Méditation du jour
Cœur Immaculé de Marie - 22 août
Aimons, souffrons ”

Ô Marie,

ô Vierge,

Reine du Ciel,

dites-moi ce qui fait la gloire,

la joie

de vos souvenirs ?

Elle me répond :

Mon enfant,

j’ai beaucoup souffert.

Et, jetant un regard sur son Fils,

elle voit Son humanité sainte,

elle contemple Ses plaies sacrées

resplendissantes de gloire ;

alors elle s’écrie :

Le voilà,

Ce conquérant du monde,

Ce vainqueur de l’enfer !

Jésus-Christ a souffert,

Jésus-Christ a été crucifié !

Saints Anges,

tressaillez d’allégresse ;

Apôtres,

Martyrs,

chantez Son triomphe !

Jésus-Christ a souffert,

c’est le souvenir du Ciel,

Sa joie,

Sa gloire.

Eh bien !

quand il nous faut travailler

et souffrir,

ne nous plaignons pas trop,

aimons,

souffrons !

Jésus et Marie nous tracent

le chemin de la gloire.

Oui, le Ciel est la région du repos,

du bonheur,

et nous qui nous plaignons,

nous qui écartons ces petites peines,

ces épreuves,

nous ne voulons donc pas

ces souvenirs de douleurs,

cette alliance d’amour

et de souffrances !

Que nous sommes aveugles !


(R.P. de Ravignan, s.j.)


Mercredi 13 décembre 2017
Ste Lucie,

vierge et martyre
3e classe

Temps de l’Avent

Mémoire de l’Avent

Ste Odile,

vierge,

patronne de l’Alsace


Vble Aymeric,

martyr


voir Le Martyrologe #90-4




Oraison - collecte
Exaucez-nous, ô Dieu, notre salut, et comme nous trouvons un sujet de joie dans la fête de la bienheureuse Lucie, Votre Vierge et Martyre, faites que nous goûtions les enseignements et la ferveur d’une pieuse dévotion. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi-soit-il.


Mémoire de la férie de l’Avent :


Excitez nos cœurs, Seigneur, à préparer les voies de Votre Fils unique, afin que nous soyons rendus dignes de Vous servir avec des âmes purifiées par Son avènement. Lui qui vit et règne avec Vous, dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Née en Sicile, vers la fin du IIIe siècle, d’une noble famille, sainte Lucie, comme nous le rappelle par deux fois l’Évangile, se défit de tous ses biens en faveur des pauvres, et, lorsqu’elle ne posséda plus rien, elle se donna elle-même à Jésus.


Alors que les vierges folles négligeaient de remplir leurs vases de cette « huile de l’allégresse » dont nous parle l’Introït, sainte Lucie, dont le nom signifie lumière, attendit, sa lampe allumée à la main, c’est-à-dire avec l’âme remplie de la grâce, la venue de Son Époux.


« Les cœurs purs sont les temples de l’Esprit-Saint », déclara-t-elle à son juge. C’est cet Esprit, symbolisé aussi par « l’huile d’allégresse », comme le disent les cérémonies du Jeudi-Saint, qui assouplit et fortifia son âme de façon si miraculeuse que sainte Lucie résista jusqu’à la mort à ses bourreaux plutôt que de perdre le trésor de sa virginité.

Aussi, son nom brille-t-il au Canon de la Messe, répété chaque jour naguère par des milliers de prêtres qui glorifiaient Dieu à son sujet. Elle mourut en 303.


La lampe allumée à la main, c’est-à-dire l’âme en état de grâce, attendons en ce Temps de l’Avent, l’Époux qui va bientôt venir.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Priez Dieu dans les dangers de l’âme ; vous obtiendrez la victoire.

Méditation du jour
Confiance en Dieu dans les périls  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|