de délai, et les bagues et les habits royaux dont elle avait besoin pour se parer à son avantage. Il les lui fit délivrer très volontiers, croyant que sa fille avait changé d’avis.

SAINT GEREBERT

En ce même temps il y avait un prêtre en Irlande, nommé Gerebert, homme saint, qui avait été confesseur de la défunte reine, avait baptisé Dympne, et depuis administré le sacrement de l’autel à sa mère et à elle. Dympne le consulta sur ce qu’elle devait faire pour éviter un crime si horrible. Le prêtre de Dieu lui conseilla de s’enfuir au plus tôt, et s’offrit de l’accompagner : de manière qu’elle s’embarqua secrètement avec lui, n’ayant pris qu’un serviteur pour les suivre. Dieu permit qu’ils abordèrent à Anvers ; de là ils passèrent en un village par des chemins écartés, craignant d’être remarqués et suivis ; ils y défrichèrent un lieu qui était couvert d’épines et de buissons pour y bâtir une logette, où ils vivaient sûrement et inconnus.

Le roi, ravi d’aise, attendait impatiemment le jour de noces de sa fille ; mais quand il sut qu’elle était évadée, lui, qui était déjà enivré de son amour, se troubla, jetant des cris de regret et de fureur, et résolut de l’aller chercher jusque sous terre, en quelque part qu’elle pût être cachée. Il courut par tout son royaume, et ne la rencontrant point, il passa la mer avec son escorte, et descendit droit à Anvers, où il fit quelque séjour pendant que ses gens furetaient tout le pays, pour découvrir des nouvelles de sa fille.

Quelques-uns de ses serviteurs, après avoir logé en un village, payèrent l’hôte de la monnaie de leur pays. Cet hôte leur dit qu’il en avait d’autre semblable, dont il ne savait pas la valeur. Ces Irlandais lui demandèrent qui la lui avait donnée ; il leur répondit (sans penser à quelle fin il s’en enquéraient) que c’était une très belle fille qui était venue d’Irlande demeurer là auprès, qui la lui donnait en payement de ce qu’elle achetait de lui pour sa dépense. Cela fit aussitôt juger que c’était la fille du roi qu’ils cherchaient : ils l’allèrent donc reconnaitre et en portèrent les nouvelles à son père.

Le roi, aussi content que s’il eût passé de la mort à la vie, s’y achemina avec tous ses gens, et ayant trouvé la Sainte, lui parla bénignement pour la convier d’accomplir les noces suivant son désir. Le prêtre Gerebert, qui était là présent, prit la parole, et blâma fortement le roi d’un tel inceste. Le roi entra en une telle furie, qu’ayant retiré ce bon prêtre d’auprès de sa fille, lui et ses serviteurs le taillèrent en pièces.

Après cela il redoubla ses assauts contre sa fille, la menaçant de la faire mourir, si elle ne lui obéissait, mais la trouvant de plus en plus constante, il coupa lui-même la tête à sa fille, parce qu’il n’y eu aucun de ses serviteurs qui osa souiller ses mains dans le sang d’une si chaste vierge, et se rendre ministre d’une telle impiété.

Il laissa sur le champ le corps de ses deux Martyrs pour servir de pâture aux bêtes et aux oiseaux : toutefois Notre-Seigneur suscita quelques habitants, qui, mus de compassion, les inhumèrent en une cave, où Notre-Seigneur commença à les glorifier par plusieurs grands miracles qui se faisaient tous les jours en ce lieu.

Cela donna sujet au prêtres et aux habitants circonvoisins de rechercher ces corps saints. Ayant donc fouillé avant en terre ils trouvèrent deux tombes d’un marbre blanc comme l’albâtre, et pour montrer que c’était une œuvre de la main des Anges, ces sépulcres de marbre étaient fort artistement travaillés, de façon qu’ils paraissaient être tout d’une pièce, celui de la vierge à part, et l’autre du bon prêtre. Ce miracle excita d’avantage la Foi de ce peuple, et augmenta leur dévotion, chacun accourant de toutes parts en ce lieu, pour obtenir la santé de Notre-Seigneur et d’autres faveurs par l’intercession des Saints, lesquelles grâces Dieu octroyait d’une main libérale.

Depuis on emporta le corps de saint Gerebert à Saintes, et celui de sainte Dympne demeura à Geel, qui fut le lieu de son martyre. À quelques années de là, l’évêque de Cambrai, accompagné de son clergé et d’une innombrable multitude de peuple, transporta son corps saint, du tombeau de marbre dans une châsse d’argent doré, garni de pierres précieuses, le 15 de mai ; son martyre avait eu lieu le 30 de ce mois.

Cette fois, quand on ouvrit le sépulcre, on trouva sur sa poitrine une pierre précieuse comme un rubis, où était écrit Dympne. Pierre, chanoine de Saint-Aubert de Cambrai, a écrit sa vie, telle que la rapportée Surius en son troisième tome. Le Martyrologe romain en fait mention, le cardinal Baronius en parle en ses Annotations, Molan en celles qu’il a faites à Usuard, et au Catalogue des Saints de Flandre, où il dit que cette sainte vierge mourut l’an 600, saint Grégoire le Grand étant Pape, Phocas empereur et Clotaire II roi des Francs, et qu’entre les miracles que Dieu fait par elle, il chasse spécialement les diables des corps possédés ; voilà pourquoi on l’a peinte tenant un diable enchaîné.


Mercredi 15 août 2018
ASSOMPTION de la

Bienheureuse Vierge Marie

En France : fête nationale
1re classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Dieu éternel et tout-puissant qui avez élevé à la gloire du Ciel, en son corps et en son âme, Marie, la Vierge immaculée, Mère de Votre Fils, faites que, sans cesse tendus vers les choses d’en-Haut, nous méritions d’avoir part à son triomphe. Par le même Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
En cette fête, qui est la plus ancienne et la plus solennelle du Cycle Marial (VIe siècle au moins), l’Église convie tous ses enfants à unir, dans le monde catholique tout entier, leur joie et leur reconnaissance à celles des Anges qui louent le Fils de Dieu parce que Sa Mère est entrée en ce jour, en corps et en âme, dans le Ciel.


Le 11 novembre 1950, Pie XII définissait le dogme de l’Assomption. Il proclamait ainsi solennellement que la croyance selon laquelle la Sainte Vierge Marie, à l’achèvement de sa vie terrestre, fut élevée corps et âme dans la gloire du Ciel, fait réellement partie du dépôt de la Foi, reçu des Apôtres.


« Bénie entre toutes les femmes » en raison de sa maternité divine, la Vierge Immaculée, qui avait eu dès sa conception le privilège d’échapper au péché originel, ne devait pas connaître non plus la corruption du tombeau.


Pour éviter toute donnée incertaine, le Pape s’est abstenu de préciser la manière et les circonstances de temps et de lieu où l’Assomption a dû se faire : seul le fait de l’Assomption de Marie, corps et âme, dans la gloire du Ciel, est l’objet de la définition.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Ayant le sens de l’Église, le Catholique ne doit pas suivre sa volonté propre et encore moins ses sentiments personnels :

« Les uns croient que les autres se trompent de chemin s’ils ne suivent pas le leur. » (Louis de Grenade)


Méditation du jour
L’ancre de l’espérance  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|