S. Soter et S. Caïus
22 avril

RÉSUMÉ :


Saint Soter, successeur du Pape Anicet en 166, mourut martyr en 175, sous l’empereur Marc-Aurèle.

Saint Caïus, dont les reliques se trouvent dans le sanctuaire de Saint-Silvestre à Rome, gouverna l’Église un siècle plus tard et mourut le 22 avril 296.

Les Papes des premiers siècles portèrent le lourd souci des persécutions qui menaçaient sans cesse leurs fidèles ; le pontificat du Pape saint Caïus fut cependant marqué par une longue ère de paix, quelque dix ans avant la terrible persécution de Dioclétien.

1916

Saint Soter naquit à Fondi, ville de l’Italie méridionale (Terre de Labour). Il était fils de Concorde et succéda au Pape saint Anicet. Saint Denis, Évêque de Corinthe, lui donne de grands éloges dans une lettre qu’il écrivait aux Romains, et remarque qu’il était très bon et si charitable, qu’il n’épargnait pas les richesses pour subvenir aux besoins des serviteurs de Dieu, et pour recevoir ceux qui avaient recours au Saint-Siège. En effet, il les embrassait avec la même tendresse qu’un père embrasse ses enfants, et les instruisait par ses bons discours et ses saintes exhortations. On lui attribue deux Épîtres décrétales : l’une aux Évêques de l’Italie méridionale dans laquelle il traite de la Foi de Jésus-Christ ; et l’autre à tous les prélats d’Italie, par laquelle il défend aux religieuses et aux vierges consacrés à Dieu de toucher les corporaux et les linges sacrés, et d’offrir elles-mêmes de l’encens aux autels. Il fit ces ordonnances, dit Baronius, parce qu’en ce temps là l’hérésie des Montanistes faisait grand bruit, et que, parmi eux, les femmes mêmes s’ingéraient d’administrer les saints Mystères. C’est pourquoi, maintenant que cet abus à cessé, les prélats permettent aux religieuses et à quelques pieuses filles de manier ces linges sacrés, afin de les blanchir, après néanmoins qu’ils ont été lavés par un Sous-Diacre.


Il ordonna de plus que tous les fidèles communieraient le Jeudi Saint, excepté ceux qui en seraient exclus par quelque crime notable, et déclara que les serments faits contre la justice ne devaient pas être gardés. Enfin, après avoir tenu quelques années le siège apostolique, et faits les Ordres au mois de décembre, où il créa dix-sept ou dix-huit Prêtres, huit ou neuf Diacres et onze Évêques, il fut enveloppé dans la cruelle persécution qui s’éleva sous l’empereur Marc Aurèle, et couronné du martyre le 22 avril l’an de Notre-Seigneur 177, Marc Aurèle étant empereur. On l’enterra en la rue d’Appius, au cimetière de Calixte. C’est tout ce que l’on sait de ce Pape.



Nous n’en savons pas davantage sur saint Caïus. Il était né en Dalmatie. Son père s’appelait Caïus et son frère Gabin, qui eut sainte Suzanne pour fille. L’empereur Dioclétien était leur parent, mais il ne leur fut pas pour cela plus favorable. La persécution contre les Chrétiens était alors si sanglante, dans la ville de Rome, qu’ils étaient contraints de se tenir cachés dans des cavernes et sous des sépulcres, afin de conserver quelques moments leur vie parmi les morts, puisque les vivants ne cherchaient qu’à leur ôter. Notre saint Pape en souffrit beaucoup, à cause du zèle qu’il avait pour confirmer les fidèles dans la Foi de Jésus-Christ. C’est lui qui conseilla au patricien Chromatius de recevoir tous les Chétiens dans sa maison de campagne, afin de conserver ceux d’entre eux qui voulaient fuir la rage de leurs persécuteurs.


Un dimanche, il alla dans cette maison de Chromatius, et dit à tous les fidèles assemblés : « Notre-Seigneur Jésus-Christ, connaissant la fragilité de la nature humaine, a établi deux différents degrés pour tous ceux qui croient en Lui : la Confession et le Martyre, afin que ceux qui ne croient pas pouvoir supporter la rigueur des tourments, conservent néanmoins la grâce de la Foi par leur confession ». Ensuite il leur dit : « Que ceux qui veulent demeurer dans la maison de Chromatius, y demeurent avec Tiburce ; et que ceux qui préfèrent aller avec moi dans la ville, y viennent ». Ce fut alors qu’il fit Marc et Marcellin Diacres, qu’il éleva leur père Tranquillin à la Prêtrise, qu’il établit saint Sébastien défenseur de l’Église, et qu’il témoigna sa tendresse à tous les fidèles.


Il fit un décret, par lequel il ordonna que celui qui serait élu Évêque, montât à cette dignité par les ordres de Portier, de Lecteur, d’Exorciste, d’Acolyte, de Sous-Diacre, de Diacre et de Prêtre. Il n’est point le premier auteur de cette ordonnance, puisqu’on la pratiquait du temps des Apôtres ; mais il l’a renouvelée, afin que personne ne fût admis à l’épiscopat, sans avoir auparavant officié et servi le temps qui était prescrit dans les autres Ordres inférieurs à cette dignité.


On attribue à saint Caïus une Épître fort grave, et qui est digne de la main d’un si grand Pontife, touchant le mystère de l’Incarnation du Verbe éternel. Enfin, après avoir rempli saintement le premier trône de l’Église douze ans quatre mois et quelques jours, et ordonné vingt-cinq Prêtres, huit Diacres et cinq Évêques, en quatre fois qu’il fit les Ordres au mois de décembre, selon la coutume, il reçut la couronne du martyre le 22 avril l’an de Notre-Seigneur 295, Dioclétien étant empereur d’Orient et Maximien empereur en Occident, et fut inhumé au cimetière de Calixte.


Samedi 2 mars 2024
de la deuxième semaine de Carême
3e classe
Temps du Carême

1er samedi du mois


Oraison - collecte
Nous Vous en prions, Seigneur, donnez à nos jeûnes un effet salutaire, afin qu’ayant entrepris de châtier notre chair, cette mortification corporelle serve à développer la vigueur de nos âmes. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
À treize ans, Henri de Saüssen ou Suzo, né d’une illustre famille de Souabe, entrait dans l’Ordre des frères Prêcheurs.


Vainqueur des tentations du démon, épris de la sagesse éternelle, tendrement dévoué à la Sainte Vierge, qui lui apparut un matin lorsqu’il disait : « Ave maris stella », le bienheureux Henri était un modèle de dévotion envers le Très Saint Sacrement ; il passait de longues heures en méditation devant les autels de Marie, redoublait ses prières et ses austérités durant le temps des folies du carnaval, et reçut de Notre-Seigneur et de Son auguste mère les plus douces consolations.


Dans une de ses extases, un Ange le revêtit d’une épée et d’une armure, afin « qu’il servit Dieu comme un généreux chevalier ».


Tourmenté par la persécution et par la calomnie, il triompha à force de patience et d’abandon en la Providence, et enfin, le 25 janvier 1365, « rassasié de la vie et brûlant des désirs du Ciel », il mourut à Ulm, en un couvent de son Ordre.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Appliquez-vous à une tendre et journalière dévotion pour l’aimable Nom de Jésus qui veut dire Sauveur.

Méditation du jour
Marchez en Ma présence et soyez parfait  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|