Méditation du jour
S. Antoine du désert,

abbé - 17 janvier

Nos œuvres ne sont méritoires

que par notre union à Jésus-Christ ”

Nos meilleures actions

sont ordinairement souillées

et corrompues

par le mauvais fonds qui est en nous.

Quand on met de l’eau nette et claire

dans un vaisseau qui sent mauvais,

ou du vin dans un tonneau dont l’intérieur est gâté

par un autre vin qu’on y a mis,

l’eau claire

et le bon vin

sont gâtés

et en prennent aisément la mauvaise odeur.

De même, quand Dieu met dans le vaisseau de notre âme,

gâtée par le péché originel

et actuel,

Ses grâces

et rosées

célestes

ou le vin délicieux de Son amour,

Ses dons sont ordinairement gâtés et souillés par le mauvais levain

et le mauvais fonds

que le péché a laissés en nous ;

nos actions, celles mêmes des vertus les plus sublimes,

s’en ressentent.

Il est donc d’une très grande importance,

pour acquérir la perfection,

qui ne s’acquiert que par l’union à Jésus-Christ,

de nous vider de ce qu’il y a de mauvais en nous :

autrement,

Notre-Seigneur, qui est infiniment pur

et hait infiniment la moindre souillure dans l’âme,

nous rejettera de devant Ses yeux

et ne S’unira point à nous.


(Saint Louis-Marie Grignion de Montfort)


Mercredi 18 juillet 2018
S. Camille de Lellis,

confesseur
3e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Ô Dieu, qui avez fait don à saint Camille d’une charité extraordinaire pour aider les âmes dans la lutte suprême de l’agonie, nous Vous en supplions, par ses mérites, de répandre en nous l’esprit de Votre charité, afin que nous puissions à l’heure du trépas vaincre l’ennemi et parvenir à la céleste couronne. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


Mémoire de sainte Symphorose et ses Sept Fils, martyrs :


Ô Dieu, qui nous faites la grâce d’honorer la naissance au Ciel de Vos saints Martyrs Symphorose et ses fils, accordez-nous de jouir de leur société dans l’éternité bienheureuse. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
L’Esprit-Saint, qui S’est manifesté de toutes façons dans l’âme des Saints dont le nom est apparu sur le Cycle liturgique depuis la fête de la Pentecôte, nous fait admirer aujourd’hui saint Camille, dont la charité eut spécialement pour objet Jésus dans le prochain.


Né en 1550, dans le royaume de Naples, de la noble famille des Lellis, saint Camillle entra chez les Capucins, mais une plaie qu’il avait à la jambe l’obligea par deux fois à en sortir. Dieu, en effet, le destinait à fonder une Congrégation de Clercs réguliers, consacrés au service des infirmes.


Il obtint du Siège apostolique l’approbation de son Institut. S’inspirant de l’exemple de Jésus qui est mort pour nous et qui a déclaré qu’il n’y avait pas de plus grande preuve d’amour que de donner sa vie pour les autres, les religieux s’y engagent à assister les malades, même atteints de la peste.


Saint Camille, de même que son Institut, reçut de Dieu la grâce toute spéciale d’aider victorieusement les âmes dans la lutte suprême de l’agonie, aussi le nom de ce Saint a-t-il été inséré par l’Église dans les Litanies des agonisants.


Saint Camille mourut à Rome le 14 juillet 1614. Léon XIII le proclama patron des hôpitaux et des malades et Pie XI l’indiqua comme protecteur des Sœurs hospitalières.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Aimez à visiter et à soigner les malades ; portez-leur secours et consolations.


Méditation du jour
La véritable aumône  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|