Méditation du jour
S. Wenceslas,

duc et martyr - 28 septembre

Laisser faire Dieu... ”

Le Seigneur voit de plus haut et de plus loin que nous ;

Il nous aime plus que nous ne pouvons nous aimer.

Laissons-nous donc conduire

au souffle de Son aimable Providence

avec l’abandon de l’enfant,

qui dort tranquille entre les bras de sa mère.

Notre-Seigneur aime ceux qui s’abandonnent ainsi

totalement

à Ses soins paternels,

se laissant régir par Lui

sans considérer si les effets de Sa volonté sainte

sont doux

ou amers.

Il faut donc accepter dans cet esprit les joies

comme les tristesses,

la santé

comme les maladies

et rester,

pour toute chose,

dans le saint équilibre de l’indifférence.

C’est la perfection,

parce que c’est l’abandon à la sainte Volonté de Dieu.

Ah ! qui nous fera comprendre le mérite de cette confiance,

comme aussi de cette sujétion à la volonté divine !

Faire tout pour Dieu,

c’est beaucoup ;

mais laisser faire Dieu,

voilà l’important,

le difficile,

le décisif !


(Le Chemin du Ciel)


Mercredi 17 juillet 2019
de la Férie
4e classe
Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Nous Vous en prions, Seigneur, accordez-nous, dans Votre bonté, la grâce de penser et d’agir toujours selon la justice ; afin que, ne pouvant exister sans Vous, nous puissions conformer notre vie à Votre volonté. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


Mémoire de saint Alexis, confesseur :


Ô Dieu qui nous réjouissez par la solennité annuelle du bienheureux Alexis, Votre Confesseur : faites, dans Votre bonté, qu’honorant sa naissance au Ciel, nous imitions aussi les actions de sa vie. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Saint Alexis naquit à Rome vers l’an 350, d’une famille riche, et eut pour père le sénateur Euphémien. Guidé par l’Esprit-Saint, il renonça à tout son patrimoine et visita en pieux pèlerin les sanctuaires de l’Orient.

Il mourut au Ve siècle, sous le Pontificat d’Innocent Ier. Son corps fut déposé à Rome sur le Mont-Aventin dans l’Église qui porte son nom. On l’y honore avec saint Boniface auquel elle était primitivement consacrée.

 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Parmi toutes les vertus, ayez un soin tout spécial de pratiquer la vraie humilité.

Méditation du jour
Les Bienheureuses Carmélites de Compiègne  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|