S. Flavien
22 décembre

On lit au Martyrologe Romain :


« À Rome encore, saint Flavien, ancien préfet de la Ville, époux de la bienheureuse martyre Dafrose (fête le 4 janvier), père des bienheureuses vierges et martyres Bibiane (fête le 2 décembre) et Démétrie (fête le 21 juin).

« Sous Julien l’Apostat, il fut, pour le Christ, condamné à être marqué au front d’une inscription ; envoyé en exil à Aquæ-Taurinæ (aujourd’hui Bagni-di-Ferrata), en Toscane, il y rendit à Dieu son esprit pendant sa prière. »

La rue Saint-Flavien à Québec.
La rue Saint-Flavien à Québec.

1051

La naissance et la sagesse de saint Flavien le firent choisir par les empereurs chrétiens, pour exercer dans Rome les premières magistratures de l’empire. Il fut même élevé à la préfecture de la Ville, charge des plus considérables.

Il n’eut pas moins de zèIe tour le Christianisme, dans l’exercice de ces emplois, que de fidélité envers son prince. Il fit paraître, en toute occasion, qu’il était serviteur de Jésus-Christ, et que son plus grand désir était qu’Il fût reconnu et adoré de tout le monde.

Lorsque l’empereur Constance fit tant d’efforts pour établir l’Arianisme, il demeura inébranlable dans la Foi catholique, persuadé qu’il serait inutile d’appeler le Fils de Dieu son Sauveur, s’il ne Le reconnaissait pour son Dieu et consubstantiel à Son Père. Quand Julien l’Apostat fut monté sur le trône et que, pour abolir la religion chrétienne, il renouvela les persécutions des Dèce, des Aurélien, des Dioclétien et des Maximien, il fut un de ceux qui s’employèrent avec le plus de fermeté à soutenir les fidèles et à fortifier les martyrs.

Il imita encore l’action de charité de Tobie l’ancien ; et, quand un Chrétien avait été exécuté pour la Foi, il cherchait diligemment son corps, l’emportait dans sa maison et lui donnait une honorable sépulture.

L’empereur fut averti de ces actions de piété dont il avait une extrême horreur. Il n’eut égard ni à l’âge de ce sage magistrat, ni aux services qu’il avait rendus à l’empire, ni à la haute estime que sa vertu lui avait acquise, ni à la noblesse de son sang qui l’égalait aux premiers hommes de l’État.

Il commanda à Apronien, digne serviteur de ce mauvais maître et qui exerçait la charge de préfet que saint Flavien avait exercée, de se saisir de lui et de le punir sévèrement, s’il ne quittait le Christianisme pour offrir des victimes aux idoles. Apronien exécuta cet ordre. Mais, voyant que saint Flavien était résolu de perdre plutôt les biens et la vie que de commettre une action si abominable, il le fit premièrement marquer au front comme les esclaves qui avaient commis quelque crime, supplice très ignominieux, mais ordinaire aux Chrétiens, puisque Ponce, dans la vie de saint Cyprien, remarque que plusieurs de son temps portaient ces marques d’infamie et que la divine Providence les avait réservés pour animer, par leur exemple, les autres Confesseurs au martyre. Saint Flavien reçut cet affront avec plus de joie qu’il n’aurait reçu une couronne d’or, un habit de pourpre ou des lettres scellées du prince, pour être déclaré consul ou patrice.

Apronien n’en demeura pas là. Il le condamna à l’exil et il l’envoya aux Eaux-Taurines, que l’on appelle maintenant Acquapendente, avec ordre à ses gardes de le maltraiter. L’exil pour Jésus-Christ fut aussi agréable à notre Saint que les plus grandes délices de la patrie.

Il laissait une femme sans secours et deux jeunes filles, exposées à la persécution d’un cruel tyran. Mais il les abandonna généreusement aux soins de la divine Providence, ne doutant point que son supplice ne leur attirât les secours et les bénédictions nécessaires, pour demeurer inébranlables dans la Foi qu’elles devaient à leur Souverain Seigneur.

Son occupation perpétuelle dans le lieu de son bannissement fut la prière. Ce fut aussi elle qui lui donna l’ouverture du royaume des Cieux, puisque ses Actes témoignent qu’il mourut en priant.

C’est tout ce que nous savons de ce glorieux soldat de Jésus-Christ, que nous pouvons légitimement appeler Martyr aussi bien que beaucoup d’autres qui n’ont pas plus souffert que lui, puisqu’il est constant qu’il mourut de la misère qu’il endura dans son exil.

Sainte Dafrose (fête le 4 janvier), sa femme et les saintes vierges Bibiane (fête le 2 décembre) et Démétrie (fête le 21 juin), ses filles, ont aussi remporté la couronne du martyre. Le Martyrologe Romain en fait mention en ce jour. Et Baronius, dans ses Notes sur ce lieu, explique bien au long ce que c’était que le supplice d’être stigmatisé. Pierre de Natalibus traite aussi de saint Flavien dans la Vie de sainte Bibiane.


Jeudi 21 juin 2018
S. Louis de Gonzague,

confesseur
3e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Ô Dieu, qui distribuez les biens célestes, et qui avez réuni dans le jeune et angélique Louis, une merveilleuse innocence à la pratique de la mortification, faites, qu’en nous appuyant sur ses mérites et son intercession, si nous n’avons pas sa pureté, nous imitions au moins sa pénitence. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
L’Esprit-Saint, « distributeur des dons célestes », fit de Louis, jeune prince de la noble famille de Gonzague, un ange de la terre en réunissant en lui toutes les merveilles de l’innocence et de la mortification. Aussi l’Église lui applique-t-elle le verset du Psaume où l’humanité d’Adam avant sa chute et celle du Christ, sont déclarées à peine inférieures à la nature angélique.


Sa naissance à la vie céleste précéda en quelque sorte sa naissance à la vie naturelle, car il vint au monde au château de Castiglione en Italie, dans de si périlleuses circonstances qu’on se hâta de le baptiser. Encore enfant, tous ceux qui le portaient dans leurs bras croyaient tenir un Ange.


À l’âge de neuf ans, il fit à Florence, devant l’autel de !a bienheureuse Vierge, le vœu de virginité et durant toute sa vie, il pratiqua la plus sévère modestie dans les regards. Au milieu des séductions des cours princières, où l’envoya son père, toujours il garda si fidèlement sa première innocence qu’on l’aurait cru confirmé en grâce. Vers l’âge de onze ans, il reçut pour la première fois des mains de saint Charles Borromée le pain des Anges.


À seize ans il entra à Rome dans la Compagnie de Jésus, dont il est l’une des gloires. Il se distingua tellement par sa mortification et son amour divin qu’on le compare aux élus dans la condition où les fixera la résurrection générale. « Ils vivent comme des Anges », dit Jésus, parce que l’âme exercera un plein empire sur le corps qui participera de sa nature spirituelle.

À l’âge de vingt-deux ans (1591), revêtu de son innocence comme d’une robe nuptiale, sur laquelle brillaient les perles de ses larmes continuelles, il mourut victime de son dévouement pour les pestiférés et gravit la montagne sainte pour y prendre part au Banquet céleste où Dieu convie ceux dont le cœur est pur.


Recourons aux mérites et à l’intercession de saint Louis. Benoît XIII le donna comme modèle à la jeunesse, afin que ne l’ayant pas toujours imité dans son innocence, elle l’imite du moins dans sa pénitence.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Vivez dans une grande pureté de corps, de cœur et d’esprit.

Méditation du jour
Quels sont les fruits de la sainte Communion ?  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|