La psychologie des intégroïdes
Les « papes » d’aujourd’hui, « évêques » d’hier

Ces « papes » simultanés d’aujourd’hui sont ces « évêques » sauvages d’hier, comme les « évêques » sauvages d’aujourd’hui sont les « papes » simultanés de demain.

150

Les « papes » d’aujourd’hui

Galerie des portraits :

Pie XIII

Grégoire XVII

Pierre II

COMMENTAIRE SUR :

« Nous n’avons besoin que de saints prêtres ! »

2146

Voici une agréable déclaration qui va droit au cœur de ceux qui ne veulent que la gloire de Dieu —d’abord— et le salut des âmes, ensuite. Comment ne pas en être d’accord ? Ce serait une si grande grâce !

Mais cela fait partie de toutes les belles proclamations qui, sans contexte et sans explication, ne peuvent conduire bien loin. Et même pire : conduire dans le fossé des contresens, des erreurs, des renversements de hiérarchie dans les fondements.

Nous avons certes le bel exemple du Décalogue, lapidaire dans tous les sens du mot. Ainsi : « Tu ne tueras pas ». Et après ? Puis-je manger du poulet rôti ? Suis-je condamné pour avoir écrasé involontairement, une fourmi en marchant, ou délibérément, un moustique agaçant ? sans parler de la juste guerre ou encore la légitime défense ? Heureusement qu’il y a le Catéchisme pour nous éclairer, s’appuyant sur la Théologie qui a scruté les arcanes de toutes les difficultés soumises à travers les siècles à l’Autorité de l’Église prenant les décisions nécessaires au fur et à mesure des besoins.

REMARQUE D’ORDRE PSYCHOLOGIQUE

Une première remarque d’ordre psychologique vient à l’esprit d’un simple observateur des comportements du peuple chrétien. Ou bien les fidèles manifestent une docilité exemplaire à leur clergé, et l’on n’en est que très admiratif. Avouons que le cas est assez rare. Ou bien, comme chez tant de « traditionalistes », ils réclament des prêtres, de saints prêtres, et même beaucoup de saints prêtres, mais ils les traitent avec une indécente désinvolture dès que ceux-ci ne font pas exactement ce qu’on exige d’eux, et ils les traînent aux gémonies…

« Nous n’avons besoin que de saints prêtres ! »

On oublie ainsi que tout homme est pécheur, qu’il faut donc les aider, prier pour eux. Qu’il faut aussi certes les sanctionner, mais tout le monde n’est pas habilité pour ce faire. Sans parler ce ceux qui sont affligés d’un œil « empoutré » (pardonnez-moi !) et pourtant si perspicaces pour déceler des pailles un peu partout, surtout lorsqu’ils se présentent en « Gros-Jean » qui ne pensent, et quelquefois même ne vivent, que pour en remontrer à tous les Curés.

Cela n’étant hélas pas nouveau, il demeure que la sanctification est requise pour tous, prêtres comme fidèles : « Soyez parfaits comme votre Père du Ciel est parfait » (Mt., V, 48) dit Notre-Seigneur Jésus-Christ sur la montagne à ceux qui L’ont suivi pour L’écouter.

Mais tout cela demeure au niveau de la sanctification individuelle.

« Nous n’avons besoin que de saints prêtres ! »

On oublie facilement semble-t-il, que c’est Dieu qui appelle Ses serviteurs (c’est la vocation, par l’appel de l’Évêque). C’est par pure bonté et miséricorde qu’Il donne à chacun selon ses besoins que Lui-même apprécie. Si nous ne sommes pas suffisamment abandonnés en Dieu, on peut toujours Lui faire d’humbles suppliques, mais certainement pas des exigences comme « nous n’avons besoin que… ».

Il y a bien plus grave : s’il faut certes de saints prêtres, encore faut-il qu’ils soient… des prêtres, des prêtres catholiques, des prêtres d’Église. Aujourd’hui où l’on entend dans les « médias » parler de prêtres alors qu’il s’agit de ministres de n’importe quel culte protestant ou d’autres sectes, il faut bien comprendre que l’exigence primordiale n’est pas dans la sainteté mais dans le sacerdoce qui doit être authentiquement, totalement catholique, d’Église (la seule).

« Nous n’avons besoin que de saints prêtres ! »

Et puis : n’a-t-on pas vu, à travers les siècles, de très Saints personnages échouer (presque) complètement ? Ainsi en ce jour (14 décembre) qui est aussi la fête de S. Nicaise, archevêque de Reims au Ve siècle. Il faut lire (cliquez sur le nom du Saint) le court résumé de sa vie pour constater à quel point la sainteté ne suffit pas à retenir les mauvaises volontés (tous les humains sont libres) sur la pente de la perdition  :

« Longtemps la cité de Reims fut docile à sa parole. Mais peu à peu le pasteur affligé vit son troupeau glisser dans la corruption et le vice. Les crimes s’y multipliaient de jour en jour, et la voix de saint Nicaise, qui flagellait publiquement les abus, n’était plus écoutée ». Il annonça des châtiments que Dieu lui avait révélés, rien n’y fit. La faute à qui ?

On a vu un Pape, vraiment saint, avec toute l’Autorité de Vicaire du Christ, démissionner, n’étant pas capable d’en assumer les charges (S. Pierre Célestin, fête le 19 mai). La grâce en effet, ne change pas la nature des hommes, elle permet de la canaliser, de l’améliorer. Saint Louis a perdu sa croisade, sainte Jeanne d’Arc est morte sur le bûcher, saint Pie X est mort de chagrin avec l’effondrement de l’Europe catholique, … et Notre Seigneur Lui-même au Calvaire…

L’AUTORITÉ NE SE CONFOND PAS AVEC LA SAINTETÉ

On a perdu le sens profond de l’Autorité, qui ne se confond pas avec la Sainteté, le sens vrai de la hiérarchie des principes, le bon sens des domaines variés d’application. Un Pape n’a pas l’Autorité pontificale parce qu’il est Saint, mais parce qu’il est légitiment à sa place (selon les Lois de l’Église qu’il ne saurait trafiquer à sa guise). Un Évêque est réellement Évêque s’il est d’Église (sacré avec le « mandat apostolique »), un prêtre ne l’est vraiment que s’il a été ordonné par un Évêque d’Église, et non par un « cercle-carré » qu’est un évêque-sans-mandat-apostolique.

Soyons Catholiques, restons Catholiques, rien que Catholiques.


Mercredi 18 octobre 2017
S. Luc,

évangéliste
2e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Nous Vous en prions, Seigneur, que Votre saint Évangéliste Luc intercède pour nous, lui qui n’a jamais cessé de porter dans son corps la mortification de la croix, pour la gloire de Votre Nom.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Saint Luc, peut-être juif d’origine, naquit, dit saint Eusèbe, à Antioche la capitale des rois de Syrie. Saint Paul nous dit qu’il y exerçait les fonctions de médecin.

Compagnon de voyage de l’Apôtre des Nations, il fut aux côtés de saint Paul durant la plupart de ses missions et pendant sa double captivité à Rome.


Grâce à ses relations avec ce maître et avec les autres Apôtres, il put écrire le troisième Évangile que saint Jérôme et saint Jean Chrysostôme désignent sous le nom d’ « Évangile de saint Paul ». Comme le Docteur des Gentils, il s’adresse aux païens pour leur prouver que le salut est apporté par Jésus à tous les hommes sans exception qui croient en Lui.


On le désigne sous le symbole du bœuf, l’un des quatre animaux de la vision d’Ézéchiel, parce qu’il commence son Évangile en parlant du sacerdoce de Zacharie, prêtre et sacrificateur, et que le bœuf était la victime la plus ordinaire des sacrifices de l’ancienne loi.


La Messe de saint Luc présente, de même que celle de saint Marc, cette particularité qu’on y lit l’Évangile renfermant les instructions du Sauveur à Ses soixante-douze disciples, parce que ces deux Évangélistes ne furent pas Apôtres, mais seulement des Disciples de Notre-Seigneur.


Saint Jérôme rapporte que saint Luc mourut en Achaïe, âgé de quatre-vingt-quatre ans.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Ayez un vrai respect et une vraie dévotion pour les images de la sainte Vierge.

Méditation du jour
L’Évangile, inspirateur de tous les dévouements  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|