Méditation du jour
S. Josaphat,

évêque et martyr - 14 novembre

Heureux effets des visites aux cimetières ”

La vue des tombeaux

ne contribue pas médiocrement à développer en nous la sagesse.

À ce spectacle,

l’âme,

si elle somnolait,

tressaille aussitôt ;

si elle était éveillée et active,

son activité s’en accroît ;

celui qui pleure d’être pauvre

reçoit de cette vue une soudaine consolation ;

celui qui s’enorgueillit d’être riche

est humilié,

abaissé.

La vue des tombeaux

oblige chacun de nous à réfléchir,

quand bien même il ne le voudrait pas,

sur sa propre fin ;

elle nous persuade de ne tenir pour stable

aucune des choses de ce monde,

fâcheuse

ou agréable ;

or, quiconque a cette persuasion,

ne se laissera pas prendre facilement

dans les filets du péché.

C’est pourquoi un sage donne ce conseil :

« Dans tous vos discours,

« pensez à vos derniers instants,

« et jamais vous ne pécherez » ;

et, d’accord avec lui, un autre énonce ce précepte :

« Disposez vos œuvres pour le départ

« et préparez-vous au voyage. »

Ce n’est pas d’un voyage perceptible aux sens qu’il veut parler,

mais du départ d’ici-bas.

Si,

constamment,

quotidiennement,

nous avons présente à l’esprit

l’incertitude de la mort,

nous ne serons pas prompts à pécher ;

ni les splendeurs de la vie ne pourront nous gonfler d’orgueil,

ni ses tristesses nous abattre

ou nous troubler,

les unes et les autres ayant un terme incertain.

Souvent

celui qui est vivant aujourd’hui

ne subsiste pas même jusqu’au soir.


(Saint Jean Chrysostôme)


|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|