S. Joseph Calasanz
27 août

  • Pour préparer une bonne rentrée scolaire priez ce Saint et lisez sa vie (et sa courte notice sous la date du jour de sa fête, colonne de droite, ou le résumé ci-dessous).

RÉSUMÉ :

L’Église qui vient de célébrer la fête de l’Assomption honore aujourd’hui un Saint qui voua à la Vierge un culte tout spécial.

Saint Joseph Calasanz naquit en Aragon, d’une famille noble, et donna dès sa jeunesse des marques de charité envers les enfants.

Alors qu’il étudiait la théologie à Valence, il eut à se défendre des séductions d’une femme puissante et noble et fit le vœu d’entrer dans les saints Ordres.

Devenu prêtre, il apprit par révélation divine qu’il était destiné à instruire et à former à la piété les enfants et surtout les enfants pauvres.

Il fonda alors l’Ordre des Pauvres Clercs réguliers des Écoles Pies de la Mère de Dieu. Comme Jésus il fit venir à lui les petits enfants et leur enseigna la crainte de Dieu. L’Évangile de la Messe nous redit la consolante parole du Maître : « Quiconque reçoit en Mon Nom un de ces petits, c’est Moi qu’il reçoit ».

« Malgré les sollicitudes du gouvernement général de son Ordre, dit le Bréviaire, et bien qu’il continuât de travailler de tout son pouvoir au salut des âmes, jamais il ne cessa d’instruire les enfants, surtout les indigents. Balayer leurs classes et les reconduire chez eux lui était habituel ».

Il persévéra pendant cinquante-deux ans, même étant malade, dans ces admirables pratiques de patience et d’humilité.

Saint Joseph Calasanz mourut à 92 ans, l’an 1648.

Saint Joseph Calasanz a fondé la première école publique gratuite de toute l’Europe à Rome en 1597. Le pape Pie XII l’a proclamé patron des écoles populaires chrétiennes en 1948.

La dernière communion de saint Joseph Calasanz par le peintre espagnol Goya.
La dernière communion de saint Joseph Calasanz par le peintre espagnol Goya.

695

Saint Joseph Calasanz, Espagnol de race royale, naquit le 15 septembre 1556, Paul IV étant Pape, Ferdinand Ier empereur et Henri II roi de France.

On raconte que, dès l’âge de cinq ans, cet enfant au sang généreux s’armait d’une petite épée, se mettait, à la tête de ses compagnons et s’élançait pour faire, comme il le disait naïvement, « la guerre au diable ».

Dès son jeune âge il récitait le Rosaire, prêchait ses petits camarades et présidait les exercices de piété qu’il leur faisait accomplir. Avec quelle avidité n’écoutait-il pas la lecture de la Vie des Saints, qu’on faisait en famille ! Il s’essayait déjà à suivre leurs admirables exemples, prenait son repos sur la dure et savait trouver mille moyens de faire pénitence.

Au collège, on l’appelait le petit Saint ; ses succès furent, du reste, à la hauteur de sa vertu.

Il avait vingt-cinq ans, quand ses parents lui proposèrent un mariage en rapport avec sa condition ; mais le saint jeune homme avait fait vœu de chasteté et n’aspirait qu’à l’apostolat. Dieu favorisa sa vocation en lui envoyant une maladie fort grave, dont il guérit miraculeusement. Dès lors les obstacles étaient aplanis, et Joseph fut ordonné prêtre le 17 décembre 1583.

Il occupa pendant huit ans de hautes charges dans son diocèse, où un bien immense s’opéra par son zèle ; mais il entendit plusieurs fois une voix lui dire : « Va à Rome, Joseph, va à Rome ! » Il quitta tout pour suivre l’appel de Dieu et partit pour Rome en pèlerin pauvre et inconnu. Il eut occasion de s’y dépenser généreusement, en attendant la manifestation définitive de la volonté de Dieu : visiter et soigner les malades dans les hôpitaux, exhorter les prisonniers, consoler les pauvres, tel était, avec ses exercices de piété, le programme de ses journées.

Levé à minuit, il se livrait à une longue méditation en présence du Saint-Sacrement, récitait Matines et Laudes à genoux, faisait ensuite la visite des sept basiliques à jeun, course de douze à quinze kilomètres, et passait une partie de son temps à l’étude. Les ceintures de fer, les cilices, les flagellations, les jeûnes, complétaient son règlement de vie.

Que d’âmes lui ont dû leur salut ! Il suffisait de tomber entre ses mains pour être assuré d’une conversion sincère. Après cinq ans de cette rude vie, saint Joseph, éclairé sur les besoins du peuple, sentit la nécessité de fonder des écoles gratuites : c’était l’œuvre voulue de Dieu ; elle prit le nom d’Écoles pies, c’est-à-dire écoles pieuses et charitables.


Saint Joseph Calasanz a fondé la première école publique gratuite de toute l’Europe en 1597. Le pape Pie XII l’a proclamé patron des écoles populaires chrétiennes en 1948.


1496

Quelques années après, il pouvait dire : « Si j’avais dix mille religieux, je pourrais les employer dans un mois, tant on m’en demande ».

Il mourut le 25 août 1648, Innocent X étant Pape, Ferdinand III empereur et Louis XIV roi de France, à l’âge de quatre-vingt-douze ans, après s’être dévoué cinquante-deux ans à l’éducation de la jeunesse : « Gagner une âme, disait-il souvent, oh ! combien cela vaut ! combien cela plaît à Dieu ! »

Planche du timbre-poste émis par la Hongrie après le communisme en 1992

Pour le 350e anniversaire de la création des Écoles pies en Hongrie

Saint Joseph Calasanz, fondateur des Écoles pies qui se propagèrent rapidement, non seulement en Italie, mais en Espagne, en Autriche, en Moravie, en Hongrie (à partir de 1642) et en Pologne.
Saint Joseph Calasanz, fondateur des Écoles pies qui se propagèrent rapidement,
non seulement en Italie, mais en Espagne, en Autriche, en Moravie,
en Hongrie (à partir de 1642) et en Pologne.

2127



Vignettes du centre de la feuille de timbres-poste ci-dessus


Saint Joseph Calasanz, fondateur des Écoles pies,  apprend à lire à l
Saint Joseph Calasanz, fondateur des Écoles pies,
apprend à lire à l'enfant, mais surtout lui montre comment faire le signe de la Croix.
Noter que les textes sont en latin.

2128



Timbre-poste de 10 Forint de Hongrie, partie de la planche ci-dessus


Armoiries de l
Armoiries de l'Ordre des Pauvres Clercs réguliers
des Écoles Pies de la Mère de Dieu.
Province de Hongrie.

2129

ARMOIRIES DE L’ORDRE

des Pauvres Clercs réguliers des Écoles Pies de la Mère de Dieu


Ce sont les lettres A et M entrelacées, et surmontées d’une couronne et d’une croix. Au-dessous de ces initiales de l’Ave Maria se voient les sigles en lettres grecques ΜΡ ΘΥ (Μήτηρ Θεοῠ, Mère de Dieu), pour rappeler que l’Ordre des Piaristes fut mis par son fondateur sous la protection spéciale de la Très sainte Vierge.


Jeudi 25 mai 2017
ASCENSION de NOTRE SEIGNEUR
1re classe
Temps après la Pentecôte


DÉSOLÉ POUR L’INCIDENT DE MISE À JOUR

DU CALENDRIER LITURGIQUE DE DIMANCHE DERNIER…

Avec mes excuses !


S. Urbain Ier,

pape et martyr


Nos Saints de Provence :


Ste Marie Jacobé,

apôtre de la Provence,

mère de S. Jacques le Mineur

Conjointement :

Ste Marie Salomé

et Ste Sara, leur servante


voir Le Martyrologe #90-4


(Prière de ce jour) :
Voir « Mois de Marie » #1399-109




Oraison - collecte
Nous Vous en supplions, ô Dieu tout-puissant, faites-nous cette grâce, à nous qui croyons que Votre Fils unique, notre Rédempteur, est en ce jour monté aux Cieux, que nous y habitions aussi nous-mêmes en esprit. Par le même Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Né à Soana en Toscane, Hildebrand fut moine du célèbre monastère bénédictin de Cluny dont dépendaient à ce moment deux mille abbayes. Il en devint bientôt Prieur, puis fut élu Abbé du Monastère de Saint-Paul-hors-les-Murs à Rome, et Cardinal de l’Église Romaine.


À la mort d’Alexandre II, il fut élu Pape et prit le nom de Grégoire VII. Préposé ainsi au gouvernement de la maison de Dieu, il participa à la plénitude du Sacerdoce de Jésus.


À une époque où l’épiscopat, en majeure partie simoniaque, dépendait des princes civils, il travailla avec une telle constance à défendre la liberté de l’Église, que depuis le temps des Apôtres, aucun Pontife, assure-t-on, ne soutint de plus grands travaux pour elle, ou ne lutta plus fortement pour son indépendance.


Pendant qu’il célébrait le Saint Sacrifice, on vit une colombe qui descendait sur lui : l’Esprit-Saint témoignait par ce signe des vues toutes surnaturelles qui le guidaient dans la conduite de l’Église. Contraint de quitter Rome, il mourut à Salerne, en l’an 1085, en prononçant ces paroles, dont les premières sont empruntées au Ps. XLIV : « J’ai aimé la justice et haï l’iniquité : voilà pourquoi je meurs en exil ».


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
À l’exemple de saint Grégoire, surmontons avec courage toutes les adversités.

Méditation du jour
Sanctifions aussi nos paroles  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|