S. Vincent Ferrier
5 avril

RÉSUMÉ :

Saint Vincent, né en Espagne en l’an 1350, entra à l’âge de dix-huit ans dans l’Ordre des Frères Prêcheurs et illustra l’Église par ses vertus et par sa parole.

Appelé « l’Ange du Jugement », il parcourut l’Europe entière, avertissant les pécheurs « d’être prêts parce que le Fils de l’homme viendra à l’heure où l’on n’y pense pas ».

Les paroles du Prophète : « Levez-vous, morts, et venez au jugement », qu’il répétait sans cesse, opérèrent les nombreux miracles de conversion qui remplissent sa vie.

Il proposa de faire cesser le schisme d’Occident en déposant les trois papes qui revendiquaient la tiare et se déclara pour Martin V.

Il mourut à Vannes (Bretagne) en 1419.

Méritons par la pénitence d’échapper à la condamnation de Celui qui doit nous juger un jour.

Timbre-poste émis par l’Espagne en 1955

pour le 5e centenaire de la canonisation de saint Vincent Ferrier

Saint Vincent Ferrier (1350-1419), Dominicain (de l
Saint Vincent Ferrier (1350-1419), Dominicain (de l'Ordre des Frères Prêcheurs).
Portrait par Francisco Vilar (XVIIe siècle) dans l'église San Esteban à Valence qui contient
les fonts baptismaux où le Saint fut baptisé.

1340

La vie développée de ce Saint sera prête pour sa prochaine fête !

(Si Dieu veut, bien sûr…)

Sauf si vous nous faites l’honneur de nous en demander des détails… Veuillez cliquer ici s’il-vous-plaît : voir Martyrologe #90-4

S. Vincent Ferrier
CONVERSION DES JUIFS ET DES MUSULMANS
Jean-Baptiste Mauzaisse
Saint Vincent Ferrier prêchant les Maures de Grenade.
Saint Vincent Ferrier prêchant les Maures de Grenade.

2242

Saint Vincent Ferrier voyageait partout, par exemple, il allait dans les Alpes dans diverses sectes pour prêcher la vérité apostolique : chez les "vaudois", les "catharins", les "purs" de Lombardie, ou dans les sectes du soleil, "Saint Orient", en Suisse.

Il parvenait par sa sainteté et son amitié à mettre fin à ces cultes, en obtenant d’innombrables conversions.

Il passait aussi systématiquement dans les synagogues des juifs, pensant ainsi hâter le retour du Christ.

Sa connaissance de l’hébreu et des textes talmudiques et rabbiniques suscitait leur admiration, et la Lumière de ses prédications provoquait la conversion d’un grand nombre de rabbins, lesquels devenaient ensuite religieux, dominicains, et même évêques.

La conversion par exemple de l’élite juive d’Aragon entraîna celle de toutes les communautés israélites de ce royaume.

Il y avait un Juif riche en Andalousie, du nom d’Abraham, qui a quitté une église en colère tandis que Vincent était en prédication.

Le Juif n’avait pas aimé ce qu’il entendait.

Comme certaines personnes à la porte s’opposaient à son passage, Saint Vincent s’écria : «Laissez-le aller ! Laissez le passage libre ! »

Les gens obéirent, et à l’instant, une partie de la structure est tombée sur lui et l’a écrasé à mort.

Puis le Saint se dirigea vers le corps.

Il s’agenouilla dans la prière. Abraham revint à la vie, et ses premiers mots étaient :

"La religion des Juifs n’est pas la vraie foi, la vraie foi est celle des chrétiens ! "

Il fut rebaptisé Elias et créa une fondation pieuse, dans l’église du miracle.

On estime prudemment qu’il a converti 25 000 juifs et autant de musulmans, et retiré de leurs vices cent mille pécheurs.


Vendredi 22 juin 2018
S. Paulin,

évêque et confesseur
3e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Ô Dieu, qui avez promis le centuple dans le siècle à venir et la vie éternelle à ceux qui abandonnent tout en ce siècle pour Vous ; accordez-nous, dans Votre bonté que, suivant fidèlement les traces du saint Pontife Paulin, nous ayons la force de mépriser les biens de la terre et de désirer les seuls biens du Ciel. Vous qui vivez et régnez avec Dieu le Père dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Saint Paulin, né l’an 353 d’une famille romaine très distinguée à Bordeaux, en Aquitaine, fit de brillantes études et devint sénateur à l’âge de vingt-cinq ans. Il fut ensuite consul et établit sa résidence à Nole, en Campanie.


Près du tombeau de saint Félix, le prêtre martyr dont l’Église célèbre la fête le 14 janvier, il est soudain touché de la grâce et reçoit bientôt le baptême. À l’exemple du Christ, « qui S’est fait pauvre de riche qu’Il était », et qui a conseillé la pratique de cette vertu de pauvreté, il abandonna les nombreuses richesses qu’il possédait et achète à ce prix le royaume des Cieux.


Il quitte son épouse, qui comme lui se donne à Dieu, et devient prêtre, puis évêque de Nole. Ses amis d’autrefois le blâment. Il « s’en tient à l’approbation de Jésus ». Mais bientôt surviennent les Goths qui ravagent la Campanie et tandis que, sans mérites pour eux, on arrache leurs biens aux riches de Rome, saint Paulin qui a quitté les siens volontairement et pour le Christ, en reçoit au contraire le centuple en l’autre monde et la vie éternelle. Il mourut à soixante-dix-huit ans, en 431, et fut enseveli près de saint Félix à Nole.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Soyez désintéressé dans les services que vous rendez à votre prochain.

Méditation du jour
L’Eucharistie, suprême marque du divin amour  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|