S. Tropez
17 mai
L’un des deux blasons de la ville de Saint-Tropez dans le Var
Saint Tropez, officier de l
Saint Tropez, officier de l'empereur Néron, martyr à Pise en l'an 68.
La devise de la ville de Saint-Tropez est fidèle au saint Martyr :
« Ad usque fidelis » en latin, ce qui signifie « Fidèle jusqu'au bout ».

1415

Saint Tropez était un noble romain qui faisait partie des officiers de la maison de Néron. Il dut être converti de bonne heure, puisque saint Paul parle de lui dans la Lettre qu’il écrivit aux Philippiens.

Or, il arriva que Néron fit élever un temple et une statue à Diane, dans la ville de Pise : il alla en personne assister à la dédicace de ce temple et ordonna à tous ses serviteurs d’adorer la déesse. Saint Tropez s’y refusa et prit même la liberté de démontrer à l’empereur l’inanité du culte des idoles. Le courageux Chrétien n’ignorait pas comment un Néron traitait ceux qui lui déplaisaient : il résolut donc de se préparer à la lutte suprême et alla demander le Baptême à un saint prêtre nommé Antoine qui se tenait caché dans une grotte des environs de Pise. Là un Ange lui apparut et fortifia son âme.

De retour à Pise, Néron le fit sommer d’obéir ; mais l’énergique Chrétien resta inébranlable : il fut remis entre les mains de Sattelicus, un de ses proches, qui avait reçu la mission de le faire mourir.

Sattelicus le jeta en prison et l’y laissa deux jours sans nourriture : ce terme expiré, il le fit attacher à une colonne où les exécuteurs le flagellèrent si inhumainement que bientôt tout son corps ne fut plus qu’une plaie sanglante. Mais voilà que, pendant l’exécution, la colonne chancela sur sa base et écrasa dans sa chute le juge et cinquante des assesseurs ou spectateurs.

Sylvain, le fils de Sattelicus, condamna ensuite le Martyr à la roue, puis au supplice des bêtes : le lion auquel on l’exposa vint mourir à ses pieds, et le léopard qu’on lâcha sur lui vint le caresser. À ce spectacle, Évellius, un des conseillers de l’empereur, se convertit et eut le bonheur, plus tard, de couronner sa vie par le martyre à Rome.

Sylvain, transporté de colère, fit conduire saint Tropez hors des portes de Pise où on lui trancha la tête : c’était le 3 des calendes de mai ; toutefois on célèbre sa fête aujourd’hui à cause de la merveilleuse translation de son corps.

L’un des deux blasons de la ville de Saint-Tropez dans le Var
Saint Tropez représenté avec l
Saint Tropez représenté avec l'un des instruments de son martyre,
sur l'un des blasons de la ville de Saint-Tropez.

1716

Ce dépôt sacré ayant en effet été jeté dans une barque avariée sans voile et sans rameur, au lieu de sombrer dans les flots, arriva sur les côtes de Fréjus, et s’échoua dans le golfe de Grimaud. Il fut recueilli par les Chrétiens de la contrée.

Lorsque l’ère des persécutions païennes fut passée, on éleva une église à l’endroit où étaient les reliques de saint Tropez. Le golfe, où avait abordé la barque, pris le nom du Saint : il en fut de même de la ville et du prieuré qu’on bâtit plus tard au même lieu.

Les religieux de Saint-Victor de Marseille ont possédé l’église de ce Saint dès l’année 1056 ; le prieuré, qu’ils y avaient établi, fut plus tard mis en commende.

Quant aux reliques du Saint, on les a vainement cherchées à deux reprises différentes dans le cours du XVIIe siècle.

Les attributs de saint Tropez dans les arts sont la nacelle conduite par un Ange de Pise en Provence, le lion et le léopard (curieusement transformés dans le dessin moderne du blason de la ville).


Dimanche 24 septembre 2017
16e dimanche après la Pentecôte
2e classe
Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Nous Vous en prions, Seigneur, que Votre grâce nous prévienne et nous accompagne toujours, et qu’elle nous donne d’être sans cesse appliqués aux bonnes œuvres. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
La Sainte Vierge apparut au XIIIe siècle à saint Pierre Nolasque, à saint Raymond de Pegnafort, et à Jacques, roi d’Aragon, pour leur suggérer de fonder un institut religieux dans le but de délivrer les Chrétiens du joug barbare des Sarrasins qui occupaient à cette époque une grande partie de l’Espagne.


En conséquence, le 10 du mois d’août, de l’an 1218, le roi Jacques décréta l’établissement de l’Ordre royal, militaire et religieux de Notre-Dame de la Merci et concéda à ses membres le privilège de porter sur la poitrine ses propres armes.


Le plus grand nombre d’entre eux étaient chevaliers et tandis que les clercs récitaient l’Office divin dans les commanderies, eux surveillaient les côtes et délivraient les prisonniers.

Cette œuvre se répandit sur toute la surface du globe et produisit des héros de sainteté et des hommes d’une charité et d’une piété incomparables qui se dévouaient à recueillir les aumônes des Chrétiens pour racheter leurs frères et à se donner souvent eux-mêmes comme rançon pour délivrer un grand nombre de captifs.


Célébrée d’abord par l’Ordre de Notre-Dame de la Merci, la fête de ce jour fut étendue à l’Église universelle, par Innocent XII au XVIIe siècle.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Priez la sainte Vierge pour le rachat de tant d’âmes captives du démon et du vice.

Méditation du jour
Ô Marie, votre amour pour nous n’a pas de bornes  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|